ARRÊTEZ LA CASSE DU MINISTÈRE DE LA CULTURE

délégué national à la culture du PCF | Communiqué de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Alain Hayot, délégué national à la culture du PCFLe Parti communiste français exige le retrait du projet de " Maison de l'Histoire de France ". Loin des enjeux historiques et muséographiques actuels, ce projet renoue avec une conception de l'histoire nationale que l'on pensait révolue. Outre l'idée sarkozienne de lancer un " grand projet " emblématique d'un quinquennat qui, il est vrai, en manque cruellement, il s'agit, en s'appuyant sur un désir réel des citoyens de maîtriser la connaissance de leur propre histoire, de renouer avec un nationalisme hérité du 19e siècle et des heures les plus sombres du siècle dernier. La réhabilitation d'une conception figée et agressive de l'identité nationale, comme nous l'avons déjà constaté en d'autres circonstances, constitue un des axes majeurs de la politique sarkozienne, aux côtés de la marchandisation effrénée de la culture et de l'entertainment généralisé façon nord-américaine.

La communauté des historiens, comme l'ensemble des personnels du ministère de la Culture et de la Communication récusent le projet sarkozien de Maison de l'Histoire de France :
- Son implantation au sein du site des Archives, qui déstabiliserait l'évolution de ces dernières et rendrait impossible l'installation des archives du notariat, prévue de longue date à l'Hôtel de Rohan.
- Son coût prévisionnel de plusieurs dizaines de millions d'euros, dont 7 au moins ont déjà été dilapidés dans une préfiguration hasardeuse.
- Son statut atypique d'établissement public intégré à un GIP (groupement d'intérêt public) intégrant de surcroît 9 importants musées nationaux d'art et d'histoire, poursuivant ainsi le démantèlement des grands " Services à Compétence nationale " de ce ministère.

La ferme résistance des personnels et de leurs organisations syndicales a débouché sur une volée de sanctions disciplinaires, directement inspirées par le cabinet du ministre. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les mesures d'intimidation dont font l'objet plusieurs agents. Nous exigeons la levée immédiate des sanctions prises à l'encontre de fonctionnaires qui n'ont fait que remplir le mandat syndical qui leur a été confié.
Le Parti communiste français est, une fois de plus, aux côtés de tous ceux qui réclament l'abandon définitif de ce projet, à commencer par les personnels du Ministère de la Culture et de la Communication et de leurs organisations syndicales unanimes.

Paris, le 7 octobre 2011

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Alain Hayot, délégué national à la culture du PCF

Modifié le mercredi 19 octobre 2011
Voir aussi dans la catégorie France
Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !Loi de programmation pour la recherche : nouvel épisode de la casse de l'université !

Tout comme pour l'hôpital, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n'ont eu de cesse de déconstruire le système public de l'éducation, à l'école comme à l'université. Tour à...

La chasse aux pauvres est ouverte à Bayonne

La misère progresse en France et dans le monde. Face à cette misère croissante et de plus en plus visible, le capitalisme et ses serviteurs ont entrepris de faire en sorte qu’elle devienne le...

Plan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et MacronPlan d'urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron

« Il ne s'agit pas du heurt « normal » d'intérêts matériels opposés. Il s'agit de préserver le prolétariat de la déchéance, de la démoralisation et de la ruine. Il s'agit de la vie et de...

Loi de sécurité globale pour gouvernement aux aboisLoi de sécurité globale pour gouvernement aux abois

Voilà un mois maintenant que les mobilisations contre la loi de sécurité globale continuent. Malgré l'adoption de la loi en première lecture, l'ensemble de la population rejette avec force ce...

Notre priorité absolue : un plan d’urgence contre le chômage, la pauvreté et Macron !

Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne et rapporteur du budget, l’affirme : « les réformes restent d’actualité ». Et il précise : « c’est juste le calendrier qui est repensé...

Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !Ce n’est pas que l’article 24 qu’il faut défaire : RETRAIT TOTAL DE LA « LOI SÉCURITÉ GLOBALE » !

Rassemblant 500 000 manifestant.e.s dans 70 villes le samedi 28 novembre 2020, la mobilisation contre la « loi sécurité globale » a été massive. C’est un succès sans équivoque des...



HAUT