Rentrée scolaire, rentrée politique

rentrée politique | ÉditorialPour 2007, il y a pléthore de candidats, c'est le moins que l'on puisse dire. Ou plutôt, il y a beaucoup d'outsiders, surtout au PS, et deux favoris : Ségolène Royal et Sarkozy.

l'un est de gauche, l'autre de droite.
En réalité, on aurait du mal à reconnaître le candidat de gauche. Prenons la question de l'école.

Qui parle d'" école du respect " et d'" internats d'excellence " ? Ségolène Royal ? Non, Sarkozy. Qui se prononce pour " l'ordre juste à l'école ", la " révolution scolaire " et " l'allongement du temps de présence des enseignants " ? Le ministre de l'Intérieur ? Non, l'ancienne ministre déléguée à l'Enseignement scolaire, Madame Royal. Qui invoque la création d'un service civique obligatoire pour les jeunes ? Sarkozy, Bayrou et Ségolène Royal.Le 3 septembre à Florac en Lozère, lors d'une réunion publique du PS. Qui demande la présence d'un " second adulte dans la classe à côté de l'enseignant confronté à des problèmes de discipline " ? Encore Ségolène. Et qui pourfend cette proposition publiquement et férocement ? Sarkozy ? Non, Lionel Jospin, qui fut le Premier ministre de Madame Hollande. Enfin, qui se prononce pour la suppression de la carte scolaire (voir aussi p. 7), du moins pour " desserrer ses contraintes ", ou l'assouplir ? Sarkozy et Ségolène, cette dernière étant brocardée par ses " amis " du PS, qui feignent à cette occasion d'oublier qu'ils ont, alternativement avec la droite, désagrégé l'école publique depuis 1981.

La suppression de la carte scolaire, c'est le terrain légal pour la prolifération d'écoles, qui se multiplient déjà, pauvres pour les pauvres et bien dotées pour les autres. C'est la mise en concurrence des écoles publiques.
Cette orientation existe déjà : elle est tout simplement appliquée par Tony Blair en Angleterre, un Tony Blair dont il convient de rappeler qu'il est le modèle de référence de ... Ségolène.

C'est ainsi que, grâce au soutien des conservateurs, le " socialiste " Tony Blair a fait voter une réforme de l'école publique par le Parlement.

Cette réforme signifie que la concurrence entre écoles est ouverte. Et celles qui le souhaitent pourront prendre leur autonomie vis-à-vis des autorités locales qui les gèrent actuellement. Elles seront administrées par un " trust ", une fondation, sous la direction d'un sponsor privé, qui pourra être une association, une université, un club sportif, une entreprise ou un groupe de parents d'élèves. Avec la mise en place des conseils d'administration, dans les écoles, collèges et lycées en France, ouvrant larges les portes aux groupes de pression et élus de toute sorte, on n'est très près de la réforme anglaise.

Dans ces conditions, il est évident que l'école publique n'a jamais été aussi menacée. Et la précarité de ses personnels s'accentue. Ainsi, les 50 000 emplois vie scolaire recrutés sur des contrats de 10 mois, sans obligation de formation de la part de l'employeur, vont renforcer les rangs des assistants d'éducation, des auxiliaires de vie scolaire, des assistants pédagogiques, auxquels il faut ajouter les milliers de contractuels et vacataires. Le tout dans une situation où le gouvernement Chirac-Sarkozy-Villepin a décidé la suppression de 8 500 postes statutaires d'enseignants. Dans ce cadre, la grève dans l'enseignement prévue pour le 28 septembre a un fondement solide et légitime. Pour peu qu'elle ne soit pas à nouveau une " journée d'action " sans lendemain qui aboutirait à lasser les enseignants au lieu de les mobiliser pour gagner. La sauvegarde de l'école publique est, là encore, dans le " Tous ensemble ".
Modifié le mercredi 13 septembre 2006
Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
Ils ne couvriront pas notre colère. Macron, dehors !Ils ne couvriront pas notre colère. Macron, dehors !

Depuis maintenant sept mois, Macron et son gouvernement font la démonstration quotidienne de leur incompétence, de leur irresponsabilité, et de leur incapacité à sortir de la crise sanitaire...

Le gouvernement des Six-Cents-Jours (1)Le gouvernement des Six-Cents-Jours (1)

La Vème République vient de se fracasser sur le mur des abstentions lors des élections municipales, des 15 mars et 28 juin derniers. Véritable grève du vote, l’abstention massive est un des...

Contre le 49.3, la grève générale, plus que jamais !Contre le 49.3, la grève générale, plus que jamais !

Après trois mois de mobilisation de la classe ouvrière contre le projet Macron de liquidation du système de retraite par répartition, le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé à la...

La fausse victoire de la CFDT !La fausse victoire de la CFDT !

A l’heure où ces lignes sont écrites, le Premier ministre, Edouard Philippe, vient d’annoncer la suspension provisoire et partielle de l’âge pivot de son projet de loi, le temps que les...

Qui attend, et quoi ?Qui attend, et quoi ?

Macron est donc chef d’État depuis huit mois. Il se targue encore de lancer le pays dans la « destruction créatrice ». Au besoin, il provoque et il s’exhibe. Puis, il reçoit un parterre où...

L'espoirL'espoir

Depuis deux mois, le peuple catalan secoue le joug de l’oppression et cherche les voies et les moyens de donner corps à sa propre république. En France, tous les partis (jusqu’au …FN) ne...



HAUT