On n’est pas dans le même camp !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 120 - Vendredi 22 novembre 2019

Samedi 16 novembre a eu lieu l’acte 53 qui marquait les « un an » du mouvement en gilet jaune. Si les manifestations de samedi sont une nouvelle démonstration de la vigueur de cette colère populaire, c’est aussi une énième démonstration de la violence de la répression policière. Le préfet de police Didier Lallement l’a dit sans filtre à une manifestante:  « On n’est pas dans le même camp. » Manuel, ouvrier intérimaire du nord de la France, qui a reçu un tir tendu de grenade lacrymogène en pleine tête alors qu’il discutait tranquillement place d’Italie, en sait quelque chose… Il est le 24ème manifestant à perdre un œil depuis le début du soulèvement. Les manifestant.e.s en gilet jaune l’ont bien compris aussi, qu’il y avait deux camps : « On est des travailleurs, des citoyens en colère, qui ont ouvert les yeux ; avant on ne manifestait pas. On est devenus conscients qu’il y a une oligarchie, que le gouvernement travaille pour eux et pour le CAC40.1 »

On n’est pas dans le même camp ! Mouvement en gilet jaune

Ce mouvement est à la fois un effet et un facteur de la crise politique d’ensemble qui tend à paralyser le pouvoir. Les propos du préfet de police, comme le poids de plus en plus manifeste du syndicat d’extrême droite Alliance sur une partie de la police nationale tend à montrer que Castaner n’en a pas la maîtrise et qu’il est débordé par les forces qu’il a déchaînées.

Face à cela, la colère sociale se démultiplie : les hôpitaux en grève depuis 8 mois, les pompiers, les étudiant.e.s qui entrent dans l’action après l’immolation d’Anas, les salarié.e.s contre le projet de loi sur les retraites, les professions libérales…

Les tentatives de division et de déminage du gouvernement ne prennent pas… Au lendemain des annonces du « plan d’urgence pour l’hôpital », la colère est intacte et le collectif inter-hopitaux répond ainsi à Edouard Philippe : « Nous signons, avec les Collectifs, associations, et organisations syndicales, le communiqué unitaire en réponse aux annonces du Premier Ministre. Non, elles ne répondent pas à nos revendications. Oui, nous continuerons à nous mobiliser : rendez-vous les 30 novembre et le 17 décembre ! » Tout comme la ministre de l’Enseignement supérieur qui, à la précarité étudiante, répond numéro vert !! Même la CFDT-Cheminots, au sortir de la rencontre bilatérale d’hier jeudi 21 novembre matin, avec le secrétaire d'État au Transport et Jean-Paul Delevoye, n’y trouve pas son compte et annonce son intention de déposer un préavis pour le 5 décembre ! A la RATP, la réunion de concertation prévue le même jour avec les syndicats représentatifs (CFE-CGC, CGT et Unsa) n’a pas eu lieu, et l’UNSA a préféré tracter dans le métro...

Les appels à la grève interprofessionnelle pour le 5 décembre se multiplient et jusqu’à lors aucune des tentatives de désamorçage tentées par le gouvernement n’a fonctionné. Cette date cristallise la colère sociale accumulée et la nécessité des masses de trouver une issue pour l’exprimer, alors que les autres foyers de contestation, étudiant.e.s et Hôpitaux en tête, maintiennent la pression en parallèle avec leur propre agenda revendicatif.

La politique contre-révolutionnaire de destruction de notre modèle social poursuivie par Macron exige une base sociale et un pouvoir fort, qu’il n’a pas et n’a jamais eu.e.s ; même son « bras armé » n’est pas sous contrôle tandis que les syndicats policiers appellent à rejoindre la manifestation du 5 décembre.

La situation est donc explosive pour Macron et son gouvernement de nervis, que leur propre camp presse de déminer. Difficile de prédire dans quel sens va tourner le vent mais le chef des député.e.s MoDem, Patrick Mignola a pour sa part alerté, sans prendre de gants : « La majorité ne tiendra évidemment pas une grève de quinze jours2… »

1(http://www.leparisien.fr/economie/retraites/retraites-edouard-philippe-recevra-les-partenaires-sociaux-avant-le-5-decembre-14-11-2019-8193171.php)

2 https://www.mediapart.fr/journal/france/161119/gilets-jaunes-un-apres-toujours-presents?page_article=2

Modifié le vendredi 22 novembre 2019
Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
Réunion-débat du 22 novembre : campagne amnistie ! Justice ! Liberté !Réunion-débat du 22 novembre : campagne amnistie ! Justice ! Liberté !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 121 - Dimanche 1 décembre 2019 Le 22 novembre dernier, dans le cadre de la campagne AMNISTIE ! JUSTICE ! LIBERTE ! lancée le 15 juin dernier, notre...

On n’est pas dans le même camp ! Mouvement en gilet jauneOn n’est pas dans le même camp !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 120 - Vendredi 22 novembre 2019 Samedi 16 novembre a eu lieu l’acte 53 qui marquait les « un an » du mouvement en gilet jaune. Si les manifestations...

Le vent se lève !Le vent se lève !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 119 - Jeudi 14 novembre 2019 Un vent de révolution souffle sur le monde ! Partout, le refus de la misère, de la vie chère, du chômage, le rejet des...

Le second round a commencéLe second round a commencé

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 118 - Dimanche 3 novembre 2019 Depuis près d’un an, les salarié.e.s et la population ripostent « en dehors des clous » de la pseudo « lutte de...

LA POUDRIERELA POUDRIERE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 117 - Jeudi 12 septembre 2019 Les manifestations en Gilet Jaune ont nettement repris leur cours, ce dernier samedi, malgré cette répression dictée par...

« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 116 - Mardi 3 septembre 2019 Castaner-Macron menacent celles et ceux qui rapportent les VRAIES NEWS sur les conséquences de la répression qu’ils ont...



HAUT