L’ELYSEE, SES AFFAIRES, SES RÉFORMES, ET SON NERVI - DEHORS !

BENNALAGATE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, supplément au n° 56 – vendredi 20 juillet 2018

Macron dans la tourmente, titrent les médias. Les parlementaires de tous bords ou presque montent au créneau, en plein débat sur la révision de la Constitution de cette République en perdition. Mais, le pouvoir s’en tient à une enquête préliminaire. Les manifestants interpellés puis jugés en comparution immédiate ou licenciés savent qu’il y a « deux poids, deux mesures ».
Deux semaines après la flambée de colère à Nantes à la suite d’un homicide policier contre un jeune homme inoffensif, l’affaire Benalla, du nom de ce « Body Gard » de Macron qui a frappé un manifestant pacifique, grille la bande à Macron. L’Elysée est au bord de la crise de nerf.

L’ELYSEE, SES AFFAIRES, SES RÉFORMES, ET SON NERVI  - DEHORS !

Le sieur Benalla avait été licencié par le ministre Montebourg, pour tentative de fuite après un accident de voiture. Il était déjà ce que l’on peut appeler un voyou. Le premier mai, il a infiltré la Police. Tout simplement. Il est devenu ce que l’on appelle un nervi, du nom de ceux qui attaquaient les syndicalistes à coups de nerfs de bœuf.

Il a simplement été suspendu une quinzaine de jours et il est reparu avec Macron, ce lundi, lors du défilé de la Coupe du monde.

Aujourd’hui, Macron – sommé de s’expliquer – tente d’esquiver. Il est acculé. Mélenchon le prie encore de ne pas laisser « pourrir cette affaire ». Trop tard ! Le mal est a fait, irréparable.

Macron en est réduit de prétendre que la République est inaltérable.

Quelle République ?

Comme toujours, le hasard révèle la nécessité. L’accidentel jette une lumière crue sur l’état réel de l’Exécutif, de l’institution-clé du Régime : l’Elysée. Une institution qui agit par-dessus la tête du gouvernement, comme une sorte de réseau parallèle. De quelle nécessité s’agit-il ? De l’urgence de se débarrasser de ce despote au petit bras, de ce faux colosse aux vrais pieds d’agiles. Lui et sa suite.

Les affaires ? Elles éclatent en rafale : son conseiller suspect de favoritisme économique, ses ristournes de campagne qui devraient aboutir légalement à sa destitution et maintenant, cette petite frappe avec qui le Président fait du ski l’hiver et qui l’accompagne partout. Ça créé des liens, non ?

En d’autres circonstances, cette affaire ignoble serait bien vite « circonscrite », mais dans ce pays à cran, rongé par la pauvreté, la précarité, les injustices quotidiennes, les frais bancaires digne du racket qui frappent les petites bourses, la misère des hôpitaux et, maintenant, la panne de croissance, elle prend un relief singulier.

D’ailleurs, comment pourrait-on « relativiser » cette affaire ?

Cette affaire interfère directement sur la tentative de révision absolutiste de la constitution de Macron, devenue le maillon faible de toute la chaîne des réformes pestilentielles.

Si besoin était, cette affaire montre de façon irréfutable que l’Elysée ne recule devant aucune bassesse, se vautrent dans l’abjection, à l’image, il est vrai, de ces réformes qui détruisent la vie quotidienne et la vie démocratique.

La Cour des miracles cède le pas à la Bande à Macron, à la monarchie des voyous.

La révolte, la colère, le refus gagne toute la population travailleuse et pauvre, toute la jeunesse et au-delà, de toute façon.

Tout commence à basculer

A SUIVRE



20 juillet 2018


Dernière minute

https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/19/alexandre-benalla-a-egalement-agresse-une-femme-a-la-contrescarpe-comme-le-montre-une-video-inedite_a_23485742/

Modifié le vendredi 20 juillet 2018
Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
LA POUDRIERELA POUDRIERE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 117 - Jeudi 12 septembre 2019 Les manifestations en Gilet Jaune ont nettement repris leur cours, ce dernier samedi, malgré cette répression dictée par...

« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 116 - Mardi 3 septembre 2019 Castaner-Macron menacent celles et ceux qui rapportent les VRAIES NEWS sur les conséquences de la répression qu’ils ont...

Lettre ouverte aux syndicalistes de la CGTLettre ouverte aux syndicalistes de la CGT

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 115 - Mardi 27 août 2019 La CGT connaît une des plus grandes crises de son histoire. Trop souvent selon nous, cette crise est attribuée à la...

Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 114 - Mardi 21 août 2019 C’est un sans-abri désespéré. Cela se passe à Menton, en pleine saison touristique. Ses veines sont tailladées au niveau...

Chronique d’une chute de régime – Août 2019Chronique d’une chute de régime – Août 2019

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 113 - Dimanche 11 août 2019 Quand un régime politique crève, ce n’est pas beau à voir. Les coups pleuvent drus, dans tous les sens du terme. Cette...

« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 112 - Dimanche 4 août 2019 D’abord, il y a la stupeur, le choc, la tristesse. Le Premier ministre y coupe court, sèchement et lâchement.....



HAUT