Honneur et gloire au Peuple algérien qui combat pour tous les peuples

Publié le jeudi 14 mars 2019
La Lettre de La Commune, supplément au n° 91 – vendredi 15 mars 2019

Le Monde, journal du juste milieu, qui dit chaque jour la messe politique, est aussi chronologue à ses heures. Lancé dans la « Chrono » de la révolution algérienne (qu’il n’appelle pas ainsi), ce quotidien du crépuscule revient sur la grande journée du 11 mars. Celui qui lira ce récit des événements qui s’accélèrent en Algérie, ne saura pas que ce jour-là fut d’abord celui de la grève générale spontanée. Il retiendra que Bouteflika, mort ou vif, a renoncé à briguer un cinquième mandat et a annoncé une transition « gérée par le pouvoir ». Au chevet de son ami Bouteflika, Macron plaide à ses côtés pour une « transition d’une durée raisonnable ». Comme disait le peuple argentin en révolution en 2001 : « Qu’ils s’en aillent tous et qu’il n’en reste aucun ! »

Honneur et gloire au Peuple algérien qui combat pour tous les peuples

« Tout changer pour que tout demeure », cette formule est devenue célèbre car elle a été reprise dans le grand film le Guépard de Luchino Visconti (1963). Telle est la formule-clé de toutes ces tentatives de « transition ».

Anxieux, Le Parisien titre « Et, maintenant ? ».

Sans préjuger de la suite, nous dirons que la brèche a été ouverte. La lutte des classes traverse tous les pores de la société : 1000 juges refusent de juger les manifestants capturés par les Boute-flics. Les universitaires descendent dans les rues de Tizi Ouzou, la ville rebelle, en criant « POUVOIR ASSASSIN ». La force du peuple réside dans sa jeunesse.

A la vitesse vertigineuse des événements qui embrasent le pays depuis trois semaines, ce qui était un point de départ : pas de 5 ème mandat est déjà dépassé : c’est le « système » qui doit dégager ; là où les chefs parlent de « transition », les masses algériennes s’unissent pour la rupture, affolant tous les « grands de ce monde ».

En 1932, Léon Trotsky lançait : « avant les grands combats, un révolutionnaire ne demande pas ce qui se passera en cas d’échec, il demande comment faire pour que cela réussisse. Cela est possible, cela est réalisable, par conséquent, cela doit être fait » 1

En 2019, à Sétif, à Alger, à Oran, dans les villes et les villages, dans les usines, les écoles et dans les champs, un grand combat a commencé qui ébranle l’Afrique, l’Europe. Le peuple fait le nécessaire pour que cela réussisse.

Cela ne garantit pas fatalement la victoire finale. Le principe « action-réaction » s’applique avec force. Ne trouvant aucun appui en lui-même, le système trouve ses soutiens chez les chefs d’État européens, comme Macron (qui a déjà un pied dans son propre abîme). Le peuple algérien le trouvera dans la solidarité internationale des travailleurs et peuples. Le peuple algérien manifeste aussi à Paris et les grandes villes françaises. Les « compteurs » de la Préfecture de police de Paris se grillent eux-mêmes en affirmant que la Place de la République noire de monde, cela fait …2000 personnes. A se couvrir de honte ! 10 000 serait un chiffre encore en deçà de la réalité.

Le 12 mars, la mafia gouvernante en Algérie a eu la « divine surprise » du soutien que lui apporte, avec la sauce xénophobe qui convient, madame Le Pen,



Le Monde, quotidien qui, chaque soir, est l’arbitre des élégances éthiques (ô, sainte Éthique) éditorialisait, il y a deux jours :

« C’est aussi ce qui rend la situation présente particulièrement compliquée. La rue a le pouvoir, mais il lui manque la méthode pour passer à l’étape suivante. La relève n’est pas prête, ou du moins n’est-elle pas encore connue. Il n’y a ni Havel à hisser sur le trône, ni Adolfo Suarez postfranquiste pour mener cette indispensable transition. C’est cette tâche qui incombe aujourd’hui à l’opposition et au pouvoir algériens : trouver les acteurs sincèrement capables de bâtir sur cet extraordinaire mouvement spontané les bases d’un avenir librement choisi. » . Un « post franquiste » dans une « révolution de velours » et une main de fer, serait-il le bienvenu (avec une bonne tête d’opposant) selon ce journal ? 2

Allons droit au but : Vive le peuple algérien qui se bat pour tous les peuples ! Vive la révolution algérienne ! Système oppresseur, dégage !



A Paris, le 14 mars 2019



1 https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1932/01/320127j.htm

2 https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/12/algerie-le-desarroi-du-pouvoir_5434859_3232.html


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
POUR STEVE, POUR TOUTES LES VICTIMES DE LA VIOLENCE PHYSIQUE DU POUVOIR !POUR STEVE, POUR TOUTES LES VICTIMES DE LA VIOLENCE PHYSIQUE DU POUVOIR !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 108 - Mardi 9 juillet 2019 Chaque jour nous apporte de nouvelles informations marquantes sur l’état de la Police française, sur de nouvelles...

OÙ EST STEVE ?OÙ EST STEVE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 107 - Jeudi 4 juillet 2019 Où est Steve Caniço? Il est  porté disparu depuis la charge policière de la fête de la musique à Nantes, dans la nuit...

Quand la folie s’empare de la policeQuand la folie s’empare de la police

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 106 Quand un syndicaliste policier prend des jeunes de la fête de la musique pour des « belligérants », quand des policiers ont ordre de charger...

Contre la violence physique et sociale du pouvoirContre la violence physique et sociale du pouvoir

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 105 En ce moment, se trame à grands pas, la réforme contre l’assurance-chômage et la réforme contre la Fonction publique. Voilà le pourquoi du...

France : comment conjurer la TERREUR GRISEFrance : comment conjurer la TERREUR GRISE

Lorsqu'un enfant de quatorze ans, un simple passant, est blessé à la tête par un tir de LBD1, on pourrait penser à une bavure commise par un CRS. Alors, se met en route la machine à banaliser,...

Lettre ouverte aux insoumises et insoumis qui veulent en finir avec l’Ordre établiLettre ouverte aux insoumises et insoumis qui veulent en finir avec l’Ordre établi

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 104 Contribution de notre camarade Daniel Petri



HAUT