Le martyre du peuple palestinien

Publié le lundi 05 septembre 2016

La répression continue en prenant un tournant plus radical. Tous les moyens sont utilisés par le régime sioniste pour en finir avec le peuple palestinien. L'appel au crime n'est même plus tabou pour quelques religieux fanatiques. Au milieu de cette politique d'apartheid, les Palestiniens essaient de maintenir un cadre politique en organisant des élections le 8 octobre prochain.

Le martyre du peuple palestinien

Il n'est pas un jour sans qu'un Palestinien tombe sous les balles de Tsahal ou de colons sionistes. Les jeunes sont les premières victimes de cette chasse à l'homme organisée. Quand ils ne sont pas abattus dans les rues des villages palestiniens, c'est dans leurs lieux d'enfermement que le pouvoir sioniste exécute ses basses œuvres. Quand un prisonnier ose se révolter en entamant une grève de la faim, la répression est immédiate : mauvais traitements et tortures.

Le nettoyage ethnique à l’œuvre

Mais éliminer physiquement le peuple palestinien n'est pas suffisant. Le détruire économiquement est une autre activité du génocide ethnique. Nous savons que le gouvernement sioniste détourne à son profit l'eau si rare de cette région. En assoiffant les Palestiniens et en les empêchant de cultiver, les sionistes tentent de faire fuir ceux qui voudraient encore vivre en Palestine. Une autre méthode est de mettre à mal l'aide internationale destinée au peuple palestinien. Dans les premiers mois de l'année 2016, l'état sioniste a démoli au moins 150 structures financées par l'Union européenne en Cisjordanie sous occupation. Cette politique de la table rase répond à la fois au souhait de voir disparaître le peuple palestinien mais aussi à des mesures de rétorsions face à la décision de l’U.E. de faire étiqueter les produits israéliens. Pour s'en convaincre, il suffit de se référer à la déclaration de Moti Yogef qui a fait pression pour l'augmentation des démolitions : « Je ne doute pas que la position ferme du gouvernement est en partie le résultat des mesures unilatérales prises par l'Europe. » On attend toujours une réponse de la courageuse Europe.

Les petits frères sionistes de Daesh

Daesh a des petits frères en Israël : quelques rabbins extrémistes et fous de Dieu. Ce sont de véritables appels aux crimes que certains rabbins inoculent à leurs moutons sous influence. Après avoir distillé la haine, ils passent à la vitesse supérieure. Ainsi, le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef affirme : « Les non-juifs ne devraient pas pouvoir vivre en Israël » ; en quelque sorte « Israël aux Israéliens »... Il semblerait que le rabbin Shlomo Malmyd ait donné sa bénédiction aux colons d'empoisonner l'eau potable des Palestiniens. Quant au grand rabbin des armées, le colonel Eyal Karim, nouvellement nommé, il a, par le passé, entendu que la Torah autorisait les militaires juifs à violer les femmes non-juives. Enfin, le rabbin Yig'al Levinstein, patron de l'une des institutions militaires chargées de la conscription, s'est donné en spectacle à la colonie de Eli. Après s'en être pris violemment aux homosexuels qu'il a traité de « petits pervers », il a dénoncé la position hypocrite du gouvernement sioniste qui appelle à éviter de tuer des civils, en déclarant : « Mais épargner les civils innocents, cela revient à mettre nos propres troupes en danger, et c'est intolérable ». Sans commentaire. Le ministre chargé de l'éducation, Naftali Bennett (chef du parti « Maison Juive », ultra-orthodoxe) enchaîne : « Nous devons faire en sorte d'enterrer les résistants palestiniens dans un cimetière secret et démolir les maisons de leurs villages ». La barbarie est en marche.

L’enjeu des élections

Le 8 octobre, la population palestinienne est appelée à voter dans les 300 municipalités, villages et conseils régionaux. Le Hamas et l'Autorité Palestinienne étaient en négociation depuis 2011 pour arriver à ce compromis. Une victoire possible du Hamas en Cisjordanie comme dans les villes de Hébron, Djénine et Naplouse, et inversement une victoire possible du Fatah dans le nord de la bande de Gaza. Les populations locales ayant autant à reprocher aux deux factions. Dans cette situation, les factions de gauche ont ratifié un accord électoral signé par le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine (FDLP), l'Union Démocratique Palestinienne (FIDA), le Parti du Peuple Palestinien (PPP) et l'Initiative Nationale Palestinienne (PNI). le but de cette coalition est clair : briser la polarisation entre le Fatah et le Hamas. C'est un enjeu de taille face à la politique d'apartheid et d'assassinats du régime sioniste.

Francis Charpentier,
le 30-08-2016


Voir aussi dans la catégorie Palestine
La question palestinienne, du XIXe siècle à nos joursLa question palestinienne, du XIXe siècle à nos jours

Voici en pièce jointe la version PDF de l'édition 2004 de notre brochure "La question palestinienne".Document indispensable pour qui souhaite démêler la situation du Proche-Orient et, plus...

État d’Israël – État criminelÉtat d’Israël – État criminel

Halte aux Massacres ! La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 41 – Vendredi 13 avril 2018 Le porte-parole de l’armée israélienne tweetait le 30 mars : « rien ne s’est accompli sans...

Ahed TamimiDu sang palestinien sur les mains de Trump

Trump, utilisant une loi étasunienne de 1995, a répondu aux aspirations des sionistes du gouvernement Netanyahou, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël. L’annonce de...

Beatrix von StorchLes alliés antisémites de l’État d’Israël

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD), parti d’extrême-droite, malgré un antisémitisme reconnu, voit dans Israël et sa politique antimusulmane un allié possible. Les sionistes et les...

« Nos chaînes seront brisées avant que nous le soyons » (Marwan Barghouti)« Nos chaînes seront brisées avant que nous le soyons » (Marwan Barghouti)

Pendant 40 jours, des centaines de prisonniers palestiniens ont mené une grève de la faim. Malgré une politique de répression systématique envers les grévistes, ceux-ci ont tenu sans faillir...

Marwan BarghoutiGrève de la faim des prisonniers palestiniens

Marwan Barghouti a lancé une vaste grève de la faim des prisonniers palestiniens. Malgré les risques, leur mouvement est sans faille. Malgré les mensonges et manipulations du pouvoir sioniste,...



HAUT