Début de semaine difficile pour la direction

Résumé du 41ème jour de grève des postiers du 92La journée a commencé par une nouvelle prise de parole à Neuilly. Les grévistes ont soulevé principalement 2 questions : celle des tâches supplémentaires non-payées (par l'intermédiaire du projet Facteo), et celle du paiement des plis électoraux. La direction locale a répondu à la deuxième question en indiquant à l'oral que les plis seraient payés à Neuilly de la même manière que lors des dernières élections, alors que la consigne nationale est de ne pas les payer sauf en cas de dépassement horaire. Si c'était le cas à Neuilly et ailleurs sur le 92, les grévistes mettront en avant auprès de leurs collègues des autres départements que la meilleure manière d'être payés, c'est de faire grève.

On s'invite à la réunion hebdomadaire de direction de la DOTC
Les grévistes ont ensuite de nouveau organisé une opération escargot jusqu'à la direction départementale courrier. Là-bas, ils sont parvenus sans aucune difficulté à se rendre à l'étage des bureaux des dirigeants de la DOTC, qui étaient en "CODIR", leur réunion hebdomadaire. Leur réaction aurait pu être d'au moins écouter ce que les grévistes avaient à leur dire. Une question, parmi d'autres, à laquelle il leur faudra bien répondre : pourquoi ne pas accepter l'intervention de l'Inspection du Travail dans les négociations ? La Poste aurait-elle peur d'un regard extérieur sur ses pratiques en termes de négociations ? Mais ils ont fait le choix de quitter immédiatement la salle, le visage crispé, puis d'aller s'enfermer à double tour dans le bureau de M. St-Guilhem, le directeur départemental. Les grévistes se sont ensuite rendus à la cantine, et là encore M. St-Guilhem a fui plutôt que de se retrouver à portée des grévistes. Une chose est certaine : ce midi, c'étaient les grévistes qui avaient le sourire tandis que les patrons étaient eux tendus.

Avis de tempête
On les comprend : les grévistes ont bien l'intention de mener une nouvelle semaine de grève la plus remplie possible en termes d'extension et d'actions. 12 établissements (dont 5 en majoritaire) sont pour l'instant touchés par le mouvement, un mouvement qui implique à la fois le Courrier et le Colis. Les grévistes du 92 n'ont pas l'intention de lâcher et les grèves nationales du 13 et du 18 mars sont des occasions de donner une caisse de résonance à la grève, dans le 92 et ailleurs. A un moment donné, la direction pouvait penser que le temps jouait pour elle. Mais à l'heure actuelle, plus les échéances de grève nationale et électorales s'approchent et plus la direction risque de perdre le contrôle de la situation.

Prochaines échéances :
- Vendredi 14/3 : rassemblement de soutien aux grévistes au 3 bd du Levant à Nanterre RER Nanterre-Ville
- Samedi 15/3 : fête des postiers du 92 (lieu à confirmer)
Modifié le mardi 01 avril 2014
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT