Grève générale aux Antilles, ILS ONT RAISON !

ILS ONT RAISON ! | Déclaration du Comité Chomeurs Salariés AlfortvilleLa grève générale qui s'est déclarée en Guadeloupe il y a trois semaines se propage maintenant à la Martinique et se prépare à la Réunion. En France, ce sont cinquante mille élèves et enseignants chercheurs qui ont manifesté dans tout le pays, unis dans la grève totale, le 6 février dernier. Le 12 février, des grèves spontanées ont éclaté aux usines Renault-Flins et Douai pour les salaires.

Comme l'a montré la puissance des manifestations du 29 janvier dernier (plus de deux millions et demi de personnes dans les rues, dans tout le pays), le mécontentement gronde dans toutes les couches de la population et dans tous les secteurs de la classe ouvrière.

Au sommet de l'Etat, on craint que la formidable grève générale des Antilles fasse tâche d'huile en " métropole ". Cette crainte se lit jusque dans les média voués à Sarkozy. Du côté du gouvernement, derrière l'arrogante façade, c'est la panique qui l'emporte.

A la base, dans les ateliers, dans les quartiers populaires, les chantiers et les bureaux, les salariés ne veulent plus continuer à se laisser dépouiller tranquillement de leurs droits, de leurs emplois, de leur pouvoir d'achat, les gens comprennent que le moment est venu de défaire ce gouvernement, d'en finir avec Sarkozy et ses réformes de destruction des hôpitaux, de l'enseignement supérieur, de l'éducation nationale, des communes (menacées de liquidation par les projets de suppression de la taxe professionnelle) et des HLM (menacés par la loi Boutin qui entrave l'accès au logement social et par les plans de Démolition de dizaines de milliers de logements sociaux, relayés par des municipalités qui se disent de gauche).

La grève générale interprofessionnelle est à l'ordre du jour.



0

Existe-t-il un autre moyen d'arrêter le bras de Sarkozy ?

Existe-t-il un autre moyen d'arracher les revendications vitales ?

A cette étape, le Figaro, journal des capitalistes et des banquiers, fait savoir que Sarkozy " pousse les syndicats à négocier ". Mais, négocier quoi ? Négocier, pour quoi faire ? Personne n'est dupe des roueries de Sarkozy et sa clique. Sarkozy veut associer les syndicats à la mise en oeuvre de ses " réformes " scélérates. Mais, le rôle des syndicats n'est pas d'accompagner les " réformes " du gouvernement au compte des capitalistes et des banquiers. Les syndicats ont pour tache de défendre en toutes circonstances et par tous les moyens nécessaires la feuille de paie et l'emploi de tous les salariés.

Pourquoi les directions syndicales devraient-elles obligatoirement se prêter à cette réunion de dupes ?

Posons la question autrement : peut-on attendre le 19 mars prochain pour appeler à une nouvelle journée de grèves et de manifestation ?

Peut-on laisser les salariés et habitants des Antilles se battre seuls face au Pouvoir en place ?
Peut-on laisser les personnels, enseignants et étudiants chercheurs en découdre seuls ?
Peut-on laisser les salariés de l'automobile se mobiliser seuls en attendant cinq semaines ?

Le meilleur moyen d'aider les travailleurs antillais à gagner, c'est de faire comme eux !




. Halte à la vie chère !

. Pas un seul licenciement !
. Interdiction totale des licenciements !

. 300 euros d'augmentation mensuelle de tous les salaires, allocations, pensions et minima sociaux !


0

Par la grève générale, comme aux Antilles, tous ensemble, au même moment !
Modifié le mardi 17 février 2009
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT