Décision révoltante de Sánchez contre le peuple sahraoui

Le gouvernement PSOE-UP s'est rangé ouvertement et officiellement du côté de l'envahisseur marocain. Pour la deuxième fois de son histoire, l'Espagne poignarde le Sahara Occidental. Le projet du royaume marocain progresse parmi les puissants. Ils veulent réaliser le pillage et l'oppression en reconstruisant des relations brisées. La crise de l'économie capitaliste et la guerre en Ukraine ont des conséquences directes. L'autonomie est un piège pour enterrer l'autodétermination. Les revendications
revitalisées de la jeunesse et du peuple sahraouis ouvrent la voie. La LIS continuera à soutenir politiquement le peuple sahraoui opprimé. La lutte pour la liberté doit ouvrir la voie à une sortie par le haut, pour le socialisme.

Une lettre de Pedro Sánchez à Mohamed VI a été divulguée. Dans la lettre, le président espagnol annonce au monarque marocain son soutien au plan d'autonomie de “ses provinces du sud”, comme le royaume alaouite appelle la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). Selon le gouvernement ibérique, la proposition faite à l'ONU par les envahisseurs est “la base la plus sérieuse, réaliste et crédible” des solutions apportées. Avec ce tournant historique, Sánchez a officiellement mis de côté la position pour le référendum d'autodétermination qu'en réalité aucun gouvernement ne défendait. C'est le deuxième abandon historique de l'Espagne au Sahara Occidental.

Le plan marocain d'autonomie
En 2007, le Maroc a présenté un plan d'autonomie aux Nations Unies pour liquider toute tentative d'indépendance de l'ancienne colonie espagnole. Le plan entend réaliser juridiquement, avec un accord international, ce que le Maroc fait déjà. C'est-à-dire le pillage du phosphate, de la pêche et des ressources naturelles qui appartiennent au peuple sahraoui opprimé. C'est ce qu'ils appellent cyniquement “l'engagement du Maroc pour une solution politique définitive” dans les territoires qu'ils occupent
illégalement depuis le départ de l'Espagne en 1975.


Des alliés pour des intérêts communs
La France qui soutient le Maroc est une puissance-clé en Afrique. Au mois de février, c'est l'Allemagne qui a fait une reconnaissance semblable à celle que vient de faire l'Espagne. Et, cette semaine, les États-Unis ont réaffirmé la décision que Donald Trump avait prise à l'époque. Les puissances impérialistes entendent rétablir l'ordre sur le flanc sud de l'Union européenne. Car, au Maghreb, il y a une grande partie de l'énergie dont le bloc impérialiste européen a besoin pour remplacer le gaz qui vient de Russie, et ce même avant la guerre en Ukraine.

Reconstruire des relations
Le ministre des Affaires étrangères José Manuel Albares exécute deux ordres de Pedro Sánchez : réaligner l'Espagne sur les positions de l'Allemagne et des États-Unis et  résoudre la crise diplomatique avec le Maroc. Les relations entre les royaumes d'Espagne et du Maroc se détériorent depuis un an, lorsque le chef du Front Polisario Brahim Gali a été reçu dans un hôpital de Logroño pour y être soigné pour le Covid-19. Maintenant, les relations reprennent et, selon le ministre, “une nouvelle étape de la
relation avec le Maroc basée sur le respect mutuel” commence, dans laquelle “la stabilité, la souveraineté, l'intégrité territoriale et la prospérité de nos pays” sont garanties.


Garantir l'énergie et les prix
Le ministre Albares a assuré que ce changement n'affectera pas les relations avec l'Algérie. Pour cette raison, il a assuré que “le gaz algérien - à partir duquel la péninsule est approvisionnée - est assuré”. La valeur de l'énergie atteint des sommets et conduit à une augmentation de tous les prix. L'inflation s'est installée, dépréciant les salaires. Les gouvernements de l'UE traitent les conséquences de la crise économique capitaliste et de la guerre en Ukraine avec l'idée que les coûts en seront payés par les
travailleurs et les peuples opprimés.

Garantir le gendarme du sud
Le contrôle de l'immigration est une autre question-clé pour laquelle l'Espagne veut reconstruire la relation avec le Maroc. La guerre en Ukraine pourrait provoquer une crise alimentaire dans les régions les plus pauvres du monde. Ce qui augmenterait la migration en provenance d'Afrique. Et le Maroc joue un rôle infâme de gendarme aux frontières de l'Espagne, qui sont parmi les limites extérieures les plus importantes de l'UE.

Rien sur la “coalition progressiste”
Peu importe d'où on le regarde, le gouvernement PSOE-UP n'a rien de progressiste. Encore moins de gauche. A chaque mesure que prend Pedro Sánchez, il se confirme qu'il s'agit d'un gouvernement bourgeois typique, au service du capitalisme et des oppresseurs. Le soutien au Maroc contre le Sahara Occidental ne fait que réaffirmer le caractère réactionnaire d'une gestion qui se réfugie dans un régime rétrograde, conçu par le régime franquiste.

Le cynisme sans limites de Unidad Podemos
Yolanda Díaz a exprimé son “attachement à la défense du peuple sahraoui et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies”. Podemos fait toujours la même chose : il critique telle ou telle politique gouvernementale, mais il continue d'en faire partie “fièrement”», comme la queue du PSOE.

L'autonomie n'est pas l'autodétermination
La politique d'autonomie est un piège. Une “région autonome” avec certaines compétences dans certains domaines secondaires n'a rien à voir avec  l'autodétermination. C'est plutôt pour l'enterrer. L'ONU est complice de cette politique puisque la MINURSO (Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara Occidental) joue un rôle opposé à celui qui lui a donné vie, qui était la tenue d'un référendum d'autodétermination. Seul le peuple sahraoui a le droit de décider de son destin.

La guerre et les revendications renaissent
Pendant de nombreuses années, les attentes envers l'ONU ont marqué le destin sahraoui. C'est une voie qui a prouvé son échec à parvenir à l'autodétermination. Cependant, depuis les provocations et les attaques marocaines au col de Guerguerat, le Front Polisario a relancé la guerre contre les envahisseurs. Le peuple sahraoui résiste héroïquement dans ses territoires et dans les camps. Et la jeunesse a été à l'avant-garde des revendications d'autodétermination. C'est la voie à suivre et à approfondir.

Mobilisation en ce moment
La gravité de la décision du gouvernement espagnol nécessite un appel immédiat à la mobilisation pour condamner la décision du gouvernement. Ni les syndicats ni les partis, majoritairement de gauche, ne doivent détourner le regard devant ce qui se passe. Ils doivent défendre l'autodétermination du Sahara Occidental et exiger que le gouvernement revienne sur sa décision. Il ne suffit pas d'écrire des communiqués, ni de demander des explications au Congrès. Un appel spécifique à la mobilisation est
nécessaire, qui doit également être solidaire avec le peuple ukrainien face à l'invasion russe.

Les socialistes révolutionnaires avec le peuple sahraoui
A la Ligue Internationale Socialiste , nous continuerons à soutenir le peuple sahraoui et ses revendications contre l'oppression marocaine, l'ingérence impérialiste, le rôle cynique de l'ONU, la présence de l'État génocidaire d'Israël en Afrique, la violation des droits de l'homme et l'existence de le mur de la honte. Nous sommes pour la liberté et l'autodétermination qui, du fait des intérêts en conflit, doivent être intimement liées aux luttes des travailleurs du monde, particulièrement au Maghreb, en Afrique et en
Europe. Affronter de puissants ennemis communs demande de plus en plus d'unité. Mais aussi une sortie par le haut, qui ne peut être que le socialisme. Face à cette stratégie, nous construisons quotidiennement des partis socialistes révolutionnaires sous les bannières de la LIS.

Modifié le jeudi 24 mars 2022
Voir aussi dans la catégorie International
Décision révoltante de Sánchez contre le peuple sahraoui

Le gouvernement PSOE-UP s'est rangé ouvertement et officiellement du côté de l'envahisseur marocain. Pour la deuxième fois de son histoire, l'Espagne poignarde le Sahara Occidental. Le projet du...

1er Congrès de la Ligue Internationale Socialiste, Buenos Aires, 4-11 décembre 20211er Congrès de la Ligue Internationale Socialiste, Buenos Aires, 4-11 décembre 2021

Samedi 4 décembre 2021, à Buenos Aires, le premier congrès de la Ligue InternationaleSocialiste (LIS) a débuté par un meeting d’ouverture réunissant des délégué.e.s de 25 pays issus des...

L'Amérique latine se révolte et entame un virage à gauche !L'Amérique latine se révolte et entame un virage à gauche !

par Alejandro Bodart, référent du Mouvement socialiste des travailleurs (MST) argentin et coordinateur de la Ligue Socialiste Internationale (LIS) La révolte de la jeunesse et des travailleurs...

Les Ouïghours : un peuple en danger de mortLes Ouïghours : un peuple en danger de mort

Les Ouïghours sont un peuple turcophone, à majorité musulmane sunnite, habitant la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine. Réprimés durant tout le XXe siècle, les Ouïghours sont...

Le drapeau de l’Internationale flottait sur la CommuneLe drapeau de l’Internationale flottait sur la Commune

Ce sont les oublié.e.s des combattant.e.s de la Commune de Paris. Des hommes et femmes ont combattu et péri comme leurs frères et sœurs de combat français.e.s ; des étranger.e.s ont lutté sous...

« Le processus révolutionnaire du 22 février 2019 reprendra son cours »« Le processus révolutionnaire du 22 février 2019 reprendra son cours »

La Commune fait le point avec notre camarade Jacques Vingtras, correspondant pour la Ligue socialiste internationale (LIS) en Algérie, à presque deux ans de l'anniversaire du « Hirak » («...



HAUT