Nous réfutons l'attaque contre Alejandro Bodart. Le sionisme, contre la liberté d'expression

Une fois de plus, comme chaque fois que la politique raciste et colonialiste de l'État d'Israël est critiquée et ses crimes répudiés, le sionisme se manifeste dans les médias et les réseaux sociaux avec une campagne de menaces et d'attaques sournoises. Ils n'ont pas fini de harceler le large groupe qui a répudié l'assassinat "de sang-froid" du journaliste de la chaîne Al Jazeera par l'armée israélienne (dont notre collègue et leader du MST à la FIT Unidad Alejandro Bodart), qui est revenu à la charge, comme toujours, pour dissimuler sa politique raciste.

Le 18 mai, le portail sioniste Identidades a publié une note diffamatoire contre Alejandro Bodart, reproduisant des communications dans des réseaux d'organisations sionistes identifiées à l'État d'Israël. Attaque qui a suivi d'autres moyens identifiés avec ce secteur politique et qui comprend des institutions telles que la DAIA.

Dans une attitude clairement anti-démocratique et de restriction de la liberté d'expression, ces dirigeants dénoncent une opinion politique exprimée par Bodart sur le réseau Twitter : « 74 ans de la catastrophe vécue par le peuple palestinien, aux mains de l'État raciste et génocidaire de Israël. La clé, symbole de leurs maisons et terres volées, est présente dans chaque combat. Pour une Palestine laïque et démocratique, du fleuve à la mer ». Une opinion plus conforme à ce qu'est la défense d'une cause historique, celle de la libération du peuple palestinien, de la colonisation commencée en 1948 par un véritable nettoyage ethnique et l'établissement d'un État-enclave impérialiste ; pour une Palestine laïque, démocratique et non raciste. Parce que nous nous défendons historiquement de nos secteurs actuels et nombreux du pays et du monde et que nous continuerons à faire avancer avec la plus grande force.

Imprudemment, CWS Latin America affirme qu' « il y a crime ». L'Organisation sioniste argentine (OSA) va plus loin : « Ces expressions, et bien d'autres de leur part, sont clairement antisémites selon la définition adoptée par notre pays par la résolution n° 114/2020 du ministère des Affaires étrangères, du Commerce international. et Culte et elles devraient faire l'objet d'une plainte pénale. Et la DAIA de conclure en disant qu'elle « participe à la banalisation de la Shoah en exprimant 'Sionisme=Nazisme' ».

En plus de déformer la réalité, ces organisations cherchent à censurer la liberté d'expression et à criminaliser les opinions.

Encore une fois : l'antisionisme, rien à voir avec l'antisémitisme

Les propos de Bodart s'inscrivent dans la droite ligne de la position historique de notre courant et des nombreux secteurs politiques, sociaux et culturels du pays et du monde. Et bien sûr, ce n'est pas la première fois que ces secteurs qui justifient et soutiennent la colonisation, le racisme et les massacres répétés contre le peuple palestinien entendent criminaliser nous tous qui répudions les crimes sionistes et sommes solidaires de la cause palestinienne.

Premièrement, ils mentent et déforment la réalité pour accuser tous ceux qui critiquent la politique d'Israël d'antisémitisme et de négation de l'Holocauste. Nous avons déjà dit qu'utiliser le génocide nazi contre les Juifs pour justifier la politique anti-palestinienne d'Israël est une contrefaçon grossière et rusée. Car le terme sémitique, qui est linguistique et non racial, englobe tous les peuples arabes, pas seulement ceux de langue hébraïque, et inclut les Palestiniens eux-mêmes. Bodart critique l'État d'Israël, pas les Juifs.

Et parce que le sionisme est un mouvement politique qui défend la priorité de ceux qui professent la religion juive sur tous les droits de la population indigène de Palestine, majoritairement arabe et musulmane. Une idéologie clairement suprémaciste et raciste proche du nazisme qui se fonde sur l'occupation violente de la Palestine et la persécution permanente de son peuple par l'État d'Israël. Par conséquent, être antisioniste est une position clairement politique et non raciale.

Bâillon et criminalisation de l'opinion politique

Depuis 2016, pour museler les critiques d'Israël et ses politiques colonialistes et racistes, le sionisme a élargi sa définition de l'antisémitisme. Selon l'IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance), et la résolution 114 citant l'OSA, « c'est une certaine perception des juifs qui peut s'exprimer par la haine des juifs. Les manifestations physiques et rhétoriques de l'antisémitisme visent les personnes juives ou non juives et/ou leurs biens, les institutions des communautés juives et leurs lieux de culte. Depuis lors, Israël a encouragé les parlements de tous les pays à approuver cette déformation afin de persécuter les opposants.

Au-delà de la génuflexion de certains pouvoirs législatifs qui ont approuvé cette définition aberrante (comme les législatures de CABA et de Córdoba), cette définition arbitraire a été largement rejetée pour restreindre et criminaliser la liberté d'expression. Au nom du combat contre l'intolérance et l'antisémitisme, il vise à censurer quiconque ose critiquer l'Etat d'Israël et sa politique, comme en l'occurrence notre collègue Bodart.

Nous nions et nous ne permettrons pas qu'en utilisant les victimes d'hier, ils légitiment les atrocités commises aujourd'hui contre le peuple palestinien et persécutent ceux qui les dénoncent.

Modifié le jeudi 26 mai 2022
Voir aussi dans la catégorie International
Etats-Unis : victoire de l’obscurantisme.Etats-Unis : victoire de l’obscurantisme.

Ce vendredi 24 juin 2022 est certainement le jour le plus sombre pour les femmes états-uniennes. La Cour suprême a renversé l’arrêt de 1973 qui garantissait le droit àl’avortement dans...

Nous réfutons l'attaque contre Alejandro Bodart. Le sionisme, contre la liberté d'expression

Une fois de plus, comme chaque fois que la politique raciste et colonialiste de l'État d'Israël est critiquée et ses crimes répudiés, le sionisme se manifeste dans les médias et les réseaux...

Décision révoltante de Sánchez contre le peuple sahraoui

Le gouvernement PSOE-UP s'est rangé ouvertement et officiellement du côté de l'envahisseur marocain. Pour la deuxième fois de son histoire, l'Espagne poignarde le Sahara Occidental. Le projet du...

1er Congrès de la Ligue Internationale Socialiste, Buenos Aires, 4-11 décembre 20211er Congrès de la Ligue Internationale Socialiste, Buenos Aires, 4-11 décembre 2021

Samedi 4 décembre 2021, à Buenos Aires, le premier congrès de la Ligue InternationaleSocialiste (LIS) a débuté par un meeting d’ouverture réunissant des délégué.e.s de 25 pays issus des...

L'Amérique latine se révolte et entame un virage à gauche !L'Amérique latine se révolte et entame un virage à gauche !

par Alejandro Bodart, référent du Mouvement socialiste des travailleurs (MST) argentin et coordinateur de la Ligue Socialiste Internationale (LIS) La révolte de la jeunesse et des travailleurs...

Les Ouïghours : un peuple en danger de mortLes Ouïghours : un peuple en danger de mort

Les Ouïghours sont un peuple turcophone, à majorité musulmane sunnite, habitant la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine. Réprimés durant tout le XXe siècle, les Ouïghours sont...



HAUT