Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des défenseur.e.s des droits et libertés démocratiques, en plein état d’urgence, sous la contrainte du confinement. Une mobilisation à la mesure de la détermination de la population, au premier rang desquels se trouve la jeunesse, de voir ce projet de loi liberticide abandonné. C’est aussi la marque de la faiblesse politique de Macron et de son gouvernement, l’illustration de la crise qui ébranle le régime pourri et antidémocratique de la Ve République.

Les images des violences policières de ces dernières semaines ont rappelé à toutes et à chacun la brutalité et l’impunité dont jouissent leurs auteurs. Comment ne pas penser aux morts de Zined, de Bouna, d’Adama, de Steve, de Zineb, de Cédric, et au viol de Théo ? Quand Darmanin admet qu’il existe dans la police des « problèmes structurels », quand Macron déclare que les images de l’agression de Michel « nous font honte », ou quand il reconnaît que lorsque l’ « on a une couleur de peau qui n'est pas blanche , on est beaucoup plus contrôlé », ces deux-là ne font rien d’autre que d’avouer la nature profondément anti-ouvrière, raciste, xénophobe et islamophobe de la police et d’une « institution » toute entière dédiée à défendre les intérêts des capitalistes.

Comment ne pas penser aux mutilé.e.s et aux blessé.e.s en Gilets Jaunes, ou encore à la répression systématique subie par les manifestant.e.s, les salarié.e.s, les jeunes, lycéen.ne.s ou étudiant.e.s, les syndicalistes, depuis la grève contre la loi El Khomri en 2016 jusqu’à la réforme des retraites de 2020 ? Une répression violente que les habitant.e.s des banlieues et des cités subissent quotidiennement depuis plus de quatre décennies !Nous le savons, les lois sécuritaires sont employées, en premier lieu, contre la classe ouvrière et le mouvement syndical. De ce point de vue, Macron et son gouvernement préparent l’affrontement.

La menace sécuritaire s’exprime dans la volonté du gouvernement de municipaliser et de privatiser des pouvoirs de police et de gendarmerie (articles 1er à 19), de surveiller de manière étendue et non-contrôlée la population par des caméras individuelles portées par les policiers et des drones à des fins coercitives (articles 20 à 22), de censurer les images et leur diffusion des interventions policières et de les pénaliser (article 24), de permettre l'introduction d'armes de services sans que les agent.e.s soient en service dans les établissements recevant du public (article 25), de permettre à n’importe quel agent.e. assermenté.e de réaliser inopinément des tests d'alcoolémie sans qu'il n'y ait infraction au Code de la route (article 29), et d'interdire et pénaliser la possession et la fourniture de matériels pyrotechniques sans être artificier.e (article 30).

L’insécurité, la violence, la peur qui saisissent des millions de femmes, d’hommes et d’enfants, sont sociales : c’est le chômage, la pauvreté, la précarité, la faim, la paupérisation ! L’insécurité, c’est Macron-Castex-Darmanin. Toutes et tous ensemble, arrêtons le bras des casseurs !!!

RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

MACRON-CASTEX-DARMANIN, DEHORS !



Paris, le 4 décembre 2020



* À Paris la manifestation partira de la Porte des Lilas à 14h en direction de la Place de la République, la liste de l'ensemble des mobilisations prévues est en ligne sur le site https://www.ldh-france.org/loi-securite-globale-interpellez-vos-deputes/

Modifié le samedi 05 décembre 2020
Voir aussi dans la catégorie France
Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)

Qu'ils s'en aillent tous, qu'il n'en reste aucun ! La réplique du séisme abstentionniste du premier tour des élections régionales du 20 juin 2021 a été toute aussi puissante, ce dimanche 27...

La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871

La Semaine sanglante est le nom des derniers jours de la Commune de Paris, de la répression du premier gouvernement ouvrier et de toutes celles et ceux qui l'ont défendue contre les troupes du...

Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !

La crise économique et sociale s'installe durablement. Pour la classe ouvrière, tous les signaux sont au rouge. Pour les « investisseurs », tout au contraire, la France est parmi les pays les...

De la grève du vote à la révolte abstentionniste !De la grève du vote à la révolte abstentionniste !

C’est un tremblement de terre politique qui a eu lieu ce dimanche 21 juin 2021 à l’occasion du premier tour des élections régionales et départementales. Avec 66,7 %, jamais dans l’histoire...

La gifle et la manifestation du 12 juin 2021La gifle et la manifestation du 12 juin 2021

La gifle assénée à Macron a la vertu de sa clarté corporelle. Peu importe celui qui la lui a donnée : elle illustre de manière cinglante l'exaspération et le ras-le-bol de la population face...

Discrimination syndicale à la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration

Smaïl Bessaha, représentant CGT du personnel de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, situé dans le Palais de la Porte Dorée, a accepté de répondre à nos questions sur la...



HAUT