Les grévistes se structurent et se préparent à faire monter la mobilisation d'un cran

Résumé du 15ème jour de grève des postiers du 92La mobilisation s'est ancrée à Courbevoie aujourd'hui : la reconduction de la grève a été votée à 60% dans l'établissement. La grève reconductible est donc ancrée aujourd'hui sur les établissements de Rueil, La Garenne/Bois-Colombes et Courbevoie en majoritaire, et sur le CTED en minoritaire.

Une manifestation visible
Les grévistes se sont regroupés à Nanterre et ont manifesté avec camion sono dans le centre-ville de Nanterre. Les slogans des grévistes ont retentis jusque sous les fenêtres de la DOTC : " A ceux qui veulent supprimer des emplois, les postiers répondent RESISTANCE ! ", " Pas de suvention pour la précarité, la Poste doit embaucher ", " Les tournées sont faites par les postiers, c'est donc à eux de décider s'il faut ou non en supprimer ". Une journaliste du Parisien avait fait le déplacement. Elle a pu constater que la direction se murait dans son refus de rencontrer les grévistes. Hier, elle prétextait un non-respect des consignes de sécurité pour écarter la négociation. Aujourd'hui, elle a été jusqu'à prétendre auprès du Parisien qu'elle n'avait pas reçu de préavis de grève départemental... Le directeur départemental ne pourra pas se cacher éternellement.

AG massive et comité de grève
Confrontés à cette attitude, les grévistes comprennent qu'ils ont besoin d'étendre la grève et d'optimiser son impact. La clé pour démultiplier lefficacité d'une grève, c'est de la structurer : l'Assemblée Générale s'est aujourd'hui mieux organisée, avec ordre du jour, tour de parole, temps de parole minuté et une participation large des grévistes à la prise de parole. Et dans l'après-midi, pour la deuxième journée de suite, plusieurs collègues de chacun des bureaux en grève se sont réunis en comité de grève pour préparer la journée du lendemain.

Une belle collecte
Pendant la manifestation, une petite délégation s'est rendue au Conseil Fédéral de SUD-PTT, auquel assistaient des représentants départementaux de tout le territoire. Les enjeux de la grève ont été expliqués à l'assemblée, et une collecte de 1300 euros a été effectuée dans la foulée (sans compter les chèques qui vont être envoyés dans les jours qui viennent).


Les grévistes ont néanmoins besoin d'un soutien financier le plus large possible pour pouvoir tenir : la Poste a pris l'habitude de retenir le maximum de jours de grève et de ne laisser que le minimum légal sur les paies (entre 400 et 500 euros).
Envoyez vos chèques à SUD Poste 92,
_ 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne-Colombes,
_ à l'ordre de SUD Poste 92, mention " solidarité grévistes " au dos.

Modifié le jeudi 13 février 2014
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT