DOUBLE FRACTURE

Publié le mercredi 29 mai 2019
La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 102 – Mercredi 29 mai 2019

Nous avions envisagé un nouveau record d’abstention. Dans les faits, 3 millions d’abstentionnistes de 2014 sont allés voter, cette fois-ci. Les uns, contre le FN, les autres contre Macron, semble-t-il, ou pour le climat. Ce qui conduit tout de même à 49,88% d’abstention. C’est signe d’une fracture politique, laquelle se double d’une fracture sociale. Plus nous allons vers ce que l’on appelait autrefois la Zone et les centres industriels, plus l’abstention prend des proportions tranchantes. Plus nous allons dans les centres urbains, moins le vote FN ne prend. Là où monsieur Philippe voit la « recomposition », c’est la décomposition qui l’emporte.

DOUBLE FRACTURE

Faire abstraction qu’un électeur-électrice sur 2 n’a pas voté, c’est ne voir que d’un œil. On perd ainsi la notion du relief. (« La perte de la vision d'un œil se traduit inexorablement par la perte des perspectives et de la notion de profondeur »1). A tout le moins, cela permet à monsieur Joffrin de Libé, de voir 3 France. Il nous affranchit ainsi : « La vie politique oppose désormais trois France, nationaliste avec le RN, libérale avec Macron, de gauche avec X, Y et/ou Z. Divisée, la troisième regardera les deux autres se disputer l’Elysée. Rééquilibrée et unie, elle pourrait jouer un rôle ». Qui vivra verra.

Commençons par le scoop du jour, à savoir « la victoire du peuple » du RN de Le Pen- Gardella. En 2014, le FN recueillait 4 712 461 voix, il en rassemble 5 281 576 aujourd’hui. Selon Challenges, « la formation lepéniste glane près d'un million de voix de plus qu'en 2014 » 2. Ou bien, nous n’avons pas les mêmes chiffres, ou alors leur calculatrice bugue. En réalité, le FN RN a gagné 569 115 voix par rapport à 2014.3 Nous sommes bien plus près du demi-million. En revanche, Challenges ne se trompe pas dans son diagnostic : « La décomposition politique s'accélère »

Selon nous, il n’y a pas de « victoire » du FN, mais en revanche, il y a bel et bien une défaite de Macron. Une défaite qui s’accompagne d’une déroute de LR. Ce qui autorise le Premier ministre à louer une recomposition qui n’est qu’un reclassement. Dans l’instant, LREM occupe la place qu’occupait naguère l’UMP. L’UMP avait connu une crise fatidique et grand-guignolesque à l’automne 2012. Elle avait dû se transformer en LR et fut alors amputée de son aile « centriste » qui s’est rabattue ensuite sur Macron, tout comme les « Juppéistes » (dont le Premier ministre fait partie). En conséquence, les macronistes dit « de gauche » se trouvent pris dans une sorte de nasse.

Par ailleurs, il semble que, cette fois, la petite bourgeoisie urbaine ait été plus sensible qu’en 2014 aux sirènes des urnes. Il faut répéter que dans la dernière semaine, une véritable campagne dans la campagne a été menée sur le thème : « l’important, c’est de voter ». En face de cette chasse publicitaire aux abstentionnistes, relayée par les messages des candidats sur les téléphones personnels des gens, nous, La Commune- pour un parti des travailleurs avons été parmi les très rares à mener campagne pour l’abstention, pour le boycott.

Et la gauche, dans tout ça ?

A l’évidence, la liste France insoumise vient d’essuyer un sérieux revers, au profit d’EELV. La fraction de la petite-bourgeoisie urbaine qui avait été séduite par le « Tribun du peuple » a-t-elle été rebutée par la scène que Mélenchon a jouée, en hurlant, devant un Proc ? A-t-elle été déboussolée par le populisme que ce bonhomme affecte ou affectionne ? A-t-elle été lassée par ses promesses de « marée populaire » sans marée et sans peuple ? A-t-elle été refroidie par les défections en chaîne à la tête de son staff ?

A l’évidence, le passage du sieur Kotorak, élu régional FI, dans le camp « nationaliste » lepéniste a désarçonné de nombreux électeurs et électrices parmi les syndicalistes, les salariés, les ex-PCF.

Monsieur Mélenchon avait joué avec le feu. Ainsi, en décembre 2017, lors d’un interview qu’il avait accordé au quotidien patronal Les Echos, il avait crâné :

« La ligne politique et mes objectifs n'ont rien à voir avec ceux du FN ou des nationalistes. Mais tous ces gens rament pour moi d'une certaine manière, en contribuant à la construction d'un champ culturel où nos mots d'ordre - l'Europe ne protège pas les Français mais les menace - sont en train de devenir dominants. Il faut capitaliser positivement cette colère qui peut être dangereuse ». Or, en définitive, sans le savoir, c’est Mélenchon qui ramait pour Marine….

Est-ce à dire que le Mélenchonisme est moribond ?

Nous aimerions pouvoir l’affirmer mais il faut noter que la liste LFI obtient un score équivalent à celui du Front de gauche de 2014, qui regroupait le PCF et le Parti de Gauche. Le Front de Gauche avait recueilli 6,6% des suffrages exprimés et 1252 730 voix 4. LFI, en dépit de la présence d’une liste PCF, recueille aujourd’hui 1 428 386 voix, soit 6,3% des suffrages exprimés 5.

Reste le PS et le PCF

La politique est souvent l’art de transformer les échecs en succès. A l’évidence, la liste PCF n’a pu , ni su capter une partie des électeurs LFI et obtient un résultat tout à fait insignifiant. La liste PS et assimilés ne « décolle » pas mais récupère sans doute des déçus de LREM à la marge. Son résultat est supérieur à celui que lui accordaient les sondages mais le PS n’a pas le cul sorti des ronces.

Et les autres ?

Monsieur Asselineau est, certes, pour le Frexit, pour des raisons étrangères aux nôtres. Mais, le Frexit qu’il appelle de ses vœux ne commence-t-il pas par le boycott de cette élection « européenne » factice ?

Doit-on parler de ces candidats candides ou non qui ont vu « jaune » ?

Quant à monsieur Dupont-Feignant, il semble avoir payé ses extrapolations foireuses sur l’incendie de Notre Dame de Paris.

L’essentiel est et restera le fond de cette élection, tel que nous avons voulu l’approcher au travers de cet échantillonnage. (Nota bene : nous avons laissé de côté les endroits où le taux d’abstention se rapproche du taux d’abstention national).

Premier aperçu des abstentions

Les pourcentages ci-dessous sont les taux d’abstention ;

Départements :

Corrèze - 19 : 44,27 %

Vosges – 88 : 46,35 %

Seine- Saint Denis - 93 : 60,60 %

Morbihan : 45,05 %

Yvelines- 78 : 46,08 %

Loir-Et-Cher : 44,84 %

Villes :

Villeneuve Saint Georges : 63,98 %

Villeurbanne : 55,75 %

Saint Denis : 66,10 %

Marseille : 56,20 %

Neuilly sur Seine: 37,47 %

Nanterre : 56,36 %

Nîmes : 54,58 %

Anduze (Gard - 30) : 42,18 %

Vénissieux (agglo lyonnaise) : 65,09 %

Orly – 94 : 59,27 %

Bonneuil -94 : 60,81 %

Estaing (Aveyron - 12) : 35,92 %

Roubaix : 69,44 %

Forbach : 62,38 %

Schiltigheim ( limitrophe Strasbourg) : 56,02 %

Trappes - 78 :63,55 %

Versailles : 39,25 %

Saint-Nom la Bretèche -78 : 36,12 %

Evry - 91: 63,59 %

Corbeil-Essonnes : 65,45 %


Comme chaque lectrice-lecteur pourra le constater, le taux d’abstention est presque tout le temps un indice sûr de la composition sociale des villes et départements, de leur caractère rural ou urbain, et pour les centres urbains, une indication du niveau de vie des leurs habitantes et habitants.

Nous pourrions citer aussi le cas de la bourgade de Montoire sur le Loir très rurale de 4000 habitants. La participation y est supérieure à la moyenne nationale (taux d'abstention : 45,92 %) avec un pourcentage élevé de suffrages exprimés en faveur du FN-RN qui recueille plus de 27% des voix, soit 412 voix. 412 femmes et hommes qui ne savent pas ou plus que, dans leur village, le 24 octobre 1940, le Maréchal Pétain avait serré la main d’Hitler et déclaré : « J’entre dans la voie de la Collaboration ». Sans doute croient-ils que madame Le Pen est Sainte- Blandine. Beaucoup n’avaient-ils pas cru, naguère, que Pétain était un brave type fort pieux…

Nous reviendrons prochainement sur ce que révèle le scrutin dans les divers pays sur l’état de l’UE.





Mercredi 29 mai 2019




1 http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/amblyopie.htm

2 https://www.challenges.fr/politique/la-decomposition... et https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Elections-europeennes-2019...

3 https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__ER2014/(path)/ER2014/FE.html

4 https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_europ%C3%A9ennes_de_2014_en_France

5 https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Resultats-des-elections-europeennes-2019


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 114 - Mardi 21 août 2019 C’est un sans-abri désespéré. Cela se passe à Menton, en pleine saison touristique. Ses veines sont tailladées au...

Chronique d’une chute de régime – Août 2019Chronique d’une chute de régime – Août 2019

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 113 - Dimanche 11 août 2019 Quand un régime politique crève, ce n’est pas beau à voir. Les coups pleuvent drus, dans tous les sens du terme. Cette...

« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 112 - Dimanche 4 août 2019 D’abord, il y a la stupeur, le choc, la tristesse. Le Premier ministre y coupe court, sèchement et lâchement.....

Mensonges, Violences et Désintégration du pouvoirMensonges, Violences et Désintégration du pouvoir

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 111 - Lundi 29 juillet 2019 37 ème jour de disparition de Steve

Où est STEVE ? Où est la VÉRITÉ ?Où est STEVE ? Où est la VÉRITÉ ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 110 - Lundi 22 juillet 2019 Un mois s’est écoulé depuis la disparition de Steve Caniço, des suites d’une charge de police dangereuse,...

Où est STEVE ? Où va la France ?Où est STEVE ? Où va la France ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 109 - Mardi 16 juillet 2019 Steve Caniço n’a toujours pas reparu, depuis le 22 juin, dans la nuit où les CRS ont chargé les participants à la...



HAUT