Révolte des banlieues : La haine des bien-pensants

On ne compte plus les débats, les commentaires, les polémiques dans les média, parmi les hommes politiques, qui visent à caractériser la révolte des banlieues. Il y a bien sûr le venin de Sarkozy, traitant les jeunes de racaille. Mais, derrière lui, il y a tout le cortège de ceux qui, hommes politiques ou commentateurs, n'ont pas protesté, ou alors bien mollement contre l'état d'urgence (qui se poursuit encore à ce jour). Et il y a ceux, et non des moindres, les grands intellectuels, paraît-il, de notre pays, qui ont déversé leur bile. Commentaire.Rappelons tout d'abord que, contrairement aux affirmations de Sarkozy, " La majorité des mineurs qui ont été interpellés et présentés à des juges des enfants étaient des jeunes gens " ordinaires ". Agés de 16-17 ans, souvent Français, ils ont obtenu au cours de leurs études des résultats moyens [...] " (Le Monde, 26 novembre 2005). Ce diagnostic est confirmé par de nombreuses sources. Ainsi, le correspondant du journal Libération note, après avoir assisté aux jugements des tribunaux du Nord :

" " Les deux tiers des jeunes qui passent en comparution immédiate après les incendies nocturnes sont des Jean-Marc et des Maxime " indique un journaliste familier du tribunal de grande instance. " Ce ne sont pas que des bronzés " confirme Serge Damiens, éducateur à la mission locale de Lille. " Dans le quartier des Bois-Blancs à Lille, quand l'école a brûlé, la première demi-heure, ils étaient tous blancs ". Ça ne l'étonne pas. " La couleur de la peau est un handicap à l'embauche, c'est vrai. Mais l'adresse aussi. Ceux qui veulent s'en sortir donnent souvent l'adresse fictive d'une tante hors du quartier ou dans la ville voisine ". [...] Ici, il y a des familles " blanches " très pauvres. "

Émeutes de la misère ou polygamie ?

Le même profil des interpellés se retrouve en région parisienne, ainsi à Bobigny, " " la très grande majorité " des mineurs ont " un profil de primo-délinquant " a déclaré Denis Fauriat, secrétaire général du parquet de Bobigny. Même analyse à Lyon, Nancy, à Marseille " (Libération,18 novembre ). Il s'agit bien de ce que nous avions caractérisé comme des émeutes de la misère, un cri de colère de ces jeunes contre la situation faite à leurs familles et à eux-mêmes, avec le handicap supplémentaire, pour les jeunes issus de l'immigration, de la discrimination et du racisme. Ça n'est pas, malgré les évidences accumulées sous nos yeux, l'avis de tous.

Ainsi notre éminente historienne Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie française, a déclaré à la télévision russe : " Ces gens, ils viennent directement de leurs villages africains. Or, la ville de Paris et les autres villes d'Europe, ce ne sont pas des villages africains. Tout le monde s'étonne : pourquoi les enfants africains sont dans la rue et pas à l'école ? Pourquoi leurs parents ne peuvent acheter un appartement ? C'est clair, pourquoi : beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. [...] On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues. "

La polygamie à l'origine des émeutes, ben voyons ...

" Amener la culture aux sauvages "

Dans le même registre, il y a aussi Alain Finkielkraut. Celui-ci a déclaré, entre autres, dans le quotidien israélien Haaretz, le 18 novembre :

" On voudrait réduire les émeutes des banlieues à leur dimension sociale, y voir une révolte des jeunes contre la discrimination et le chômage. Le problème est que la plupart sont noirs ou arabes, avec une identité musulmane. [...] Désormais, on enseigne qu'ils furent [la colonisation et l'esclavage, NdlR] uniquement négatifs et non que le projet colonial entendait éduquer et amener la culture aux sauvages ". Vous avez bien lu.

Enfin, un autre de ses amis, André Glucksmann, n'est pas en reste.

Dans une chronique pour Le Monde du 21 novembre dernier, sous le titre " les feux de la haine ", il donne son point de vue sur les racines du mal :

" [...] Qui vote à 55 % contre l'Europe et mêle son bulletin avec ceux des extrêmes et des racistes ? [...] Qui se dit prêt à faire capoter l'OMC et se moque, au nom de nos 2 % de paysans, de l'immense misère africaine ? La diplomatie française se comporte dans les rapports internationaux comme s'il s'agissait de purs rapports de nuisance. Hier elle est au mieux avec Saddam, aujourd'hui avec Poutine. Elle traite à l'occasion de " résistants " les égorgeurs de Bagdad. "

Après les polygames, après les noirs et les arabes, voilà les vrais responsables de ce qui va mal en France : ceux qui ont voté non le 29 mai dernier, ceux qui sont contre la guerre en Irak ...

Quand la bourgeoisie a peur, les bien pensants et ceux qui mangent à sa table tremblent avec elle.

" Une horde d'étrangers, vomis pour détruire nos cités, pour emprisonner nos compatriotes et pour donner à l'Europe ce spectacle à jamais odieux dont nous avons été les témoins désolés ". Non, ce n'est pas de Finkielkraut, de Sarkozy, Le Pen ou Glucksmann ... c'est de Favre, supplétif de Thiers, massacreur de la Commune de Paris, en 1872.
Modifié le mardi 19 septembre 2006
Voir aussi dans la catégorie France
Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)

Qu'ils s'en aillent tous, qu'il n'en reste aucun ! La réplique du séisme abstentionniste du premier tour des élections régionales du 20 juin 2021 a été toute aussi puissante, ce dimanche 27...

La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871

La Semaine sanglante est le nom des derniers jours de la Commune de Paris, de la répression du premier gouvernement ouvrier et de toutes celles et ceux qui l'ont défendue contre les troupes du...

Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !

La crise économique et sociale s'installe durablement. Pour la classe ouvrière, tous les signaux sont au rouge. Pour les « investisseurs », tout au contraire, la France est parmi les pays les...

De la grève du vote à la révolte abstentionniste !De la grève du vote à la révolte abstentionniste !

C’est un tremblement de terre politique qui a eu lieu ce dimanche 21 juin 2021 à l’occasion du premier tour des élections régionales et départementales. Avec 66,7 %, jamais dans l’histoire...

La gifle et la manifestation du 12 juin 2021La gifle et la manifestation du 12 juin 2021

La gifle assénée à Macron a la vertu de sa clarté corporelle. Peu importe celui qui la lui a donnée : elle illustre de manière cinglante l'exaspération et le ras-le-bol de la population face...

Discrimination syndicale à la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration

Smaïl Bessaha, représentant CGT du personnel de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, situé dans le Palais de la Porte Dorée, a accepté de répondre à nos questions sur la...



HAUT