Urgence - Hôpital

Les hôpitaux sont la proie des prédateurs au pouvoir. S’appuyant sur des lois, des décrets, des réformes de rationnement et de rentabilisation de la santé, au nom de « la maîtrise des dépenses », les gouvernements capitalistes successifs ont créé les conditions qui conduisent à la situation catastrophique dans laquelle les hôpitaux plongent. Une campagne nationale de défense des hôpitaux est indispensable parce que vitale.

Urgence - Hôpital

Nous savons dans quel but opèrent les « décideurs » : ouvrir un marché de la santé, transférer le plus possible de prestations dues à la population au privé. Cela va de pair avec la volonté politique de ceux qui gouvernent de porter le coup de grâce à l’Assurance-maladie.

Résistance en bas, attentisme en haut

Ces plans se heurtent à la résistance des personnels, des médecins dont la souffrance croît de jour en jour. Cette résistance, bien souvent, s’appuie localement sur la population. Mais, il faut bien le dire, cette résistance bute sur l’attentisme des dirigeants des fédérations syndicales directement impliquées qui ne « fédèrent » pas. A se demander pourquoi ces fédérations, de concert avec les confédérations, ne lancent pas un appel à la population pour se lever tous ensemble contre cet enfer hospitalier qu’engendre la politique capitaliste de Sarkozy, Hollande hier et Macron aujourd’hui. Cet attentisme n’a aucune raison valable, du point de vue syndical.

L’enfer hospitalier

Certes, les fédérations CGT, FO, SUD ne manquent pas d’exiger très justement de façon très précise et parfois très « technique » l’abrogation des lois Bachelot-Touraine, la suppression des GHT*. Nous partageons bien entendu cette position de fond mais elle ne saurait en aucun cas servir de paravent pour ne pas battre le fer nationalement, tous ensemble, contre ce qui découle de ces réformes et ce qui les rend applicables : suppressions d’emploi et de lits, fermetures ou transferts de service, développement de l’ambulatoire au profit des centres de « soins de suite et de réadaptation » qui sont aux mains du privé, heures supplémentaires non payées, pénurie cruelle de matériel, refus de prendre les dispositions préventives pour parer à une épidémie de grippe aux conséquences mortelles, volonté d’appliquer le décret édicté sous Mitterrand qui permettrait de licencier des agents de l’AP qui refuseraient leur reclassement « ailleurs ».

Des patients sacrifiés

Les patients sont tout autant sacrifiés : outre le temps d’attente parfois dangereux aux urgences faute de place et d’effectif, les séjours en SSR*, en lieu et place d’une hospitalisation jusqu’à consolidation, sont coûteux et obligent à prendre des mutuelles qui prennent cher. Le silence s’est fait sur les 21 000 morts de la grippe au cours de l’hiver 2016-2017. On entend bien sûr les bonnes âmes railler que beaucoup vont aux urgences pour de la « bobologie »… Faute de médecins de ville aux heures creuses, les médecins étant incités par ailleurs à ne plus faire de visite à domicile au nom de « la maîtrise des dépenses ». Voilà pourquoi les gens vont souvent directement aux urgences.

Les personnes handicapées, les sans-abri, les personnes âgées et les enfants sont les premières victimes de la crise des hôpitaux qui se développe. La « gestion hospitalière » du pouvoir, froidement inhumaine est tout autant le creuset des inégalités toujours plus criantes.

« Garantir la vie »

Parmi ses buts, la révolution de 1789-1793 se donnait pour but de « garantir la vie » pour qu’elle ne soit plus livrée à l’arbitraire de la charité, de la pitié ecclésiastique ou publique, au « cas par cas ». La pensée politique dominante de notre époque confine à présent au « Moyen-Âge moderne », en deçà des droits de l’Homme et des citoyens et s’en cache à peine ou pas.

Aussi, nous concevons la défense des hôpitaux, de la santé et de la Sécurité sociale, comme une défense de RUPTURE avec le gouvernement capitaliste et l’ordre établi contre nous tous. Elle n’attend pas « une perspective politique » quelle qu’elle soit. Par leurs nombreuses grèves, les personnels des hôpitaux ont déjà montré la voie, celle de la lutte de classes directe ; nous pouvons inverser la vapeur.



Daniel Petri,
21 janvier 2018



SSR : Soins de suite et de réadaptation

GHT : groupement hospitalier du territoire- structure instaurée par la loi Touraine de 2015 selon le principe suivant : « Le groupement hospitalier de territoire (...) assure la rationalisation des modes de gestion par une mise en commun de fonctions ou par des transferts d’activités entre établissements . Dans chaque groupement, les établissements parties élaborent un projet médical partagé garantissant une offre de proximité ainsi que l’accès à une offre de référence et de recours . »1

AP : assistance publique



1 http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0650.asp

Modifié le mardi 13 février 2018
Voir aussi dans la catégorie France
Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)

Qu'ils s'en aillent tous, qu'il n'en reste aucun ! La réplique du séisme abstentionniste du premier tour des élections régionales du 20 juin 2021 a été toute aussi puissante, ce dimanche 27...

La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871

La Semaine sanglante est le nom des derniers jours de la Commune de Paris, de la répression du premier gouvernement ouvrier et de toutes celles et ceux qui l'ont défendue contre les troupes du...

Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !

La crise économique et sociale s'installe durablement. Pour la classe ouvrière, tous les signaux sont au rouge. Pour les « investisseurs », tout au contraire, la France est parmi les pays les...

De la grève du vote à la révolte abstentionniste !De la grève du vote à la révolte abstentionniste !

C’est un tremblement de terre politique qui a eu lieu ce dimanche 21 juin 2021 à l’occasion du premier tour des élections régionales et départementales. Avec 66,7 %, jamais dans l’histoire...

La gifle et la manifestation du 12 juin 2021La gifle et la manifestation du 12 juin 2021

La gifle assénée à Macron a la vertu de sa clarté corporelle. Peu importe celui qui la lui a donnée : elle illustre de manière cinglante l'exaspération et le ras-le-bol de la population face...

Discrimination syndicale à la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration

Smaïl Bessaha, représentant CGT du personnel de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, situé dans le Palais de la Porte Dorée, a accepté de répondre à nos questions sur la...



HAUT