La Commune
Connexion

Dernières publications janvier 2017

Envoyée le mercredi 11 janvier 2017
par La commune < noreply@lacommune.org >
 

Si vous n'arrivez pas à lire ce message cliquer ici.


 
 
 
 
Pour une année 2017 de combats victorieux Pour une année 2017 de combats victorieux

Le froid s’est abattu dans les rues. Ceux qui n’ont d’autre toit que le ciel y risquent leur vie, souffrant le martyre. Madame Emmanuelle Cossue – pardon, Cosse – ministre du logement,...

LIRE LA SUITE
Temps de révolte Temps de révolte

Pour Fadila, jeune salariée précaire chez Auchan, la fin d’année a tourné au cauchemar. Ce 22 novembre, elle ressent de violentes douleurs et demande à sa hiérarchie de se rendre aux toilettes. En vain. Rapidement la douleur devient insupportable. Elle se lève de sa chaise. Le fauteuil est ensanglanté. Elle se rend aux toilettes : c’est la fausse couche. Quelques jours plus tard, Valls se déclare choqué. Quelques mois plus tôt, une caissière avait manqué de peu d’être licenciée de Auchan pour une erreur de caisse de 85 centimes d’euros. Valls n’avait alors pipé mot.

LIRE LA SUITE
Un vrai travail, un vrai salaire, un vrai toit - Pas la charité Un vrai travail, un vrai salaire, un vrai toit - Pas la charité

Depuis plusieurs mois, les « acteurs » de la lutte de places mettent sur le tapis un « revenu universel », sorte de super-RSA. D’autres, plus radicaux parlent de « salaire à vie » et Mélenchon de « contrats jeunes » et de « droit opposable à l’emploi ». Les « précaricateurs » et les bonnes âmes se bousculent au portillon, feignant d’oublier l’explosion des emplois précaires du quinquennat agonisant. D’autres cherchent à opposer ceux qui ont un travail et ceux qui n’en ont pas. Remettons les pendules à l’heure.

LIRE LA SUITE
Une expulsion liquidatrice Une expulsion liquidatrice

Nous avons abordé dans notre dernier numéro l’expulsion de Pedro Carrasquedo des rangs du CCI en 1992. L’expulsion de Pedro, Lebreton, Alexis et Antonio pour un prétendu « manquement au centralisme démocratique » préfigurait déjà l’explosion du courant lambertiste en juillet 2015. Comme le rappelait Marx en son temps « Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre ».

LIRE LA SUITE
La politique étrangère impérialiste de Mélenchon La politique étrangère impérialiste de Mélenchon

Notre dernier article sur Mélenchon nous a valu sur notre blog Mediapart* quelques commentaires qui se veulent véhéments à notre endroit : « idiots utiles du système », « oisifs », « extrême gauche stérile », « trolls », « hors sol », « vous ferez élire Le Pen ou Fillon », etc. Il y en aura d’autres de la même eau « insoumise ». En effet, nous allons continuer à expliquer patiemment en quoi JLM2017 est un imposteur, pour le compte de l’impérialisme.

LIRE LA SUITE
État d’Israël, État criminel État d’Israël, État criminel

Le Conseil de Sécurité de l’ONU vote une nouvelle résolution « contraignante » pour Israël. Ce n’est ni la première, ni la dernière et comme à chaque fois, les sionistes se joueront du texte dans une indifférence totale. Cette dernière résolution de fait s’attaque de nouveau aux droits démocratiques des Palestiniens. La colonisation continue par le biais des avant-postes, invention politique des sionistes pour expulser les Palestiniens de leur terre.

LIRE LA SUITE
Poutine - Assad, bourreaux contre-révolutionnaires Poutine - Assad, bourreaux contre-révolutionnaires

Après des mois de bombardement de l’aviation russe, l’armée de Al-Assad et les milices chiites irakiennes, libanaises et afghanes ont repris les différents quartiers d’Alep Est tenus par « les rebelles ». Les médias nous montrent alors les terribles images de ce qu’il reste de la population évacuée au milieu des ruines. Oubliant souvent de mentionner que cette évacuation se faisait encore quelques jours plus tôt sous les tirs et les bombardements : le lendemain de l’accord russo-turc, le cessez-le-feu est déjà rompu par Assad et les miliciens chiites à sa solde.

LIRE LA SUITE
Institutions en crise et nationalités Institutions en crise et nationalités

Tout comme 2015, l'année 2016 s'achève dans la crise des institutions issues du franquisme. Les problèmes non résolus débouchent sur des Cortes croupions très polarisées, révélant l'impuissance du gouvernement Rajoy à résoudre le problème des nationalités, expression de l’exacerbation de la lutte des classes. Le Partido Socialista Obrero Español (PSOE) contraint à un pacte avec  le Partido Popular (PP) pour maintenir les institutions s’installe à son tour dans une crise interne sans précédent.

LIRE LA SUITE
Toute la dette est illégitime Toute la dette est illégitime

Dès son arrivée, Macri a accordé des allégements de taxes à l’exportation,  a décidé la dévaluation du peso, la réduction des effectifs dans le secteur public, l’arrêt du contrôle des mouvements de capitaux, l’annulation des déclarations d’importations, la levée de la maîtrise des tarifs publics. L’inflation s’est accélérée. Puis l’augmentation démentielle des tarifs publics de 400% a provoqué une chute brutale du pouvoir d’achat de la population. Des « mesures nécessaires et inévitables » qui ne manquent pas d’intensifier la lutte des classes.

LIRE LA SUITE
Michel Floquet : « Triste Amérique » Michel Floquet : « Triste Amérique »

Michel Floquet, grand reporter, correspondant de TF1 à Washington de 2011 à 2016, trace dans son ouvrage Triste Amérique, le vrai visage des États-Unis (Paris, Editions des Arènes, 2016, 233 p.) un portrait au vitriol du capitalisme étasunien. Après cinq ans à parcourir les USA, frappé par le degré de violence, économique et sociale, les inégalités sociales (50 millions de pauvres), il livre son incompréhension face au choix systématique de l’argent et de l’intérêt particulier contre le bien public. La charge est d’autant plus forte que M. Floquet n’est pas marxiste et qu’il avoue avoir eu la fascination de M. Tout-le-Monde pour ce pays, ce « mystère familier », cette référence absolue dès qu’il s’agit de parler de liberté, de musique, de modernité, de démocratie…

LIRE LA SUITE
« Si Lénine était vivant, il serait en prison » « Si Lénine était vivant, il serait en prison »

« Si Lénine était vivant, il serait en prison », confiait Nadejda Kroupskaya, sa compagne, en 1926. En effet, deux ans après la mort de Lénine, la révolution est défigurée. Zinoviev et Kamenev, alliés à Staline, rompent avec lui et se rapprochent de l’Opposition de gauche pour laquelle milite Trotsky. En URSS, l’heure est au « socialisme dans un seul pays » et « à pas de tortue ». Le parti est subordonné à l’appareil, l’appareil est subordonné à son secrétaire général, Staline. Le stalinisme est en voie de cristallisation et fait main basse sur l’Internationale et ses partis.

LIRE LA SUITE

 
 

Vous recevez cet email car vous nous avez communiqué vos coordonnées.
Pour modifier les informations qui vous concernent ou vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici.