Le 15 mai, certes, et après?

certes | Enseignement : rapport Pochard et suppressions de postesDepuis plusieurs mois, les annonces du ministère de l'éducation nationale se succèdent ne faisant que renforcer la colère de nombreux enseignants: suppressions de postes aux concours et dans les établissements, transformation des BEP/Bac Pro (4 ans) en Bac Pro 3 ans, commission Pochard visant le démantèlement du statut des enseignants et l'éclatement de l'ensemble de l'éducation nationale ... Une journée d'action de la Fonction publique est prévue le 15 mai. Et si Darcos ne cède pas en 24 h, ce qui est à prévoir, que convient-il de décider ?Le rapport de la commission Pochard préconise pour les enseignants du collège " l'intervention dans plusieurs champs disciplinaires ", et donc la constitution d'un corps d'enseignants bivalents, ce qui pose des problèmes de formation et de qualification. Les professeurs des écoles et les enseignants des lycées professionnels pourraient aussi être sollicités ! Le temps de travail (dans le secondaire) serait annualisé sur une base de 18 h hebdomadaires (devant élèves), auxquelles s'ajouteraient des " activités indissociables de l'acte d'enseigne­ment : l'accompagnement des élèves, la relation avec les familles, l'aide à l'orientation, le travail en équipe [etc.] ". Bref, le temps de présence obligatoire dans les établissements serait énormément alourdi !

Rapport Pochard : une provocation

Concernant les carrières, il est question de " gestion individualisée ", avec des promotions soumises " au mérite, à l'investissement personnel et à la performance ". Ceci va à l'encontre des progressions actuelles de carrières selon l'ancienneté et introduirait une part importante d'arbitraire et de subjectivité, variable selon les établissements.

En contrepartie des nouvelles obligations de service, il serait instauré une " prime modulable " dont la gestion reviendrait au chef d'établissement : une partie de la rémunération se ferait ainsi au " mérite ", à la " performance ", sur le modèle du secteur privé.

Le système de recrutement serait bouleversé avec les pistes suivantes : déconcentration de concours nationaux avec affectation académique, simplification des concours nationaux, recrutement de titulaires du " master d'enseignement " sur la base de candidatures individuelles. Au nom d'une gestion plus " fine " des affectations en fonction de " postes à profil " et des " besoins spécifiques " des établissements, l'idée d'un contrat est mise en avant entre les enseignants et leurs établissements d'affectation.

Pour l'évaluation des enseignants, le chef d'établissement verrait son rôle considérablement accru, ce qui ouvre la porte à pas mal de dérives ...

De manière très logique, il est proposé d'" élargir les marges d'autonomie et de responsabilité dans l'organisation des enseignements, dans l'organisation de l'activité enseignante, dans les pouvoirs confiés aux équipes de direction des établissements ", ce qui met en danger les normes nationales (diplômes, programmes, dotations horaires, etc.).

Il faudrait en quelque sorte que les établissements secondaires fonctionnent un peu comme des entreprises au nom d'une " gestion de proximité " et de particularités locales ! à partir du rapport de la commission Pochard (livre vert), le ministre de l'éducation Nationale, X. Darcos annonçait début février qu'il se donnait trois mois pour publier un livre blanc rassemblant les propositions du gouvernement sur la condition enseignante, après en avoir discuté avec les syndicats ...

11 200 postes en moins ...

Le ministère a prévu la suppression de 11 200 postes pour la rentrée 2008, première étape d'un plan de 80 000 suppressions de postes de 2009 à 2012 ! En Ile de France, dès la connaissance de suppressions de postes, de nombreux établissements ont organisé des manifestations, des rassemblements, des délégations aux Inspections d'Académie, se sont mis en grève. En Seine-Saint-Denis, plus de 600 postes disparaissent, dans les Yvelines près de 300, et dans l'Essonne 260 ... Les lycées techniques sont particulièrement touchés avec la suppression de BEP et d'une année d'étude pour obtenir un bac pro. En même temps, on constate une forte inflation des heures supplémentaires (pour compenser en partie les postes supprimés), alors que la majorité des profs n'en demande pas !

Concrètement, cela signifie surcharge de travail imposée aux enseignants, classes surchargées, options et dédoublements supprimés, disparition d'un diplôme comme le BEP, reconnu par les conventions collectives ...

Mutisme coupable

C'est l'éducation Nationale qui est en danger. Tous sont concernés : enseignants, élèves et parents. Devant une telle volonté de destruction, seuls les lycéens se mobilisent. Et les vacances de Pâques, censées refroidir leurs ardeurs, n'y ont rien fait, les lycéens continuent par milliers à descendre dans la rue depuis trois mois et exigent l'arrêt des suppressions de postes. Cherchez l'erreur : où sont les directions syndicales enseignantes ? Elles ont laissé les lycéens seuls face à Darcos. Enfin, le 15 mai prochain, elles appellent à une journée d'action de toute la Fonction publique. Et si le gouvernement ne cède pas, vont-elles nous donner rendez-vous pour la rentrée 2008 ou bien enfin appeler unies à la grève générale pour gagner ? Le temps presse et les dégâts s'accumulent ...
Modifié le mardi 13 mai 2008
Voir aussi dans la catégorie France
Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)

Qu'ils s'en aillent tous, qu'il n'en reste aucun ! La réplique du séisme abstentionniste du premier tour des élections régionales du 20 juin 2021 a été toute aussi puissante, ce dimanche 27...

La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871

La Semaine sanglante est le nom des derniers jours de la Commune de Paris, de la répression du premier gouvernement ouvrier et de toutes celles et ceux qui l'ont défendue contre les troupes du...

Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !

La crise économique et sociale s'installe durablement. Pour la classe ouvrière, tous les signaux sont au rouge. Pour les « investisseurs », tout au contraire, la France est parmi les pays les...

De la grève du vote à la révolte abstentionniste !De la grève du vote à la révolte abstentionniste !

C’est un tremblement de terre politique qui a eu lieu ce dimanche 21 juin 2021 à l’occasion du premier tour des élections régionales et départementales. Avec 66,7 %, jamais dans l’histoire...

La gifle et la manifestation du 12 juin 2021La gifle et la manifestation du 12 juin 2021

La gifle assénée à Macron a la vertu de sa clarté corporelle. Peu importe celui qui la lui a donnée : elle illustre de manière cinglante l'exaspération et le ras-le-bol de la population face...

Discrimination syndicale à la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration

Smaïl Bessaha, représentant CGT du personnel de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, situé dans le Palais de la Porte Dorée, a accepté de répondre à nos questions sur la...



HAUT