Contre la violence physique et sociale du pouvoir

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 105

En ce moment, se trame à grands pas, la réforme contre l’assurance-chômage et la réforme contre la Fonction publique. Voilà le pourquoi du comment de la répression faite de violence physique et de frappes judiciaires et administrative contre la population. Cette répression inouïe par son ampleur et son « taux de gravité » est la marque d’un pouvoir terriblement faible et vacillant. A ce stade, le peuple ne reconnaît qu’un seul guide : la liberté !

Contre la violence physique et sociale du pouvoir

« Ce n’est pas parce qu’une main a été arrachée, parce qu’un œil a été éborgné, que la violence est illégale » a déclaré le sous-ministre de l’Intérieur, le 2 juin.

Nous devons, hélas, lui donner raison : la violence policière de l’État est de plus en plus légale. Tant que les LBD et autres GLFI ne seront pas interdits, ces armes mutileront et pourront même tuer. Les policiers eux-mêmes sont le « matériel humain », ils deviennent eux-mêmes des armes. Les vrais lanceurs de balles et de grenades s’appellent Castaner, Nuñez, Macron. Il n’existe qu’un moyen de les désarmer et de les mettre hors d’état de nuire : les dégager, eux et les lois qui sont faites par eux et pour eux, c’est-à-dire pour le grand Capital.

La répression qui s’est déchaînée contre les manifestants depuis 2016, par la grâce de Hollande et la rage de Valls est devenue une sorte de « préparation d’artillerie » en vue de la chasse aux chômeurs, de la chasse aux fonctionnaires, aux professeurs, aux jeunes, aux retraités, aux soignants.

Tant et si mal que LREM occupe désormais un créneau, non pas « entre la gauche et la droite déconfite mais : entre la droite et le RN-FN. Le Miroir de Macron est cassé.

Castaner ameute ses experts policiers pour engager une « réflexion » sur le « maintien de l’ordre », envisageant y compris des charges à cheval contre les manifestants, entre autres « réjouissances ». La surenchère de violence légale est de rigueur.

Cette surenchère de violence physique de l’État s’applique en raison directe de la surenchère de violence sociale.

Au moyen d’un lapsus qui, pour le coup, tient de l’acte « réussi » Madame Pénicaud a assuré que la réforme de l’Assurance-Chômage est une réformePOUR LA PRECARITÉ. 1 Rien n’est plus véridique.

Dans le même désordre d’idée, madame Schiappa a sa façon bien à elle de cracher sur la mémoire de Simone de Beauvoir, en la comparant à …Brigitte Macron.2 D’ici que Jean-Paul Sartre soit comparé à Castaner, il n’y a pas loin !

A Suivre …




Vendredi 21 juin 2019



1 https://www.20minutes.fr/politique/2543695-20190619-video-precarite-lapsus...

2 https://www.20minutes.fr/politique/2248987-20180404-marlene-schiappa...

Modifié le vendredi 21 juin 2019
Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
LA POUDRIERELA POUDRIERE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 117 - Jeudi 12 septembre 2019 Les manifestations en Gilet Jaune ont nettement repris leur cours, ce dernier samedi, malgré cette répression dictée par...

« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER« QU’ON N’ACCUSE PAS LA POLICE D’AVOIR TUÉ QUELQU’UN » ! LES MENACES DE CASTANER

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 116 - Mardi 3 septembre 2019 Castaner-Macron menacent celles et ceux qui rapportent les VRAIES NEWS sur les conséquences de la répression qu’ils ont...

Lettre ouverte aux syndicalistes de la CGTLettre ouverte aux syndicalistes de la CGT

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 115 - Mardi 27 août 2019 La CGT connaît une des plus grandes crises de son histoire. Trop souvent selon nous, cette crise est attribuée à la...

Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?Comment meurt un sans abri – OÙ VA LA POLICE ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 114 - Mardi 21 août 2019 C’est un sans-abri désespéré. Cela se passe à Menton, en pleine saison touristique. Ses veines sont tailladées au niveau...

Chronique d’une chute de régime – Août 2019Chronique d’une chute de régime – Août 2019

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 113 - Dimanche 11 août 2019 Quand un régime politique crève, ce n’est pas beau à voir. Les coups pleuvent drus, dans tous les sens du terme. Cette...

« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »« UNE AFFAIRE D’ÉTAT »

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 112 - Dimanche 4 août 2019 D’abord, il y a la stupeur, le choc, la tristesse. Le Premier ministre y coupe court, sèchement et lâchement.....



HAUT