Casse de l’instruction publique : Réforme des collèges

« Réforme des Lycées » Chatel ; loi Peillon ; « réforme des rythmes scolaires » ; « réforme des collèges » Vallaud-Belkacem ; décentralisation : toutes ces politiques, menées dans la continuité des alternances gouvernementales - avec des directions syndicales toujours aux ordres-, procèdent d’un plan d’ensemble visant au démantèlement et à la liquidation de l’Education nationale. Pourquoi ? Parce que les capitalistes, dans cette période de crise de leur système,  estiment inutile de faire apprendre le socle des connaissances fondamentales à des enfants, des jeunes, qui pour la plupart vont aller grossir le flot de l’ « armée des chômeurs »

Enseignements disciplinaires : des horaires en chute libre

En 1972 l’Education nationale (arrêté du 2 mai 1972) prévoyait pour les élèves de 6ème, 27,5 heures de cours hebdomadaires (dont 10 heures en classes à faibles effectifs), soit un total pour les professeurs de 37,5 heures. En 2016, avec la « Réforme des collèges » de la ministre Vallaud-Belkacem, c’est 23 heures de cours disciplinaires et 3 heures d’accompagnement personnalisé, soit un total de 26 heures pour les professeurs. En seulement 44 années, les élèves ont vu leurs horaires d’enseignement disciplinaire baisser de 16,36 % et les professeurs de 30,6 %.

Autonomie et concurrence entre établissements

La « réforme des collèges » Vallaud-Belkacem accorde plus d’autonomie aux établissements. L’emploi de 20 % du temps scolaire sera dorénavant décidé localement selon des modalités nouvelles : enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), accompagnement personnalisé. La ministre Vallaud-Belkacem jure que l’interdisciplinarité et les EPI vont permettre de « lutter contre l’ennui des élèves » grâce à une vision « ludique » de l’école. 8 thèmes de travail ont été retenus : développement durable ; corps, santé et sécurité ; culture et création artistiques ; information, communication, citoyenneté ; sciences et société ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures régionales et étrangères ; monde économique et professionnel. Ces EPI sont basés sur la modulation et la répartition des heures d’enseignement par discipline et par année. Elles sont déduites des enseignements disciplinaires comme le français, les maths ou l’histoire. Ce ne sont pas des heures en plus. En 5ème, les disciplines traditionnelles perdent 1h; en 4ème, 4h00 et en 3ème, 6h30. Ainsi, en gardant un volume d’heures égal, un établissement peut décider d’accorder plus d’heures d’histoire et de géographie en 5ème et en 4ème, et moins en 3ème. C’est l’éclatement du cadre national des horaires !
Enfin, les collèges décideront, dans le cadre de leur projet d’établissement, les projets éducatifs des territoires et les parcours d’éducation artistique et culturelle dans une logique locale et choisiront leurs partenaires et leurs intervenants.

Des contenus menacés de dilution et de disparition

Que ce soit par un appauvrissement des programmes et par une baisse des exigences attendues. Que ce soit par la dilution de certains champs d’enseignement, comme le français, qui s’étend artificiellement aux « textes non littéraires », aux « films », à la « photographie », à l’ « opéra », et qui devient le support de la communication au détriment évident de la linguistique. Que ce soit par la liquidation des classes bi-langues et des sections européennes (et cela au détriment de l’allemand, du russe, de l’italien), ou de l’enseignement du latin et du grec, toutes choses jugées trop « élitistes » par Valls et Vallaud-Belkacem. Ce n’est pas l’annonce de l’enseignement d’une seconde langue en classe de 5ème qui peut changer la nocivité de toutes ces mesures.

Une réforme qui renforce les inégalités sociales

Les élèves issus des milieux les plus favorisés continueront à bénéficier d’un accès privilégié à la culture classique et aux « humanités ». Ils continueront à bénéficier de plus nombreux et plus fréquents séjours linguistiques qui leurs permettront de mieux apprendre une langue étrangère. Ils bénéficieront d’EPI grand luxe pendant que les enfants d’ouvriers et de chômeurs se contenteront d’un EPI sur « comment construire une cabane ? ». C’est aussi une possibilité pour le patronat d’entrer au cœur de l’école et de ses programmes, comme le loup entre dans une bergerie.

Abrogation de la contre-réforme Vallaud Belkacem !
Maintien des volumes horaires des enseignements disciplinaires !
Maintien des langues anciennes, des classes bi langues et des sections européennes !
Maintien du caractère national des programmes, défense du Statut et des règles statutaires nationales !
Respect de la liberté pédagogique !
Embauches d’enseignants dans toutes les disciplines, créations d’emplois dans toutes les filières et catégories !
Allègement des effectifs par classe !
Abrogation de la loi Peillon !
Abandon des contre-réformes Chatel !

Wladimir susanj
5 juillet 2015

Modifié le dimanche 12 juillet 2015
Voir aussi dans la catégorie France
Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)Élections régionales 2021 - deuxième tour (27 juin 2021)

Qu'ils s'en aillent tous, qu'il n'en reste aucun ! La réplique du séisme abstentionniste du premier tour des élections régionales du 20 juin 2021 a été toute aussi puissante, ce dimanche 27...

La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871La Semaine sanglante, 21-28 mai 1871

La Semaine sanglante est le nom des derniers jours de la Commune de Paris, de la répression du premier gouvernement ouvrier et de toutes celles et ceux qui l'ont défendue contre les troupes du...

Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !Chômage, précarité et misère : un été meurtrier !

La crise économique et sociale s'installe durablement. Pour la classe ouvrière, tous les signaux sont au rouge. Pour les « investisseurs », tout au contraire, la France est parmi les pays les...

De la grève du vote à la révolte abstentionniste !De la grève du vote à la révolte abstentionniste !

C’est un tremblement de terre politique qui a eu lieu ce dimanche 21 juin 2021 à l’occasion du premier tour des élections régionales et départementales. Avec 66,7 %, jamais dans l’histoire...

La gifle et la manifestation du 12 juin 2021La gifle et la manifestation du 12 juin 2021

La gifle assénée à Macron a la vertu de sa clarté corporelle. Peu importe celui qui la lui a donnée : elle illustre de manière cinglante l'exaspération et le ras-le-bol de la population face...

Discrimination syndicale à la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration

Smaïl Bessaha, représentant CGT du personnel de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, situé dans le Palais de la Porte Dorée, a accepté de répondre à nos questions sur la...



HAUT