Quand ceux d'en bas ne veulent plus et que ceux d'en haut ne peuvent plus

Pour Macron, ce qui se joue aujourd’hui va au-delà de l’avenir, ou pas, de son projet de régime universel de retraite par points. C’est de son autorité politique et de sa capacité à gouverner au nom des intérêts des capitalistes dont il est question. Minoritaire, isolé, contesté, Macron incarne un pouvoir d’une faiblesse inconnue dans l’histoire de la Ve République. Un pouvoir qui ne tient que par la force de la matraque, du gaz lacrymogène et du LBD.

Quand ceux d'en bas ne veulent plus et que ceux d'en haut ne peuvent plus
(photo : Mediapart)

Depuis le surgissement du mouvement en Gilets Jaunes jusqu’à la grève que nous connaissons, la crise politique n’en finit plus de s’approfondir. Aujourd’hui, de toute évidence, « " ceux d'en bas" ne veulent plus et "ceux d'en haut" ne peuvent plus continuer de vivre à l'ancienne manière » 1 .

Delevoye : « J’ai oublié »

Après l’affaire Benalla, après le scandale des « soirées homards » de François de Rugy, c’est au tour de Jean-Paul Delevoye de démissionner le 16 décembre après avoir été épinglé pour avoir « oublié de déclarer » 13 de ses mandats actifs d’administrateur (dont un rémunéré 5 300 euros nets par mois !) alors qu’il était Haut-Commissaire aux retraites. Conflit d’intérêt ? La suite judiciaire le dira. En attendant, il a été remplacé par un secrétaire d’État, Laurent Pietraszewski, député du Nord et ancien DRH d’Auchan. Un « grand démocrate » qui, en 2002, a fait placer en garde à vue une caissière soupçonnée d’avoir donné un pain au chocolat à une employée. Le même qui, élu député en 2017, a reçu près de 72 000 euros d’indemnités de licenciement fin août 2019.

BlackRock décoré

Sans oublier la décoration de Jean-François Cirelli, ancien dirigeant de GDF-Suez, d’Engie et actuel Président de BlackRock France, promu officier de la Légion d’honneur par le premier ministre ? BlackRock est un des plus puissants fonds d’investissements au monde, multinationale de la finance qui gère plus de 6 000 milliards de dollars US d’actifs. C’est un des principaux lobbys en faveur de la retraite par capitalisation. Cette décoration vaut-elle remerciement ? Comment enfin ne pas évoquer la fuite du Japon du patron de Renault, Carlos Ghosn, exfiltré vers le Liban par une équipe de barbouzes, tout en se prévalant de la détention d’un passeport français ? Ce sentiment d’impunité totale dont jouissent ces « puissants » est aujourd’hui insupportable pour les masses.

49,2 milliards d’euros de dividendes versés en 2019

Et cela d’autant plus que les principaux groupes français cotés au CAC 40 ont versé 49,2 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires en 2019 (+ 15 % par rapport à 2018) alors que les travailleurs et leurs familles ne connaissent que la dégradation de leurs conditions matérielles d’existence et souffrent des affres du chômage (7,5 millions de chômeurs/euses), de la précarité, de la pauvreté (9 millions de personnes pauvres), des bas salaires. Le responsable de cette situation est conspué lors de chaque manifestation organisée depuis 15 mois. Les slogans sont explicites : « Macron démission ! », « Macron Président des patrons ! », « Macron Président des riches ! »

Mort de Cédric Chouviat : une « bavure policière »

Face aux mobilisations de la base, la répression physique et judiciaire de l’État est le dernier bouclier de Macron pour tenter de faire taire toutes celles et tous ceux qui combattent sa politique anti-ouvrière et liberticide. Il lui faut marquer les esprits et instiller la peur de manifester. Les violences policières ont causé la mort de Zineb Redouane à Marseille et de Steve Caniçao à Nantes. Il y a quelques jours, Cédric Chouviat, livreur de 42 ans, victime d’un placage ventral, mourrait asphyxié. Une « bavure policière » dénoncée par sa famille et ses avocats. Les violences policières, ce sont depuis le 17 novembre 2018 : 25 mutilé.e.s, des centaines de blessé.e.s graves, des milliers de blessé.e.s, des milliers de condamnations dont près de 400 incarcérations. Nous attendons des représentant.e.s nationaux/nales des syndicats et des associations de défense des droits citoyens qu’ils/elles prennent fait et cause dans l’urgence pour exiger : la fin de la violence d’État, l’interdiction du LBD, l’amnistie de tous les manifestant.e.s Gilets jaunes, jeunes et syndicalistes emprisonné.e.s et/ou poursuivi.e.s devant les tribunaux, la juste indemnisation des blessé.e.s et mutilé.e.s lors des manifestations provoquées par une politique de violence sociale, la fin de l'impunité des policiers, auteurs de blessures volontaires ! A cet effet, nous vous invitons à signer la pétition Amnistie Justice Liberté.

La crise politique en cours est nourrie par la lutte de classes. Elle sera dénouée dans la lutte des classes et par la lutte des classes.


Wladimir Susanj,
12 janvier 2020





Pétition Amnistie Justice Liberté :

https://www.change.org/p/aux-syndicats-et-associations...

1. Lénine, La Maladie infantile du communisme, 1920.

Modifié le lundi 13 janvier 2020
Voir aussi dans la catégorie Chroniques d'une chute de Régime
Bloc notes, La Commune n° 123Bloc notes, La Commune n° 123

Macron, président des 5 % des ménages les plus riches Un Français sur 10 perçoit des minima sociaux : revenu de solidarité active (RSA), prime d’activité, allocation spécifique de...

Quand ceux d'en bas ne veulent plus et que ceux d'en haut ne peuvent plusQuand ceux d'en bas ne veulent plus et que ceux d'en haut ne peuvent plus

Pour Macron, ce qui se joue aujourd’hui va au-delà de l’avenir, ou pas, de son projet de régime universel de retraite par points. C’est de son autorité politique et de sa capacité à...

Philippe PoutouCe qui se dessine

Où l’on voit les médias bien mangeants se ruer vers « la ruée sur le Nutella », pendant que Macron se baffre avec les 140 plus grands capitalistes planétaires. Où l’on voit la cote de...

Jean-Louis MégnienCruauté sociale et effondrement politique

Il s’appelait Laurent. Il avait 36 ans, il était neurochirurgien en pédiatrie au CHU de Grenoble. Il avait encore la vie devant lui et la passion de son art. Il vient de se donner la mort, ce 4...

Pour chasser le tyran au pied d’argilePour chasser le tyran au pied d’argile

Si on se place du point de vue des institutions de la Ve République et de sa logique de « pouvoir personnel » du président, Macron est le mauvais homme, au mauvais moment. Ce n’est pas une...

La société si vile est mal partieLa société si vile est mal partie

61% d’abstentions, votes blancs et nul. Voilà le verdict final des élections. Sans appel. Ceux qui feignent de ne pas voir finissent par ne plus voir. Nous ne démentirons pas Mélenchon sur ce...



HAUT