LEVÉE DE TOUTE MENACE DE SANCTION - CONTRE LES MILITANTS SYNDICAUX ÉLIANE CAROUGE - BÉATRICE HÉROLD - WLADIMIR SUSANJ

Appel de l'Assemblée Générale des personnels des Archives nationales avec Intersyndicale CFDT CFTC CGT ArchivesDepuis plus d'un an maintenant, le projet de Nicolas Sarkozy de créer et d'implanter une Maison de l'histoire de France sur le site parisien des Archives nationales est combattu avec la plus extrême détermination par le personnel des Archives nationales soutenu dans la lutte par une majorité d'historiens, intellectuels, universitaires, élus, syndicalistes, généalogistes, étudiants, simples salariés ou citoyens.

Tous ensemble, nous refusons que les Archives nationales, créées dans le souffle de la Révolution française, soient sacrifiées sur l'autel de la Maison de l'histoire de France, au nom des besoins politiciens et partisans d'une majorité aux abois. Au dialogue démocratique, le ministre a préféré la répression.

Réunis en Assemblée générale ce mardi 4 octobre, nous condamnons avec la plus extrême fermeté les menaces de sanctions qui ont été proférées contre nos collègues Eliane Carouge, conservateur en chef du patrimoine, représentante de la CFDT Archives, Béatrice Hérold, conservateur générale du patrimoine, représentante de la CFTC Archives et Wladimir Susanj, adjoint technique, secrétaire général de la CGT Archives, qui ne font qu'appliquer un mandat syndical qu'ils détiennent de leurs organisations syndicales et de nos assemblées générales.

Nous exigeons donc la levée immédiate et sans condition de toute menace de sanctions disciplinaires à leur encontre.

Nous estimons que ce sont tous les agents des Archives nationales qui sont en réalité menacés.

En faisant cela, le gouvernement, dont Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, est le bras armé, prend la responsabilité d'attaquer des militants syndicaux qui ne font rien d'autre que de défendre le service public. C'est une attaque contre les libertés syndicales, contre toutes les organisations syndicales, mais aussi une nouvelle tentative de criminalisation de l'action syndicale.

Nous, personnels des Archives nationales, refusons le démantèlement d'une institution au service de la démocratie et appelons les partis politiques, organisations syndicales, intellectuels, personnalités, à exiger, avec nous, la levée immédiate de toute sanction contre les militants syndicaux.

Les soussignés, sans forcément partager tout ou partie de l'appréciation sur la Maison de l'Histoire de France des personnels et organisations syndicales, condamnent néanmoins les menaces contre les syndicalistes.

Paris, le 4 octobre 2011



VOUS AUSSI, SIGNEZ ET FAITES SIGNER NOTRE APPEL !
Modifié le mardi 18 octobre 2011
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT