La Commune
Connexion

Dernières publications

Envoyée le lundi 03 juillet 2017
par La commune < noreply@lacommune.org >
 

Si vous n'arrivez pas à lire ce message cliquer ici.


 
 
 
 
« Groupons nous, et demain… » « Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

LIRE LA SUITE
La société si vile est mal partie La société si vile est mal partie

61% d’abstentions, votes blancs et nul. Voilà le verdict final des élections. Sans appel. Ceux qui feignent de ne pas voir finissent par ne plus voir. Nous ne démentirons pas Mélenchon sur ce point : ce sont des abstentions offensives. C’est la traduction, sur le terrain défoncé des élections, du front du refus, né de la mobilisation du Printemps 2016. C’est là que tout a déraillé, le jour même où la loi travail était adoptée au forceps du 49-3. La crise politique faisait rage dès avant ce printemps. Depuis lors, la Ve République a complètement perdu la tête.

LIRE LA SUITE
Casse Sociale Généralisée Casse Sociale Généralisée

La question de la CSG revient en force. Sa mise en place en 1990 avait suscité une vive contestation. La CGT et FO dénonçaient alors une tentative de « fiscalisation » de la Sécurité sociale. Cela mérite bien sûr des explications. Macron veut à présent aller jusqu’au bout de la logique de cet impôt prélevé « à la source ». Son objectif : en finir avec la Sécurité sociale et pousser les feux d’un marché de la protection sociale. Pour ce faire, comme le souligne l’ancien inspecteur du travail Gérard Filoche, Macron-Philippe veulent faire disparaître le salaire brut.

LIRE LA SUITE
Brut de salaires ! Brut de salaires !

De nombreuses grèves ont éclaté sur la question des salaires. Sans bruit médiatique, il est vrai. Ainsi même, la lutte des classes a creusé ses galeries en profondeur, pendant que les formations politiques battaient la campagne. Ces grèves sont d’autant plus remarquables que les discours et les mauvais plans de « réduction des coûts du travail » frappent les esprits… et le porte-monnaie. N’est-il pas temps de revenir aux « fondamentaux » ?

LIRE LA SUITE
Pour en finir avec les lois « travail » Pour en finir avec les lois « travail »

La loi El Khomri a ouvert une brèche dans le Droit du travail. Seule son abrogation peut la colmater. Le gouvernement Macron-Philippe a décidé d’élargir cette brèche par ordonnances. Les députés sont priés de lui donner un chèque en blanc pour cette sale besogne. Ce que l’on appelle dans le jargon : une « habilitation ».  Mais, le projet Macron-Philippe est d’ores et déjà  une bombe à retardement.

LIRE LA SUITE
Le Parti socialiste est-il vraiment mort ? Le Parti socialiste est-il vraiment mort ?

La mort du PS est annoncée depuis plusieurs semaines. Le petit caudillo Valls ne cesse de le répéter. Il vient de s’effondrer mais « tant qu’il bouge une oreille, c’est qu’il n’est pas mort » pourrait-on dire. Nous ne sommes pas, quant à nous, à son chevet. Ce parti dévoué à l’ordre établi depuis 1914, a secrété ses propres liquidateurs, déguisés en « réformateurs ». Ceux-là, Hollande et Valls ont été devancés dans leur entreprise par Macron et d’une autre manière par Mélenchon. À ceci près que leurs formations politiques respectives LREM et FI sont invertébrées.

LIRE LA SUITE
Le FN a-t-il un avenir ? Le FN a-t-il un avenir ?

Le FN n’avait pas l’intention de « gagner » l’élection présidentielle. La « victoire » de Marine Le Pen n’était pas totalement impossible, compte tenu de l’acuité de la crise politique et de l’inconsistance profonde de Macron à ce moment-là. Le FN entendait néanmoins franchir une étape. Dans la dernière ligne droite, ses contradictions l’ont rattrapé. Son égérie ? tirée à hue et à dia ? a perdu les pédales. Aux législatives, le FN a de nouveau marqué le pas en obtenant des résultats inégaux.

LIRE LA SUITE
La crise au Venezuela atteint un niveau sans précédent La crise au Venezuela atteint un niveau sans précédent

Contre la faim, la répression, la mort et la décadence sociale, le mécontentement se voit partout. Tous les jours, les mobilisations dans les rues sont énormes. Le phénomène n’a rien à voir avec la mobilisation bolivarienne qui a ouvert les portes à des mesures sociales importantes en faveur de la majorité populaire.

LIRE LA SUITE
« Nos chaînes seront brisées avant que nous le soyons » (Marwan Barghouti) « Nos chaînes seront brisées avant que nous le soyons » (Marwan Barghouti)

Pendant 40 jours, des centaines de prisonniers palestiniens ont mené une grève de la faim. Malgré une politique de répression systématique envers les grévistes, ceux-ci ont tenu sans faillir leur lutte, poussant dans ses derniers retranchements le pouvoir israélien avant qu’il n’accepte sous la pression conjuguée des grévistes, du peuple palestinien et des soutiens internationaux, de s’asseoir autour d’une table avec les représentants des grévistes. L’unité sans faille des différents courants de la résistance palestinienne a également permis la victoire.

LIRE LA SUITE
Macron tend la main aux bourreaux Macron tend la main aux bourreaux

Peu présent voire absent de la campagne présidentielle, le sujet de la politique étrangère au Moyen orient vient d’être éclairé lors de l’interview qu’Emmanuel Macron a donné à plusieurs journaux européens le 21 juin. Á son tour, il entend voler au secours du boucher Assad au nom de la « stabilité » et des « intérêts français » qui sont comme toujours ceux des capitalistes et des banquiers.

LIRE LA SUITE
Guerre et paix Guerre et paix

Cet article est l’avant dernier de ce cycle d’exposés. Ils n’ont d’autres prétentions que de livrer un premier aperçu du « phénomène stalinien ». Inquisition, crimes de masse, tortures, calomnie, paranoïa poussée à son paroxysme, complots, assassinats, dogmes à géométrie variable, culte de la personnalité jalonnent l’histoire de ce « phénomène ». Son aboutissement, ce sera la restauration du capitalisme au compte de l’impérialisme mondial.

LIRE LA SUITE
Le racisme et l’État policier en marche Le racisme et l’État policier en marche

Les propagandistes bourgeois, que sont les médias subventionnés (quasiment tous les médias) et leurs maîtres au pouvoir, se gargarisent à parler de « renouvellement », de « dégagisme », de « turn-over », de « mouvement », de « changement » ou autres « bouleversements » dans la vie politique. Ce qu’ils feignent de ne pas voir en revanche, ce sont les constances. L’une des plus frappante est celle de la répression policière, du racisme d’État et, plus généralement, de la sape minutieuse mais forcenée des droits démocratiques. Parlons-en.

LIRE LA SUITE

 
 

Vous recevez cet email car vous nous avez communiqué vos coordonnées.
Pour modifier les informations qui vous concernent ou vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici.