Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 114 - Mardi 21 août 2019

C’est un sans-abri désespéré. Cela se passe à Menton, en pleine saison touristique. Ses veines sont tailladées au niveau des jambes, de la gorge et des bras. Police secours intervient pour maîtriser l’homme. Il a  toujours son couteau dans la main. Un policier tente de l’immobiliser avec son Taser. Sans succès. L’homme s’avance alors vers les policiers ; l’un d’entre eux lui tire dessus à deux reprises, avec son arme de service. C’est fini. L’homme est mort. Les média conventionnels passent vite à autre chose. Madame Macron ne s’est-elle pas luxueusement luxé l’épaule ?

Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

Le Monde rapporte, le 12 août :

« L’homme s’était entaillé à plusieurs reprises les veines des deux bras, l’arrière des chevilles et à la gorge, lorsque les policiers et les secours sont intervenus. Les policiers ont tenté, en vain, de parlementer pour lui faire lâcher son couteau, avant de tirer au pistolet à impulsion électrique. Ce tir n’a pas permis de neutraliser le SDF , a précisé le parquet.

L’homme s’est alors levé et s’est dirigé vers un policier. « Un deuxième policier a fait usage de son arme de service à deux reprises » , le touchant mortellement, a poursuivi le parquet. Les secours, déjà présents sur place, ont essayé en vain de le ranimer. 1 »

Cet homme désespéré avait-il menacé les policiers ? NON, il se vidait de son sang. Comment un homme qui est peut-être entre la vie et la mort pourrait-il poignarder un policier ? N’est-on pas fondé à parler d’exécution sommaire « à chaud » ? Le temps d’empaqueter le tout dans un fait divers, sans un mot de tristesse ou de colère, et la vie mondaine continue.

Cet événement, pourtant, en dit long sur l’état de la Police, devenue un grand corps malade. Malade du pouvoir qu’elle doit servir. Malade de la crise sociale qui sévit, dans ce pays où au moins un quart des sans-abri sont des salariés, un grand nombre de SDF a fait des études supérieures. Leur malnutrition irrigue leur désespoir.

Il va sans dire que tout est fait pour transformer la Police en une armée supplétive de GUERRE CIVILE. Nous n’avons pas oublié que les militaires n’avaient pas voulu intervenir contre les gilets jaunes, il y a quelques mois. Nous ne perdons jamais de vue que les forces de l’ordre sont équipées d’armes de guerre, moins létales, mais qui mutilent et peuvent tuer quand même.

Au-dessus de cet organisme dans tous ses états, Macron-Philippe-Castaner prennent peur des réactions que provoquent leurs plans dit de « destruction créatrice »2 . Ces plans sont cependant couverts par ces mauvais dirigeants syndicaux, mais visiblement pas syndicalistes, qui sont en pourparlers permanents avec le pouvoir. Entre eux et les bases syndicalistes, entre eux et les grévistes des Urgences, les grévistes des Hôtels, les professeurs dont le stylo rougit, le fossé se creuse de plus en plus vite. Les grèves partent « toute seule » pour les EFFECTIFS et les SALAIRES, elles deviennent contagieuses. Ce sont les premières amorces du vrai TOUS ENSEMBLE !

Pour donner le change, ces mauvais dirigeants ont mis au point un calendrier de « journées d’action » sans action pour la rentrée. Pendant ce temps-là, sur les réseaux sociaux, des syndicalistes se passent le mot : « il est temps de passer à l’offensive ». Oui, EN AVANT !

  • C’en est assez des blessés et des morts, victimes de la violence policière du pouvoir !

  • C’en est assez de la vie que l’on nous inflige !

  • C’en est assez de ces « réformes » de destruction sociale généralisée !

  • Ce gouvernement doit dégager au plus vite !

  • Un plan d’urgence, de défense et de lutte est nécessaire pour tous les salariés, les jeunes, les chômeurs, les retraités.

  • Justice pour Steve Caniço et Zineb Redouane, maintenant !

A suivre…




Mardi 21 août 2019





1 https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/08/12/menton-un-policier-tue-un-sdf-qui-tentait-de-se-suicider_5498668_3224.html?fbclid=IwAR3YLsbZ9DVFx7lN4c4Tjteoawbmlly8KXzVE0skvcx8PTEfWJh5qLIGPV8

2 https://www.lemonde.fr/idees/article/2017/09/06/macron-ne-doit-pas-convoquer-schumpeter-pour-justifier-des-politiques-de-regression-sociale_5181688_3232.html

Modifié le mercredi 21 août 2019
Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
LA POUDRIERELA POUDRIERE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 117 - Jeudi 12 septembre 2019 Les manifestations en Gilet Jaune ont nettement repris leur cours, ce dernier samedi, malgré cette répression dictée par...

« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 116 - Mardi 3 septembre 2019 Castaner-Macron menacent celles et ceux qui rapportent les VRAIES NEWS sur les conséquences de la répression qu’ils ont...

Lettre ouverte aux syndicalistes de la CGTLettre ouverte aux syndicalistes de la CGT

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 115 - Mardi 27 août 2019 La CGT connaît une des plus grandes crises de son histoire. Trop souvent selon nous, cette crise est attribuée à la...

Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 114 - Mardi 21 août 2019 C’est un sans-abri désespéré. Cela se passe à Menton, en pleine saison touristique. Ses veines sont tailladées au niveau...

Chronique d’une chute de régime – Août 2019Chronique d’une chute de régime – Août 2019

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 113 - Dimanche 11 août 2019 Quand un régime politique crève, ce n’est pas beau à voir. Les coups pleuvent drus, dans tous les sens du terme. Cette...

« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 112 - Dimanche 4 août 2019 D’abord, il y a la stupeur, le choc, la tristesse. Le Premier ministre y coupe court, sèchement et lâchement.....



HAUT