Un toit, un bail, pour tous !

un bail | LogementDes milliers de personnes ont manifesté à Paris pour le logement, le samedi 15 octobre. Parmi les participants se trouvaient des familles mal-logées d'Alfortville et de Vitry-sur-Seine, au coude à coude avec le CCSA et le Comité de soutien aux familles expulsées d'Aubervilliers, tous réunis dans un même cortège, tous unis autour des mêmes mots d'ordre. Nous poursuivons ici le dossier sur la crise du logement et les conséquences de la politique du logement en France commencé le mois dernier (La Commune n° 51).Ils défilent ensemble, les résidents du 2 rue Véron à Alfortville, un immeuble-taudis dont le Syndicat d'Action Foncière du Val-de-Marne veut les expulser, ceux du 50, avenue Rouget de Lisle à Vitry, un immeuble privé d'eau courante, infesté par les rats, des habitants de la ZAC des bords de Marne, un quartier voué à la démolition où la municipalité veut implanter des bureaux, où les habitants sont en proie à l'humidité, aux courts-circuits, aux revêtements au plomb avec les risques de saturnisme que l'on sait ; ceux des hôtels meublés et des familles sans logis. Avec eux, le comité de soutien aux familles expulsées d'Aubervilliers, contraintes de camper pendant 4 mois dans des conditions abominables, face à une municipalité dirigée par le PCF qui s'est montrée particulièrement impitoyable.

" Quel élu municipal voudrait habiter ici ? "

Tout au long de la manifestation, le cortège Vitry-Alfortville-Aubervilliers scande, comme un leitmotiv : " Réquisition de tous les logements vides et si vous ne le faites pas, on réquisitionnera ! " De ce cortège, particulièrement combatif, se dressent les pancartes sur lesquelles les mal-logés témoignent de leur sort : " La toiture s'effondre, nous n'avons toujours pas de chauffage, tout est humide, et chez vous, Monsieur Rouquet ? [Maire d'Alfortville,NdlR] ", une autre pancarte montre la photo d'une façade d'un bâtiment qui se lézarde en profondeur, avec pour commentaire : " Quel élu municipal voudrait habiter ici ? ".Ou encore, parmi bien d'autres, cette pancarte-ci : " À l'hôtel depuis un an avec 3 enfants, le conseil général paye pour moi à l'hôtelier 1650 € par mois ! Il y a donc de l'argent pour me loger un HLM ". Et, sur la banderole du Comité de Soutien d'Aubervilliers, nous lisons très nettement : " À Aubervilliers aussi, refusons les expulsions ".

La casse programmée du logement social HLM

Les média se sont montrées très discrets sur la manifestation dans son ensemble ; ce qui n'enlève rien à la détermination grandissante des mal-logés, qui ne veulent pas continuer à vivre " comme des animaux " et qui accusent le gouvernement, les bailleurs sociaux et les municipalités de tout bord d'être à l'origine de la crise du logement, par leurs plans d'urbanisme, leurs projets de démolition de quartiers populaires, leurs politiques d'attribution des logements discriminatoires. Tous ces plans gouvernementaux, départementaux et locaux font le lit de la casse programmée du logement social HLM. Au-delà des effets d'annonce, les dernières mesures de Borloo visent à inciter les salariés à quitter Les HLM pour " accéder à la propriété " dans des conditions hypothétiques et précaires, en abaissant le plafond au-dessus duquel les locataires paient des surloyers exorbitants, en incitant à la vente de logements HLM, en offrant des terrains à la construction de logements sans dire lesquels et pour qui. De même lorsque Borloo brandit l'étendard de la lutte pour l'éradication des logements insalubres : est-ce pour les remplacer par des HLM ? À Alfortville, entre autres, la réponse est non : la municipalité PS-PC-Verts, suivant Borloo à la trace, remplace les taudis par des bureaux et des beaux immeubles à près de 2000 euros le m². Mais la révolte des mal-logés ne fait que commencer.




Notre position

- Réquisition immédiate de tous les logements et bureaux vides (application de l'article L-641 du Code de la construction et de l'habitat) en faveur des sans-logis, des familles placées dans les hôtels meublés, des familles entassées dans des habitations insalubres et dangereuses ;

- Un vrai toit, un vrai bail dans le parc HLM, pour toutes les familles mal-logées ;

- Plus une seule expulsion de logement, pour des arrêtés municipaux protégeant la population en difficulté du fait de la crise économique et de la maladie, pour l'interdiction des expulsions ;

- Pas une seule démolition de HLM, pour leur réhabilitation sans augmentation de loyers et charges aux dernières normes de confort et de sécurité incendie.

- Construction massive de HLM.
Modifié le mercredi 02 novembre 2005
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT