Déclaration internationale : pour un système unique, public, gratuit et universel de santé

Déclaration internationale : pour un système unique, public, gratuit et universel de santé

Notre santé, nos droits : pas leurs profits ni un système de santé privatisé qui ne couvre pas les besoins des plus nécessiteux, ni notre sécurité.

Le 28 avril prochain est la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail. Cette année, elle survient au milieu d’une crise mondiale accélérée et aggravée par la pandémie du coronavirus. Cette crise frappe les travailleurs du monde et met en évidence les conséquences des politiques d’austérité, des réformes structurelles réactionnaires qui suppriment les acquis sociaux, qui font croître l’inégalité sociale et la débâcle de la santé et des services publics. Les gouvernements, au-delà des différences et particularités mineures, accordent la priorité aux profits capitalistes sur la santé des peuples.

Bien que la sécurité des personnels de santé en première ligne dans la lutte contre la pandémie soit une priorité, nous devons souligner la nécessité de défendre les droits de l’ensemble de la classe ouvrière et de tous les secteurs exploités.

(…)

La crise des systèmes de santé et des conditions de travail

La pandémie a révélé l’effondrement des systèmes de santé, épuisé par la logique capitaliste du profit, de la privatisation et de l’austérité. Elle démontre l’incapacité du système capitaliste à répondre à la crise sanitaire, sociale et économique. Les plans de sauvetage sont destinés aux banques et aux entreprises, pas aux travailleurs.

(…)

Sans aucun doute, la réduction drastique des budgets de la santé encouragée par les organisations financières capitalistes, la promotion des politiques de frais de santé et la privatisation des prestations de santé au détriment du secteur public, la réduction progressive des investissements publics dans la science, la technologie et la recherche, se combinent et laissent la population sans défense.

Les gouvernements n’ont pas réussi à arrêter la pandémie.

(…)

La santé des personnels de santé requiert une attention particulière. Des milliers de travailleurs de la santé sont infectés et meurent en raison du manque d’équipement de protection individuelle (EPI). Ce n’est pas une fatalité.

(…)

C’est pourquoi, la première revendication en cette Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail concerne les EPI, les congés pour les groupes à risque et les tests de diagnostics exigés par les travailleurs de la santé. Mais cela est insuffisant à moins que des mesures ne soient prises pour évoluer vers un système unique, nationalisant le secteur privé.

Prendre soin de ceux qui prennent soin de nous pour aller vers un modèle de santé socialiste

Nous promouvons la lutte de la classe ouvrière et des peuples du monde pour un programme de mesures d’urgence sur la voie du modèle socialiste afin de garantir les pleins droits aux travailleurs et un système de santé unique garantissant un accès universel, gratuit et égal.

– Budget santé basé sur le non-paiement des dettes extérieures et un véritable impôt sur les grandes fortunes, à commencer par les banques et les entreprises. Nous devons prioriser notre santé, pas leurs profits.

– Embauche immédiate du personnel de santé nécessaire avec un salaire adéquat et tous les droits du travail.

– Équipement de protection et de sécurité pour tous les travailleurs pendant la pandémie. Des tests de diagnostic périodiques pour l’ensemble de la classe ouvrière assurant des tâches essentielles et, en premier lieu, pour tout le personnel de santé. Temps libre pour les groupes à risque. Dissolution des compagnies d’assurance contre les risques. Couverture complète par l’État.

– Comités de crise nationaux et régionaux et dans chaque établissement avec les travailleurs et les patients, pour planifier démocratiquement l’intervention contre la pandémie.

– Déclarer l’ensemble de la structure productive de nos pays d’utilité sociale pour centraliser, planifier et reconvertir toutes les activités économiques en fonction des nécessités sociales de la majorité pour répondre aux besoins et à la pandémie.

– Système de soins de santé unique pour centraliser les moyens déjà existants et le personnel. Production publique de médicaments. Déclaration d’utilité sociale des laboratoires, des monopoles pharmaceutiques et des moyens du secteur privé en vue de sa nationalisation et de son intégration définitive dans un système public unique. Financement du système à partir des revenus généraux sur la base d’un système fiscal progressif.

– Congés payés avec paiement intégral du salaire aux travailleurs mis en quarantaine et interdiction des licenciements et des suspensions. Des revenus et des aides pour les travailleurs informels, indépendants et des chômeurs. Interdiction des expulsions. Logement et distribution de nourriture pour les sans-abri. Mettre fin à toute persécution des migrants, aucune expulsion, accès complet au système de santé.

– Dehors Bolsonaro et les gouvernements négationnistes et criminels contre leurs peuples. Lutter pour une sortie de la pandémie en faveur de la classe ouvrière, les secteurs populaires, pour la santé, la vie et les droits de la majorité; parce qu’ils valent plus que tous les profits capitalistes. Il existe deux pandémies pour la classe ouvrière mondiale : le COVID19 et le système qui nous exploite et nous opprime. Il n’y a pas d’humanisation possible du capitalisme. Nous avons besoin d’un modèle de soins de santé et de vie d’une société socialiste dotée d’une démocratie pleine et réelle.

Cependant, cette déclaration et la date du 28 avril ne sont qu’un point de départ, car nous avons l’intention de multiplier et de prolonger une campagne véritablement internationale au-delà de cette journée spécifique.

(…)

* Cette déclaration est le produit d’un débat collectif entre la Ligue Socialiste Internationale, Lucha Socialista du Brésil et des organisations sociales et syndicales de diverses parties du monde.

27 avril 2020

Modifié le mercredi 22 juillet 2020
Voir aussi dans la catégorie International
Déclaration internationale : pour un système unique, public, gratuit et universel de santéDéclaration internationale : pour un système unique, public, gratuit et universel de santé

Notre santé, nos droits : pas leurs profits ni un système de santé privatisé qui ne couvre pas les besoins des plus nécessiteux, ni notre sécurité. Le 28 avril prochain est la Journée...

Pas de justice, pas de paix !Pas de justice, pas de paix !

Le meurtre de George Floyd à Minneapolis le 25 mai 2020, étouffé par un policier lors d’une interpellation, a provoqué une onde de choc et de révoltes dans le monde entier contre les violences...

Ni quotas, ni barbelés : accueil de tous les réfugiésNi quotas, ni barbelés : accueil de tous les réfugiés

Des réfugiés par milliers fuient les théâtres de guerre, de misère et de faim. Les fauteurs de ces guerres se retrouvent pris à leur propre piège. Ils ont laissé ces malheureux mourir en...

Mourir pour Lampedusa

La migration organisée ou non laisse au travers de l'histoire une trace indélébile d'exploitation, de privation, de misère et de mort. L’État français, mais aussi toutes les puissances...

Gerardo UCEDACrise économique mondiale : Quelques réflexions sur une crise qui n’en finit pas…

Si nous devions définir les caractéristiques principales de la crise économique mondiale ouverte en 2007-2008, nous devrions faire une référence obligée à l’augmentation du capital...

Ebola : le virus de l’impérialisme

Il y a probablement des milliers de siècles que le virus Ebola était tapi dans la forêt équatoriale comme hôte d'une des 300 000 variétés de chauve-souris; il y a 28 ans qu'il s'est attaqué...



HAUT