Il y a quelque chose de pourri au royaume de Macron

Un pouvoir en marche pour sa réélection qui n’en finit pas de traîner des casseroles judiciaires … Une classe politique en décalage total avec la clairvoyance des masses … la fin de régime est proche !

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Macron

La monarchie des voyous

Le 16 juillet 2021, pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, un ministre de la Justice en exercice est mis en examen et reste en fonction. Eric Dupond-Moretti est soupçonné de « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire sur les fuites des écoutes de Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth. Dupond-Moretti, une fois nommé Garde des sceaux, aurait usé de son pouvoir pour se venger des juges qui, cherchant une « taupe », avaient autorisé l’examen de ses fadettes.

Puis le 10 septembre 2021, mise en examen de l’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, pour « mise en danger de la vie d’autrui » dans le cadre de son action et de la gestion de la crise Covid. Rappelons qu’Agnès Buzyn avait affirmé dans le journal Le Monde du 17 mars 2020 avoir informé Macron et Castex, en décembre 2019 et janvier 2020, du caractère dangereux et urgent de la situation pandémique en parlant de « tsunami ».

Enfin, le 13 septembre 2021, ouverture du procès d’Alexandre Benalla. C’est le nervi, l’auxiliaire de police amateur, et néanmoins adjoint au chef de cabinet de l’Élysée, proche de Macron, qui a violenté un couple de manifestants le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe à Paris, en se faisant passer pour un policier. Certains aiment les safaris, la chasse ; Benalla, son kif, c’est de casser du « gauchiste ». Benalla est jugé pour « violence en réunion, immixtion sans titre dans l’exercice d’une fonction publique, port d’arme, usage public et sans droit d’un insigne, violation du secret professionnel et divulgation d’images de vidéoprotection ». La Ve République prend peu à peu le visage d’une monarchie des voyous, une « société du 10 décembre », avec des passeports diplomatiques en plus !

A la Fête de l’Humanité « tout le monde déteste la police »... ou presque

A la Fête de l’Humanité, il y a celles et ceux qui aiment accueillir Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. Celles et ceux qui aiment débattre avec Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Île-de-France, candidate à l’élection présidentielle de 2022, qui se définit politiquement comme « 2/3 Merkel et 1/3 Thatcher », fervente catholique proche de Sens Commun, opposante au mariage pour tous, et prompte à faire « le lien entre terrorisme et immigration récente ». Il y en a qui préfèrent les photos avec Philippe Martinez, Anne Hidalgo, Eric Piolle, Sandrine Rousseau. Bon, il manquait Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot.

Mais au-delà de toutes les nuances, tout ce petit monde est d’accord pour condamner le rappeur Sosso Maness qui a fait reprendre par la foule le slogan « Tout le monde déteste la police ». À l’unisson des syndicats policiers Synergies, Alliance, Unité SGP FO, Alternative Police CFDT, qui ont dénoncé « la haine contre la police nationale », le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a exigé de « tous les partis de « gauche » participant à la fête de l’humanité, une condamnation ferme des propos injurieux contre la police de la République. » Darmanin a été immédiatement exhaussé. Par Roussel et le PCF : « Je ne cautionne pas du tout ces propos, que je ne partage pas. Je les condamne fermement, je défends trop le métier des gardiens de la paix qui travaillent dans de si mauvaises conditions pour cautionner ce genre de propos » C’est vrai que Roussel défend les policiers, il manifeste même avec les factieux devant l’Assemblée, comme le 18 mai 2021. La porte-parole du PS, Dieynaba Diop, déclare que : « ce n’est pas à la gauche de réagir, c’est à la République toute entière. Ce genre de propos ignominieux se tient aussi lors de manifestations, de manière beaucoup trop régulière à mon goût. »

Ce slogan, on l’entend beaucoup dans les manifestations, c’est vrai. Surtout depuis 2016 et les manifestations contre la loi El-Khomri qui ont marqué le début d’un cycle de répression et de violences policières inconnu. Oui, la police tue, mutile, blesse, matraque, gaze, charge, sur ordre des gouvernements successifs et en toute impunité. Il n’y aura que la LFI, par la voix de son porte-parole de la jeunesse, David Guiraud pour ne pas condamner : « les rappeurs ont le droit de dire leur amour ou leur désamour vis-à-vis de la police. C'est depuis l'histoire du rap que ça existe ! Pendant mai 68, c'était CRS-SS, on s'en est remis... »

En mai 68, on disait aussi « Élection, piège à cons ! ». Mais Mélenchon vient de déclarer : « L'abstention est la pire chose qui puisse nous arriver. Les sondages le disent : plus ça vote, plus nous sommes forts. Moins ça vote, plus Macron et Le Pen sont forts. Sachez-le, l'abstention vote Macron ! » Et de conclure : « L'abstention, décidément, est un piège à cons ! ». La clairvoyance politique des masses travailleuses et abstentionnistes est pourtant une leçon que tous devraient étudier de près.

17 septembre 2021

Modifié le mardi 14 décembre 2021
Voir aussi
La Commune n°129

La Commune n°129

mardi 14 septembre 2021 Téléchargez le journal

La chute de Kaboul : où va l’Afghanistan ? « Dehors Duque et tout son gouvernement ! ». Pour le Parti des Travailleurs et Lula, la conciliation de classes vaut mieux que chasser Bolsonaro ! Il y a quelque chose de pourri au royaume de Macron Le Rassemblement National Daniel Petri (1960-2021) : un militant trotskyste Explosions spontanées et débouchés politiques Bloc-notes la Commune...

Figure dans les rubriques
Journal bimestriel
Bloc-notes la Commune n°129

Bloc-notes la Commune n°129

mardi 14 décembre 2021

Touche pas à mon flic Le 28 mai, le colonel Eric Steiger a été condamné pour violences physiques et psychologiques commises sur son épouse. Le 8 juillet, il a été promu numéro un de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. Malgré sa condamnation qui, à la suite de sa demande et sur décision du tribunal, ne figurera pas sur son casier judiciaire, il n’a fait l’objet d’aucune...

Figure dans les rubriques
Bloc-notes
La chute de Kaboul : où va l’Afghanistan1 ?

La chute de Kaboul : où va l’Afghanistan1 ?

mardi 14 décembre 2021

La fuite du président afghan Ashraf Ghani, sans opposer de résistance, et la prise de Kaboul par les talibans, sans tirer un coup de feu, ont refermé vingt années d’un chapitre cruel de l’histoire de l’Afghanistan et ouvert un nouveau chapitre plein d’incertitude, de confusion et de possibilités. Ce nouveau chapitre s’ouvre avec le retrait des forces impérialistes américaines et...

Figure dans les rubriques
Afghanistan
« Dehors Duque et tout son gouvernement ! ».

« Dehors Duque et tout son gouvernement ! ».

mardi 14 décembre 2021

La grève nationale du 28 avril 2021 en Colombie s'est transformée en véritable révolte. La classe ouvrière, les jeunes en tête, s'est soulevée contre la réforme fiscale du gouvernement d'Iván Duque et l'a obligé à la retirer. La mobilisation massive dans tout le pays a contraint les centrales syndicales réunies dans le CNP(Comité Nacional de Paro, Comité National de Grève) à...

Figure dans les rubriques
Colombie
Pour le Parti des Travailleurs et Lula, la conciliation de classes vaut mieux que chasser Bolsonaro !

Pour le Parti des Travailleurs et Lula, la conciliation de classes vaut mieux que chasser Bolsonaro !

mardi 14 décembre 2021

Trois mois après le début de la mobilisation contre le gouvernement du président Bolsonaro, La Commune a souhaité donner la parole à Verónica O'Kelly, l'une des porte-parole d'Alternativa Socialista, section brésilienne de la Ligue Socialiste Internationale (LIS) afin de faire le point sur la situation, les différents acteurs et les défis qui attendent la classe ouvrière brésilienne.

Figure dans les rubriques
Brésil

Explosions spontanées et débouchés politiques

mardi 14 décembre 2021

Toute la situation porte en elle les germes d’une crise révolutionnaire. Sous les coups de butoir de la lutte de classes, la Ve République, ses institutions, ses partis, sont dans un état de décomposition irréversible. Depuis trois ans, les grèves contre les plans de licenciements, contre les fermetures d’entreprises et de liquidation des services publics, le mouvement en Gilets Jaunes,...

Figure dans les rubriques
Editoriaux
Daniel Petri (1960-2021) : un militant trotskyste

Daniel Petri (1960-2021) : un militant trotskyste

mardi 14 décembre 2021

C’est avec tristesse que nous avons appris, ce dimanche 29 août 2021, le décès de Daniel Petri à son domicile à l’âge de 61 ans. Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille, à ses amis et ses proches. Nous souhaitons saluer ici la mémoire d’un camarade, d’un ami, d’un militant ouvrier, qui pendant près de 25 ans a milité sans jamais compter son temps ni son...

Figure dans les rubriques
Les nôtres
Le Rassemblement National

Le Rassemblement National

mardi 14 décembre 2021

Du coup d’État militaire de 1958 à Alger jusqu’à ce jour, l’histoire de l’extrême droite est intimement liée à celle de la Ve République. Soutien indéfectible des pouvoirs dans la lutte contre le prolétariat, elle est aussi un parfait alibi pour faire voter des lois toujours plus anti-ouvrières, anti-démocratiques, anti-immigrés, anti-jeunes. Alors, existe-t-il un danger...

Figure dans les rubriques
France
Il y a quelque chose de pourri au royaume de Macron

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Macron

mardi 14 décembre 2021

Un pouvoir en marche pour sa réélection qui n’en finit pas de traîner des casseroles judiciaires … Une classe politique en décalage total avec la clairvoyance des masses … la fin de régime est proche !

Figure dans les rubriques
Lettre de la Commune - Chronique Hebdo


HAUT