Une direction irresponsable

Résumé du 77ème jour de grève des postiers du 92 (mardi 15 avril 2014)Le Parisien 92 titrait en Une ce matin : " Des milliers d'habitants impactés par la grève à La Poste ". D'autres journalistes ont appelé les grévistes ce matin pour en savoir plus, et RTL, 20 Minutes ont également donné un écho à la grève, ce qui a évidemment encouragé les grévistes.

Comme la direction de La Poste 92 persistait à refuser d'intégrer Gennevilliers au protocole de fin de conflit, les grévistes sont intervenus sur ce bureau ce matin. La question qu'ils ont posée était simple : pour garantir la prise en compte des revendications des grévistes de ce bureaux, une seule méthode marche, à savoir se mettre en grève majoritaire. Suite à cette prise de parole le taux de grève est passé de 25 à 55%.

Une prise de parole a également eu lieu ce matin à Neuilly, où la direction cherche à mette en place le projet "Factéo", qui consiste à doter les facteurs de Smartphones pour leur faire prendre en charge de nouvelles tâches (relevé des comptes EDF, constats de dégâts des eaux...). Evidemment, la direction ne dit pas qu'elle va toucher des centaines de milliers d'euros pour la réalisation de ces services, sans pour autant verser un seul centime aux postiers. Une majorité de facteurs de Neuilly refuse d'utiliser ces Smartphones et de réaliser des tâches supplémentaires non-payées.



Alors que la presse commence à rendre publique la perturbation importante qu'occasionne la grève dans la distribution du courrier, alors qu'il devient de plus en plus évident que la direction est incapable de couvrir les positions de travail et que le courrier en souffrance s'accumule, la direction a joué un drôle de numéro aujourd'hui en négociation. Elle a en effet prétendu croire que discuter d'un calendrier de report des réorganisations signifiait que les facteurs et les représentants syndicaux donnaient dès maintenant leur accord aux suppressions d'emplois...

La direction doit comprendre qu'elle n'a pas affaire à des " partenaires sociaux " : si elle croit que les grévistes vont être des " partenaires " de sa politique, qu'ils vont l'aider à mettre en place des suppressions d'emplois, des tâches supplémentaires non-payées etc, elle se met le doigt dans l'oeil. C'est même le contraire : elle fait face à des grévistes déterminés à s'opposer à sa politique qui sème précarité, bas salaires et suppressions d'emplois. Pour sortir du conflit actuel, les grévistes proposent tout simplement un compromis qui correspond au rapport de forces : il s'agit de reporter les réorganisations, ce qui signifie tout simplement qu'elles ne se mettent pas en place pour le moment... ni plus, ni moins.

Alors que tôt ou tard il faudra bien accepter un compromis qui correspond aux forces en présence, la direction joue les gros bras et elle porte ainsi l'entière responsabilité de la prolongation d'un conflit qui dure depuis longtemps déjà. Une prochaine négociation a néanmoins été fixée à jeudi. La direction fait mine de mettre la barre plus haut, les grévistes sont prêts à relever le défi.


Fête de soutien aux postiers du 92 : samedi 19 avril à partir de 20h, lieu à confirmer




Comité de grève des postiers du 92
Modifié le mardi 06 mai 2014
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT