Occupation du Siège du courrier et nouvelle intervention policière contre les grévistes

Résumé de la 36ème journée de grève des postiers du 92La journée a commencé par un nouveau débrayage à Gennevilliers : le nombre de grévistes a été aujourd'hui bien plus important que depuis le début de la semaine. Encouragés par ce succès, les grévistes ont cherché à frapper de nouveau la direction de La Poste.



Gruyère SA

Les grévistes avaient obtenu hier un RDV avec la direction suite à leurs interventions à la PIC et à la PFC. Cependant, le mail envoyé par la direction spécifiait " qu'étant donné vos pratiques inacceptables, nous prendrons comme base le protocole de fin de conflit du 25 février ". Protocole qui ne propose que l'application du précédent protocole de fin de conflit de 2011 à Courbevoie, l'embauche d'un des 4 emplois précaires à Rueil et l'obtention d'un local syndical à Rueil Sardou. Quant aux revendications sur les réorgs, sur les 10 RC monétisables par an, sur les tâches supplémentaires non payées etc. sont censées être discutées établissement par établissement après reprise du travail (!!). Proposer cela à des facteurs en grève depuis 36 jours équivaut à les insulter.

l'objectif des grévistes aujourd'hui en se rendant au Siège national du Courrier boulevard Brune à Paris, était donc de s'adresser à leurs responsables nationaux directs pour exiger une réelle négociation et pas une entourloupe. Vaugirard à deux reprises, le siège central de La Banque Postale, maintenant le Siège Courrier à Brune... A la consternation des responsables de la sûreté du Siège, les grévistes sont encore une fois parvenus à entrer sans encombre dans un des sièges de La Poste alors que la direction avait renforcé son dispositif sécuritaire. Les grévistes ont pu constater que les locaux du boulevard Brune, comme ceux de Vaugirard, sont particulièrement cossus, bien plus beaux que la moyenne des bureaux de Poste. Nous avions déjà manifesté devant le Siège de boulevard Brune et nous avions promis de revenir si on se payait notre tête. Et nous sommes donc revenus, cette fois-ci en nous préparant à passer la nuit sur place. La direction de La Poste n'arrive décidément pas à nous empêcher de nous rendre là où bon nous semble !



La Poste a un partenariat avec la préfecture

Les grévistes sont directement allés à l'étage où se trouvent les bureaux des hauts dirigeants du courrier et ont investi la salle du Conseil où ils ont l'habitude de se réunir.

Au lieu de chercher à discuter, la direction a une nouvelle fois eu recours à la force pour nous déloger : en début de soirée, une bonne douzaine de cars de CRS ont été mobilisés. Un panier à salade grand format avait été spécialement préparé pour emmener un maximum de grévistes au poste. Mais une fois de plus, nous sommes parvenus à sortir par un passage dérobé, au nez et à la barbe des policiers qui s'étaient préparés à nous cueillir. La direction n'a toujours pas compris que procéder de la sorte ne faisait que renforcer la détermination des grévistes. Elle risque d'avoir de nouvelles mauvaises surprises dans les prochains jours et en tout cas, elle aura constamment la menace de nouvelles actions des grévistes du 92 qui planera au-dessus de sa tête.




Prochaines échéances : Vendredi 7 mars 18h au 3 bd du Levant, rassemblement de soutien aux grévistes





Samedi 8 mars à partir de 20h, fête de soutien aux postiers grévistes du 92, à la salle des Guignons, 7 bd du Général Leclerc Nanterre (RER Nanterre Ville)






Modifié le jeudi 06 mars 2014
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT