Quand la folie s’empare de la police

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 106

Quand un syndicaliste policier prend des jeunes de la fête de la musique pour des « belligérants », quand des policiers ont ordre de charger ces jeunes avec des chiens, quand des jeunes sont acculés vers le fleuve, quand l’un d’entre eux reste porté disparu…quand une institutrice est arrêtée pour avoir distribué des tracts …quand un policier de la BAC plante un ciseau  dans la gorge d’un adolescent lors d’un simple contrôle d’identité… lorsque tout cela survient en l’espace de 3 ou 4 jours, cela veut dire que « Jupiter » rend fou ses gardiens de l’Ordre.

Quand la folie s’empare de la police

Quand un syndicaliste policier prend des jeunes de la fête de la musique pour des « belligérants », quand des policiers ont ordre de charger ces jeunes avec des chiens, quand des jeunes sont acculés vers le fleuve, quand l’un d’entre eux reste porté disparu…quand une institutrice est arrêtée pour avoir distribué des tracts …quand un policier de la BAC plante un ciseau dans la gorge d’un adolescent lors d’un simple contrôle d’identité… lorsque tout cela survient en l’espace de 3 ou 4 jours, cela veut dire que « Jupiter » rend fou ses gardiens de l’Ordre.

Les medias, le plus souvent, relèvent ces menées policières de façon laconique, réservant leurs commentaires pour le énième « regain de la popularité » - à 35 % - de Macron, dû comme à chaque « regain » éphémère, selon l’’humeur changeante de sondés bien à droite. La tendance « lourde » est là : deux tiers des sondés rejettent Macron. Aux « Européennes », un électeur sur huit en tout et pour tout a voté LREM.

Derrière les sondages, s’abat la répression qui s’en prend à tous et toutes, en toutes occasions, comme nous venons de le voir.

La liberté d’expression est déjà un délit.

Fêter le solstice d’été sera bientôt un délit, au train où vont les choses.

Et maintenant, des GJ organisent, seuls, un nouvel ACTE contre la répression, ce samedi, pour la liberté démocratique de s’exprimer et de manifester de toutes et tous, syndicalistes, gilets jaunes, citoyens et citoyennes :

https://www.facebook.com/sousmarinsjaunes/videos/...

D’autre part, une pétition de syndicalistes adressée aux syndicats et associations de défense des droits humains vient également d’être lancée et recueille, au troisième jour, plus de 600 signatures, sans avoir été « boostée » ou « sponsorisée. Parmi les initiateurs, se trouvent des syndicalistes membres de notre courant La Commune ». En voici un extrait :

« Nous attendons maintenant des représentant.e.s nationaux-nales de nos syndicats et des associations de défense des droits citoyens qu’ils-elles prennent fait et cause dans l’urgence pour :

  • l’interdiction des armes de type Lanceur de Balles dites « de Défense » et

  • grenades dite « de désencerclement » de type GLFI-4 ;

  • l’amnistie de tous les manifestant.e.s gilets jaunes, jeunes et syndicalistes

  • emprisonné.e.s et/ou poursuivi.e.s devant les tribunaux ;

  • la libération de tous les gilets jaunes et manifestant.e.s incarcéré.e.s ;

  • la juste indemnisation des blessé.e.s et mutilé.e.s lors des manifestations

  • provoquées par une politique de violence sociale et verbale du pouvoir.

  • Halte à la violence d'État contre les manifestant.e.s et les journalistes-reporters !

  • Halte à l'impunité des policiers, auteurs de blessures volontaires ! »

( Pour signer et partager, c’est ici : https://www.change.org/p/aux-syndicats-et-associations-de-d%C3%A9fense-des-droits-citoyens-amnistie-justice-libert%C3%A9/psf/share?share=1 )

Le Front du refus pour sauver la liberté devient incontournable , il ne se paye pas de mots, de protestations elliptiques sur les bancs de l’assemblée, il recherche le rassemblement, le même jour, au même moment, de la population qui souffre, pour la liberté et la dignité, pour en finir avec le règne de la répression et, par là même, dégager Macron qui ne peut gouverner sans ses LBD, GLFI, commandos de la BAC, CRS encercleurs et autres lanceurs de balles d’attaque

A SUIVRE




Vendredi 28 juin 2019

Modifié le vendredi 28 juin 2019
Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
LA POUDRIERELA POUDRIERE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 117 - Jeudi 12 septembre 2019 Les manifestations en Gilet Jaune ont nettement repris leur cours, ce dernier samedi, malgré cette répression dictée par...

« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 116 - Mardi 3 septembre 2019 Castaner-Macron menacent celles et ceux qui rapportent les VRAIES NEWS sur les conséquences de la répression qu’ils ont...

Lettre ouverte aux syndicalistes de la CGTLettre ouverte aux syndicalistes de la CGT

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 115 - Mardi 27 août 2019 La CGT connaît une des plus grandes crises de son histoire. Trop souvent selon nous, cette crise est attribuée à la...

Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 114 - Mardi 21 août 2019 C’est un sans-abri désespéré. Cela se passe à Menton, en pleine saison touristique. Ses veines sont tailladées au niveau...

Chronique d’une chute de régime – Août 2019Chronique d’une chute de régime – Août 2019

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 113 - Dimanche 11 août 2019 Quand un régime politique crève, ce n’est pas beau à voir. Les coups pleuvent drus, dans tous les sens du terme. Cette...

« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 112 - Dimanche 4 août 2019 D’abord, il y a la stupeur, le choc, la tristesse. Le Premier ministre y coupe court, sèchement et lâchement.....



HAUT