Le vent de la révolution souffle sur le monde

La situation mondiale vit un changement évident, avec des explosions, des révoltes et des révolutions. Ses causes, ses caractéristiques, ses défis.

Le vent de la révolution souffle sur le monde

Cette année, dans quasi tous les continents surviennent des révoltes et des insurrections, avec deux épicentres :

  • Le monde arabe, surtout le Moyen-Orient. Dans un nouvel épisode du Printemps arabe, il y a eu des révoltes en Tunisie, au Soudan et en Algérie, puis en Irak, en Iran et au Liban.

  • L’Amérique latine. Le peuple a renversé le gouverneur à Porto Rico, a combattu le plan d’ajustement en Équateur, s’est rebellé en Haïti, a fait une grève générale historique en Colombie, a fait une révolution au Chili. Le coup d’État et la résistance en Bolivie font partie du même processus.

Dans le même temps, la rébellion à Hong Kong contre la gouverneure fantoche de la bureaucratie chinoise a secoué toute l’Asie. L’Europe connaît la grève générale française, la relance du processus indépendantiste catalan et la crise du Brexit.

Mais le tout est plus que la somme des parties. Ce n’est pas une nouvelle conjoncture, mais un changement très profond de la situation mondiale, initié par la lutte des Gilets Jaunes. Après une période de polarisation, le mouvement de masse est passé à l’offensive.

Les causes profondes

30 ans après la chute du mur de Berlin, ce sont les illusions du capitalisme qui tombent. Aux yeux de millions de femmes et d’hommes, il est synonyme de faim, de guerres, de migrations forcées, de baisse du niveau de vie, de précarisation du travail, de surcroît de violence sexiste, de xénophobie et de destruction environnementale.

Plusieurs révoltes mettent en avant des demandes de démocratie face des pouvoirs dictatoriaux ou autoritaires. Mais leur origine se trouve dans la crise économique, surtout depuis 2008 : le capitalisme cherche à la faire payer par la classe ouvrière, les femmes, les jeunes et la classe ouvrière. Dans son déclin, le capitalisme ne saccage pas seulement l’environnement et les ressources naturelles mais aussi les emplois, les salaires, les conquêtes sociales, les droits, la vie.

Les caractéristiques

« Le trait le plus incontestable des révolutions est l’intervention directe des masses dans les événements historiques » , déclarait Trotsky. C’est ce qui se passe aujourd’hui. Il y a des actions directes et très massives, malgré la répression, avec une radicalisation des méthodes de lutte. L’avant-garde en est la jeunesse, qui se révolte contre le manque de perspectives, qui questionne tout et est prête à la révolution. Cette intervention directe des masses est également visible dans la vague féministe et dans la lutte environnementale et climatique.

Dans plusieurs pays, la pression sociale oblige la bureaucratie syndicale à appeler à la grève générale. Dans les cas les plus avancés surgit un double pouvoir dans les rues et même des assemblées, des conseils ou des coordinations, encore sans permanence ni centralisation. En raison de leur contenu et de leur dynamique anticapitaliste, et en l’absence de direction révolutionnaire, nous considérons ces processus comme des révolutions socialistes inconscientes.

Les défis politiques

Dans certains pays, lors de la chute des gouvernements et de la remise en cause des régimes, c’est le mot d’ordre d’ Assemblée constituante libre et souveraine pour tout réorganiser en faveur du peuple travailleur qui s’est imposé. Pourtant, outre un programme d’urgence et des mesures anticapitalistes de transition, face à la question du pouvoir, il faut prévoir le deuxième temps : un gouvernement ouvrier et populaire. Il faut aussi promouvoir des organisations d’autodétermination des masses, la grève générale et l’autodéfense contre la répression du pouvoir bourgeois.

Alors que le durcissement de la crise économique et politique ne laisse aucune marge de concession aux masses, les anciennes et les nouvelles directions bureaucratiques et réformistes qui souhaitent le compromis, défendent inconditionnellement le capitalisme et ses gouvernements. De manière contrastée selon les pays, les conditions politiques sont réunies pour la construction des partis révolutionnaires, tâche stratégique dans laquelle nous sommes engagé.e.s.




Pablo Vasco
Ligue Socialiste Internationale (LIS)
Dirigeant du Movimiemto Socialista de los Trabajadores (MST) argentin
Décembre 2019

Modifié le lundi 13 janvier 2020
Voir aussi dans la catégorie Argentine
Alternativa Socialista 762Alternativa Socialista 762

Re (cal) culando Debut con ajuste. La mitad del período estuvo atravesado por la pandemia de COVID19, que ha deteriorado la situación económica y social de las mayorías. Sin embargo, para hacer...

Le vent de la révolution souffle sur le mondeLe vent de la révolution souffle sur le monde

La situation mondiale vit un changement évident, avec des explosions, des révoltes et des révolutions. Ses causes, ses caractéristiques, ses défis.

Hector DaerRéforme des retraites en Argentine : le bras de fer

En décembre, la situation était extrêmement tendue en Argentine. La mobilisation contre la réforme des retraites a provoqué de violents affrontements à Buenos Aires entre la police et les...

Élections en Argentine : La déroute du péronisme et les perspectives du MSTÉlections en Argentine : La déroute du péronisme et les perspectives du MST

Le 22 octobre 2017, après les primaires du mois d’août, quelque 33,1 millions de citoyens ont été convoqués à des élections législatives partielles afin de remplacer, pour quatre ans, 127...

Le mouvement vers la grève généraleLe mouvement vers la grève générale

Les statistiques indiquent une amorce de reprise économique en Argentine mais, dans la rue, la tension sociale s'accentue en raison d’une inflation à 40 % : Des dizaines de milliers d'Argentins...

Mauricio MacriLe carnaval est terminé

Macri et Fillon sont bien de la même trempe. Fillon avait dit « si j'étais mis en examen (…) je ne pourrais pas être candidat ». Nous savons ce qu’il en est. Macri avait affirmé : « nous...



HAUT