Adama Traoré – 24 ans – décédé au cours d’une interpellation. Qui est responsable et pourquoi est-il mort ?

C'est un bien misérable été qui est en train de s'achever. Nous n'avons connu aucun temps mort dans les délires islamophobes et plus simplement racistes du personnel politique français. Même nos gouvernants n'ont pas lésiné sur les moyens pour porter coup sur coup à la classe ouvrière immigrée ou non, installant un climat nauséabond que ne peuvent honnêtement renier Le Pen père et fille.
Le destin du malheureux Amada Traoré en est une illustration tout à fait parlante.

Adama Traoré – 24 ans – décédé au cours d’une interpellation. Qui est responsable et pourquoi est-il mort ?
(photo : AFP)

Amada Traoré, 24 ans, a été interpellé par des gendarmes à Beaumont-sur-Oise le mardi 19 juillet 2016. Il ne ressortira jamais vivant de la gendarmerie.

Où et quand ?

Même si le parquet ordonne l'ouverture, dès le lendemain du drame, d'une information judiciaire sur les causes de la mort du jeune homme, rien n'a été précisément éclairci.

L'enquête commence mal puisque le rapport du SMUR et des pompiers, appelés par les gendarmes, est introuvable. Impossible de connaître l'heure exacte du décès… Un comble dans des locaux de gendarmerie, habituellement fréquentés par des officiers de police judiciaire.

Talonnant cette enquête, il en est une autre qui est ouverte, post mortem, à l'encontre de la victime, pour « rébellion ». Mais ne nous précipitons pas et ne voyons surtout pas là une manœuvre destinée à couvrir une éventuelle « bavure ». Dans le pays des droits de l'homme, tout est toujours parfaitement limpide et juste.

Le procureur de Pontoise, lui, reste très évasif sur les rapports d'autopsie. Il fait tout d'abord état d'un « malaise cardiaque » et d'une « infection très grave touchant plusieurs organes ». Ce qui ne peut qu'étonner la famille d'Adama qui le sait en parfaite santé.

Le 26 juillet, ce même procureur, second rapport d'autopsie en main, insiste sur une « absence de violences significatives » 1 alors que le document fait état d'un « syndrome asphyxique ».

Comment ?

Étrangement, notre représentant du ministère public a du mal à faire un certain rapprochement avec ce qu'a déclaré l'un des gendarmes chargé de « maîtriser » Amada Traoré : « Il a pris le poids de nos corps à tous les trois » 2 .

Outre le malaise cardiaque et l'infection, on parle même d'une victime « sous l'emprise du cannabis ». Serait-il donc mort tout seul, de son plein gré ? Peut-être va-t-on nous révéler un jour qu'il s'est volontairement donné la mort en retenant sa respiration afin de jeter l'opprobre sur les forces de l'ordre ?

Toujours est-il que les faits sont plus que dérangeants pour les gendarmes. Amada est resté menotté un long moment dans la cour de la gendarmerie en plein soleil alors que la température à l'ombre dépassait les 33°. À sa mort, le jeune homme souffrait d'hyperthermie avec une température corporelle de 39,2°. Coïncidence ?

Pourquoi ?

À la question de savoir comment et de quoi il est mort, peut s'ajouter celle du pourquoi.

Hollande-Valls-Cazeneuve peuvent être fiers de leur œuvre. Ces chevaliers de l'union nationale sont très forts pour apaiser une population, traumatisée par des attentats et une crise sociale, à coups d'état d'urgence, de loi El Khomri, de 49-3 et de matraque.

En toile de fond, un pari fou : l'islamophobie.

Ils ne pouvaient même pas ignorer qu'ils décomplexeraient comme jamais le racisme anti-noirs et anti-arabes.

Ainsi, d'après nos apprentis sorciers, nous vivrions dans un pays de cocagne dont le mode de vie idyllique serait insupportable pour l'« islamo-fascisme », cette bête noire de notre Manuel Valls de premier ministre. Lui qui, en 2008, alors qu'il était député maire d'Evry, se servait d'une pelle (sans doute pour la première et seule fois de sa vie) pour planter symboliquement un olivier en faveur des palestiniens. Lui qui n'avait alors pas de mots assez durs contre le sionisme lorsqu'il parlait de ce « mur honteux » érigé par les Israéliens pour parquer les habitants de Cisjordanie.

Ce même Manuel Valls qui, aujourd'hui, n'a de cesse d'éructer qu'antisionisme et antisémitisme sont synonymes…

Diviser pour mieux régner

Que de changement en huit ans ! Mais comment s'étonner de ces volte-face de la part de nos mercenaires de la politique ? Dépourvus de scrupules et d'empathie, ils usent et abusent de ce « diviser pour mieux régner » dans le seul but de préserver les taux de profits de leurs maîtres.

Ils jouent avec le feu, usant de pseudo-laïcité, d'une espèce d'athéisme ultra sélectif, de mensonges éhontés, ouvrant ainsi la porte à tous les dérapages possibles.

Devant ce spectacle minable, qui se poursuit encore et encore, de « radicalisations éclairs » en « attentats à l'impudeur » que sont les fameux burkinis, comment ne pas en déduire qu'Amada Traoré est mort le 19 juillet dernier parce qu'il était... noir ?

Aujourd'hui, il est temps de faire rentrer les injonctions de divisions dans la gorge de leurs auteurs. La meilleure réponse à ces racistes institutionnels doit venir des organisations ouvrières et démocratiques en exigeant justice et vérité pour Adama !

Vincent Lachefer,
24-08-2016

1. http://www.lepoint.fr/societe/mort-d-amada-traore-aucune-trace-de-violence-selon-la-contre-autopsie-28-07-2016-2057634_23.php

2. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160729.OBS5559/info-obs-mort-d-adama-traore-il-a-pris-le-poids-de-nos-corps-a-tous-les-trois.html

Modifié le lundi 05 septembre 2016
Voir aussi dans la catégorie France
Discrimination syndicale à la Cité nationale de l'Histoire de l'Immigration

Smaïl Benhassa, représentant CGT du personnel de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, situé dans le Palais de la Porte Dorée, a accepté de répondre à nos questions sur la...

Le Ministère de la Culture en temps de pandémie : la casse continue !Le Ministère de la Culture en temps de pandémie : la casse continue !

« Pour une heure, pour un jour, pour une semaine ou pour un mois, laissez-nous entrouvrir nos portes » réclamaient, dans une pétition publiée le 2 février dernier sur Change.org, une centaine...

La Commune de Paris 150e anniversaireLa Commune de Paris 150e anniversaire

Brève chronologie des 72 jours de la Commune 18 mars 1871. Enlèvement des canons à Montmartre, Belleville sur ordre de Thiers. Soulèvement de Paris. Fuite de Thiers à Versailles. 19 mars 1871....

150e anniversaire du 18 mars 1871

La Commune célèbre aujourd'hui la révolution à la butte Montmartre, là où tout a commencé !

8 mars 2021 : JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES8 mars 2021 : JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

Pour la défense des droits des femmes, pour l’égalité, contre l'exploitation et l'oppression du capitalisme et du patriarcat ! L'année dernière nous appelions à rejoindre les manifestations...

Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...



HAUT