Révolte des banlieues : La haine des bien-pensants

On ne compte plus les débats, les commentaires, les polémiques dans les média, parmi les hommes politiques, qui visent à caractériser la révolte des banlieues. Il y a bien sûr le venin de Sarkozy, traitant les jeunes de racaille. Mais, derrière lui, il y a tout le cortège de ceux qui, hommes politiques ou commentateurs, n'ont pas protesté, ou alors bien mollement contre l'état d'urgence (qui se poursuit encore à ce jour). Et il y a ceux, et non des moindres, les grands intellectuels, paraît-il, de notre pays, qui ont déversé leur bile. Commentaire.Rappelons tout d'abord que, contrairement aux affirmations de Sarkozy, " La majorité des mineurs qui ont été interpellés et présentés à des juges des enfants étaient des jeunes gens " ordinaires ". Agés de 16-17 ans, souvent Français, ils ont obtenu au cours de leurs études des résultats moyens [...] " (Le Monde, 26 novembre 2005). Ce diagnostic est confirmé par de nombreuses sources. Ainsi, le correspondant du journal Libération note, après avoir assisté aux jugements des tribunaux du Nord :

" " Les deux tiers des jeunes qui passent en comparution immédiate après les incendies nocturnes sont des Jean-Marc et des Maxime " indique un journaliste familier du tribunal de grande instance. " Ce ne sont pas que des bronzés " confirme Serge Damiens, éducateur à la mission locale de Lille. " Dans le quartier des Bois-Blancs à Lille, quand l'école a brûlé, la première demi-heure, ils étaient tous blancs ". Ça ne l'étonne pas. " La couleur de la peau est un handicap à l'embauche, c'est vrai. Mais l'adresse aussi. Ceux qui veulent s'en sortir donnent souvent l'adresse fictive d'une tante hors du quartier ou dans la ville voisine ". [...] Ici, il y a des familles " blanches " très pauvres. "

Émeutes de la misère ou polygamie ?

Le même profil des interpellés se retrouve en région parisienne, ainsi à Bobigny, " " la très grande majorité " des mineurs ont " un profil de primo-délinquant " a déclaré Denis Fauriat, secrétaire général du parquet de Bobigny. Même analyse à Lyon, Nancy, à Marseille " (Libération,18 novembre ). Il s'agit bien de ce que nous avions caractérisé comme des émeutes de la misère, un cri de colère de ces jeunes contre la situation faite à leurs familles et à eux-mêmes, avec le handicap supplémentaire, pour les jeunes issus de l'immigration, de la discrimination et du racisme. Ça n'est pas, malgré les évidences accumulées sous nos yeux, l'avis de tous.

Ainsi notre éminente historienne Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie française, a déclaré à la télévision russe : " Ces gens, ils viennent directement de leurs villages africains. Or, la ville de Paris et les autres villes d'Europe, ce ne sont pas des villages africains. Tout le monde s'étonne : pourquoi les enfants africains sont dans la rue et pas à l'école ? Pourquoi leurs parents ne peuvent acheter un appartement ? C'est clair, pourquoi : beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. [...] On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues. "

La polygamie à l'origine des émeutes, ben voyons ...

" Amener la culture aux sauvages "

Dans le même registre, il y a aussi Alain Finkielkraut. Celui-ci a déclaré, entre autres, dans le quotidien israélien Haaretz, le 18 novembre :

" On voudrait réduire les émeutes des banlieues à leur dimension sociale, y voir une révolte des jeunes contre la discrimination et le chômage. Le problème est que la plupart sont noirs ou arabes, avec une identité musulmane. [...] Désormais, on enseigne qu'ils furent [la colonisation et l'esclavage, NdlR] uniquement négatifs et non que le projet colonial entendait éduquer et amener la culture aux sauvages ". Vous avez bien lu.

Enfin, un autre de ses amis, André Glucksmann, n'est pas en reste.

Dans une chronique pour Le Monde du 21 novembre dernier, sous le titre " les feux de la haine ", il donne son point de vue sur les racines du mal :

" [...] Qui vote à 55 % contre l'Europe et mêle son bulletin avec ceux des extrêmes et des racistes ? [...] Qui se dit prêt à faire capoter l'OMC et se moque, au nom de nos 2 % de paysans, de l'immense misère africaine ? La diplomatie française se comporte dans les rapports internationaux comme s'il s'agissait de purs rapports de nuisance. Hier elle est au mieux avec Saddam, aujourd'hui avec Poutine. Elle traite à l'occasion de " résistants " les égorgeurs de Bagdad. "

Après les polygames, après les noirs et les arabes, voilà les vrais responsables de ce qui va mal en France : ceux qui ont voté non le 29 mai dernier, ceux qui sont contre la guerre en Irak ...

Quand la bourgeoisie a peur, les bien pensants et ceux qui mangent à sa table tremblent avec elle.

" Une horde d'étrangers, vomis pour détruire nos cités, pour emprisonner nos compatriotes et pour donner à l'Europe ce spectacle à jamais odieux dont nous avons été les témoins désolés ". Non, ce n'est pas de Finkielkraut, de Sarkozy, Le Pen ou Glucksmann ... c'est de Favre, supplétif de Thiers, massacreur de la Commune de Paris, en 1872.
Modifié le mardi 19 septembre 2006
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT