Journée Internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes

Communiqué du 25 novembre 2020

Journée Internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes

La Commune – pour un parti des travailleurs, section française de la Ligue Socialiste Internationale, se joint à la journée mondiale de mobilisation du 25 novembre pour l'élimination des violences sexistes et sexuelles envers les femmes.

Dans le monde entier, les femmes se lèvent contre les violences et les inégalités qu'elles subissent. Que ce soit en Argentine, pour le droit à l’avortement libre, gratuit et sûr, en Inde, contre les violences sexuelles et les féminicides, ou en première ligne dans les révoltes au Chili, en Bolivie, en Bélarus, au Liban, partout les femmes se dressent pour mettre à bas l’exploitation et l’oppression, pour vaincre le capitalisme et le patriarcat. Tel est le sens du combat historique de l’ensemble de la classe ouvrière et de la jeunesse.

Sur les cinq continents, les femmes subissent des violences dans leur existence, violences physiques, sexuelles et psychologiques, telles que : la violence d'un partenaire intime (coups, violences psychologiques, viol conjugal, féminicide) ; la violence sexuelle et le harcèlement (viol, actes sexuels forcés, avances sexuelles non désirées, abus sexuels sur enfants, mariage forcé, harcèlement dans la rue, harcèlement criminel, cyber-harcèlement) ; le trafic d'êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle : 71 % de toutes les victimes de la traite des êtres humains dans le monde sont des femmes et des filles, trois quarts d'entre elles sont exploitées sexuellement) ; la mutilation génitale féminine; le mariage précoce.

On estime que 1 femme sur 3 dans le monde a subi des violences physiques et/ou sexuelles dans sa vie.

En France, depuis deux décennies maintenant, les statistiques officielles (avec toutes leurs limites) montrent l’horreur et l’ampleur des violences commises contre les femmes. Ainsi, en 2019 ce sont 146 femmes qui sont mortes tuées par leur conjoint ou ex conjoint. En moyenne, en France, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui, au cours d’une année, sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur conjoint ou ex-conjoint , est estimé à 213 000 femmes. Parmi ces femmes victimes, 18% déclarent avoir déposé une plainte en gendarmerie ou en commissariat de police suite à ces violences *. En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d’une année sont victimes de viols et/ou de tentatives de viol est estimé à 94 000 femmes. Enfin on estime qu'au début des années 2010, la France comptait environ 125 000 femmes adultes ayant subi des mutilations sexuelles .

Contre l’exploitation et l’oppression, l’égalité est une nécessité impérieuse ! Cela passe notamment par :

  • l’égalité d'accès à l'instruction ;

  • l’égalité des droits civils et sociaux ;

  • l’égalité à l'embauche et à l'emploi ;

  • l’égalité de salaire et de primes.

De même, il est urgent de protéger les victimes de violences :

  • par la création de logements d'accueil pour les femmes et leurs enfants et une aide psychologique et financière afin qu'elles reconstruisent leur vie ;

  • par la prise en compte de leurs dépôts de plaintes et l'éloignement du conjoint violent ;

  • par la détection et la mise en place de moyens d'action et de protection d'urgence ;

  • par une formation initiale et continue pour les professionnels en contact avec les femmes victimes de violences ;

  • par le retrait de l'autorité parentale du conjoint meurtrier ;

  • en conservant le numéro d’urgence de signalement de violences « 3919 » en service public ;

  • en donnant toutes les aides et assistances pour toutes les femmes sans discrimination d'âge, d'origine, de classe sociale...

Il est urgent de lutter contre la culture du viol : juger ce crime comme il se doit en cours d'assises et non pas comme un délit, en correctionnelle.

Enfin, il faut stopper toutes stigmatisations et injonctions quant aux manières de s'habiller des femmes.

Pour la défense des droits des femmes, contre l'exploitation et l'oppression qui perdurent sous le double système capitaliste et patriarcal, contre toutes les violences qui en découlent, pour l'égalité, La Commune se joint à l'appel international à se mobiliser pour que cessent toutes les violences faites aux femmes.



Paris, le 25 novembre 2020




* chiffres recensés par l'Observatoire des violences faites aux femmes pour l'année 2019

Modifié le mercredi 25 novembre 2020
Voir aussi dans la catégorie Déclarations
RETRAIT DE LA LOI « SECURITE GLOBALE » - MANIFESTATION AUJOURD'HUI SAMEDI 28 NOVEMBRE 2020RETRAIT DE LA LOI « SECURITE GLOBALE » - MANIFESTATION AUJOURD'HUI SAMEDI 28 NOVEMBRE 2020

C'est désormais au grand jour que la crise de fin de régime s'expose et interpelle chacun et chacune, dans une violence inouïe menée par la police aux ordres du gouvernement. Macron peut bien,...

Journée Internationale pour l'élimination de la violence contre les femmesJournée Internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes

Communiqué du 25 novembre 2020

CommuniquéCommuniqué

C'est avec la plus extrême fermeté que nous condamnons l'assassinat barbare qui a été commis le vendredi 16 octobre 2020 contre Samuel Paty, professeur d'histoire à...

Résolution politique de la Conférence Internationale de la LIS (le 9 août 2020)Résolution politique de la Conférence Internationale de la LIS (le 9 août 2020)

http://lis-isl.org/fr/2020/08/11/resolution-politique-de-la-conference-internationale-de-la-lis/

JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMESJOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

8 MARS 2020 JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES Marchons pour la défense des droits des femmes, pour l’égalité, contre l'exploitation et l'oppression du capitalisme et du patriarcat...

POUR LE DROIT A L'AVORTEMENT SÛR, LIBRE ET GRATUIT POUR TOUTES LES FEMMES EN ARGENTINE !POUR LE DROIT A L'AVORTEMENT SÛR, LIBRE ET GRATUIT POUR TOUTES LES FEMMES EN ARGENTINE !

Communiqué Mercredi 19 février 2020, date du second anniversaire du premier grand rassemblement de 2018 réclamant le droit à l'avortement sûr, libre et gratuit pour les Argentin.e.s, avait lieu...



HAUT