Un mois de grève, et une motivation intacte

et une motivation intacte | Résumé du 30ème jour de grève des postiers du 9229 janvier-28 février : cela fait 30 jour que la grève des posters du 92 a commencé. A l'origine, le conflit était parti de la demande de prolongation en CDD d'un contrat aidé pour une collègue de Rueil. A cause de l'attitude intransigeante de la direction, plus d'une centaine de grévistes de Rueil, La Garenne-Colombes/Bois-Colombes, Courbevoie, Gennevilliers, du CTED de Colombes, d'Asnières... et d'autres centres sont en bagarre contre les suppressions d'emplois, pour l'embauche des précaires, contre les tâches supplémentaires non rémunérées et pour une prime de vie chère.

Les grévistes ont encore des réserves

La direction a cherché à infliger un maximum de mauvais coups à la fois ces derniers jours. Elle a mis le paquet (propagande patronale anti-grève, paies sechées, interventions policières, refus de négociation, départ en vacances du directeur départemental...) mais elle ne va pas tarder à épuiser son répertoire.

A l'inverse, il reste encore plusieurs cordes à l'arc des grévistes, en termes d'action à mener dans les jours qui viennent, et en termes d'extension : la prise de parole organisée aujourd'hui à Chaville a prouvé que de nouveaux bureaux étaient susceptibles de débrayer.

Nouvelle visite à la mairie de La Garenne

Les grévistes se sont réunis en AG à La Garenne-Colombes et après avoir fait le bilan de la semaine de grève, ont de nouveau été reçus par la mairie. Il est évident que l'impact de la grève sur la population et sur les élus se fit sentir. Les grévistes ont de leur côté fait comprendre au représentant de la mairie qu'une forte intervention de la part des pouvoirs publics était souhaitable s'ils souhaitaient mettre fin aux perturbations dans la distribution du courrier. Ils ont également indiqué qu'ils n'envisageaient pas un instant de reprendre le travail sans aoir rien obtenu de significatif.

La direction opère un recul sur les paies

La DOTC 92 a fait un premier pas en arrière concernant les paies : elle a fini par verser 2 semaines de salaires à tous les grévistes dont les paies avaient été séchées. Une preuve de plus que malgré toute son arrogance, la direction ne peut pas se permettre n'importe quoi quand elle fait face à des grévistes déterminés. Des grévistes qui se sont rassemblés devant la DOTC en fin d'après-midi et qui comptent engranger de nouveaux soutiens à partir de la semaine prochaine.


Fête de soutien aux grévistes samedi 1er mars à partir de 20h, 11 rue des anciennes mairies à Nanterre (RER Nanterre Ville)


Modifié le mardi 11 mars 2014
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT