Où est STEVE ? Où est la VÉRITÉ ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 110 - Lundi 22 juillet 2019

Un mois s’est écoulé depuis la disparition de Steve Caniço, des suites d’une charge de police dangereuse, provocatrice, criminelle en puissance à proximité d’un fleuve rendu « invisible » par les gaz de la BAC. Des enquêtes sont en cours, nous assure-t-on. Les enquêteurs, policiers diligentés par le parquet ou par l’IGPN, ne rendent aucun compte de leurs investigations. Quelques députés s’en enquièrent.  Le commissaire impliqué dans cette charge contre la fête de la musique à Nantes vient d’être décoré par Castaner. Qu’est-ce à dire ?

Où est STEVE ? Où est la VÉRITÉ ?
© LOIC VENANCE / AFP

Dans un gouvernement, chacun joue sa partition. Mais toutes ces partitions accouchent de la même petite musique déjantée,

Le 14 juillet, Castaner décore des gradés policiers impliqués dans la pire répression :

  • commissaire Grégoire Chassaing, chargé des opérations le soir où Steve a disparu à Nantes. Mediapartrappelle que c’est lui qui ce 21 juin a donné l’ordre d’utiliser des gaz lacrymogènes.

  • Rabah Souchi, à la tête de la charge de la police ayant blessé Geneviève Legay à Nice le 23 mars à Nice. Sa compagne Hélène Pedroya, en charge de l'enquête sur cette charge policière, a elle aussi été médaillée.

  • capitaine Bruno Félix, auditionné dans le cadre de l’enquête sur le décès de Zineb Redouane à Marseille. Cette femme avait été touchée par des éclats de grenades lacrymogènes lancées en direction de son appartement le 1er décembre 2018. Bruno Félix commandait les auteurs des tirs, explique Mediapart.

  • commandant divisionnaire Dominique Caffin, membre des CRS qui le 1er décembre ont matraqué plusieurs manifestants dans un Burger King à Paris. 1

Ce 20 juillet, interpellé à ce sujet par des habitants de Bagnères-de-Bigorre, Macron tente d’amadouer

« Emmanuel Macron s'est dit « très préoccupé par cette situation ». « Il faut que l'enquête soit conduite jusqu'à son terme » mais « il ne faut pas oublier le contexte de violences dans lequel notre pays a vécu », a-t-il saisi l'occasion de rappeler, introduisant lui-même le sujet de la crise des Gilets jaunes cette année.

Et Emmanuel Macron d'enchaîner, interrogé sur les soupçons de violences policières lors de cette fête à Nantes ou du mouvement des Gilets jaunes : « Il ne faut pas oublier que nos citoyens ont été très violents […] Il faut que tout le monde se calme, et qu'on travaille tous ensemble » 2

Quel « tout le monde » ? Macron entend persister à vouloir « calmer tout le monde » à coup de matraque, en lançant des grenades, des poursuites, en blessant, en mutilant et en présentant des « réformes » qui doivent mettre « tout le monde » à terre. Pour tenir le plus longtemps possible, ce tyran aux pieds d’argile va continuer à s’appuyer sur les médias conventionnels, sur les bourgeois d’Auteuil - Neuilly – Passy et sur le jeu devenu rituel des Martinez-Veyrier qui « contestent »… entre deux réunions de négociations faites sur mesure pour la liquidation de tous les régimes de retraite.

Macron aura beau s’escrimer, se contorsionner dans tous les sens, nous sommes des millions dans ce pays à ne pas supporter un seul instant qu’un homme pris pour cible par des nervis de la BAC « disparaisse ». Nous ne parlons pas d’une « enquête menée jusqu’à son terme » qui pourrait traîner jusqu’en 2022. Nous parlons d’une enquête où le juge d’instruction ferait un point de presse régulier en donnant tous les éléments, notamment sur cette charge de police.

Une enquête vraiment transparente, est-ce trop demander ?

La Vérité, toute la vérité !

Tout doit être dit, tout doit être fait !

Il faut absolument retrouver Steve, au plus vite !

A SUIVRE...




Lundi 22 juillet 2019




1 https://www.lci.fr/police/des-policiers-soupconnes-de-violences-lors-des-manifestations-de-gilets-jaunes-decores-par-christophe-castaner-l-interieur-se-justifie-igpn-2127324.html

2 http://www.leparisien.fr/politique/l-etape-du-tour-de-france-tres-politique-de-macron-20-07-2019-8120598.php

Modifié le lundi 22 juillet 2019
Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
Nous sommes en guerre … contre Macron !Nous sommes en guerre … contre Macron !

Leurs élections valent plus que nos vies ! Au plus haut niveau de l’État, toutes et tous savaient, aucun.e n’a rien fait ! C’est l’aveu de l’ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn, fait...

Pour en finir avec Macron !Pour en finir avec Macron !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 124 - Jeudi 30 janvier 2020 Après 56 jours d’un conflit historique, c’est peu dire que Macron et sa politique sont rejetés par une grande majorité...

PAS DE RETRAIT, PAS DE TRÊVE ! PAS DE RETRAIT, PAS DE RENTRÉE !PAS DE RETRAIT, PAS DE TRÊVE ! PAS DE RETRAIT, PAS DE RENTRÉE !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 123 - Samedi 28 décembre 2019 Déjouant tous les pronostics, la détermination et la pugnacité des grévistes restent intactes au 24ème jour de grève...

Contre Macron et sa réforme des retraites : grève générale !Contre Macron et sa réforme des retraites : grève générale !

La démonstration de force des salariés contre la réforme des retraites engagée le 5 décembre se poursuit et certains secteurs très déterminés comme les transports publics (SNCF, RATP),...

Réunion-débat du 22 novembre : campagne amnistie ! Justice ! Liberté !Réunion-débat du 22 novembre : campagne amnistie ! Justice ! Liberté !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 121 - Dimanche 1 décembre 2019 Le 22 novembre dernier, dans le cadre de la campagne AMNISTIE ! JUSTICE ! LIBERTE ! lancée le 15 juin dernier, notre...

On n’est pas dans le même camp ! Mouvement en gilet jauneOn n’est pas dans le même camp !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 120 - Vendredi 22 novembre 2019 Samedi 16 novembre a eu lieu l’acte 53 qui marquait les « un an » du mouvement en gilet jaune. Si les manifestations...



HAUT