La Commune
Connexion

Articles de La Commune n° 99

Envoyée le dimanche 04 octobre 2015
par La commune < lacommune@lacommune.org >
 

Si vous n'arrivez pas à lire ce message cliquer ici.


 
 
 
 
Renouer avec le syndicalisme lutte de classe

Aux usines Smart, la direction a organisé un référendum proposant aux salariés, sur la base d’un chantage à l’emploi, de travailler 39 heures payées 35. La proposition de la direction est...

LIRE LA SUITE
Et Bécassine se changea en Ma Dalton… Et Bécassine se changea en Ma Dalton…

Ces dernières semaines, les médias semblaient n’avoir qu’un mot à la bouche : migrant. Eh oui, la France va mal et le monde ne tourne pas rond : invasions migratoires et réchauffement climatique. Entre deux brèves ou pas-brèves sur les migrants : islam, islamisme, civilisation judéo-chrétienne. De quoi faire oublier la « réforme du marché du travail », l’extension du chômage, l’explosion de la précarité et du mal-logement, les menaces sur le statut des fonctionnaires.

LIRE LA SUITE
Israël : balles contre cailloux

Le régime sioniste amplifie la répression contre le peuple palestinien. Lâches assassinats, soldats abattant celles et ceux qui leur paraissent suspects, sans qu'ils soient le moins du monde inquiétés par la justice sioniste. Emprisonnements arbitraires sans chef d'inculpation ni procès, détentions répétées à la durée laissée au bon désir du tortionnaire. Confiscations arbitraires des terres palestiniennes au profit des colons tueurs d'enfant. Mais la résistance continue.

LIRE LA SUITE
Les syndicats à l’époque de la décadence impérialiste

La question du syndicat a souvent été traitée par les révolutionnaires car elle revêt une importance essentielle au niveau historique (construction de la classe ouvrière, de sa conscience pour soi) ainsi qu’au plan du combat militant. La compréhension de la nature même des syndicats, leur « tendance naturelle » est primordiale pour ne pas perdre de vue les tâches qui sont les nôtres en nous laissant manger, « absorber » par la bureaucratie syndicale ou désespérer et lui abandonner ce terrain-là.

LIRE LA SUITE
Elections municipales à Cordoba

Le 13 septembre, la ville de Cordoba la deuxième d’Argentine avec 1 million 400 000 habitants a élu son maire et son conseil municipal. L’Union Civique Radicale a gagné ces élections avec 32% des voix et son candidatMestre a été élu maire de la ville, tandis que le candidat de l’actuelle Présidente de l’Argentine, Cristina Kirchner, s’est retrouvé avec 2,35% des voix, en septième position juste derrière la candidate du MST. Quant à eux, les candidats du FIT et du MAS ont perdu 63% et 85% des voix qu’ils avaient obtenu lors des élections, du mois de juillet, au poste de Gouverneur. Retour sur une victoire électorale.

LIRE LA SUITE
Le début de la fin

La campagne électorale pour désigner le Parlement croupion catalan  commencée avec une déclaration du ministre de la Défense suggérant  l'intervention de l'armée si la Generalitat de Catalunya n'obtempérait  pas aux injonctions du Tribunal Constitutionnel espagnol, s'est 
terminée par un appel au dialogue du Président de la Generalitat,  Artur Mas, aux partisans du non à l'indépendance. Analyse.

LIRE LA SUITE
Victoire à la Pyrrhus pour Tsipras

Incapables de rompre avec l’UE et ses institutions, donc incapables de mettre un terme définitif à l’austérité et à la misère, Tsipras et Syriza sont allés de reniements en trahisons systématiques. Jusqu’à transformer le « Non » populaire du référendum du 5 juillet - et ses 61 %  en un « Oui » aux plans d’ajustement capitalistes. Le 14 août, les députés adoptaient le « troisième plan d’aide ». Syriza y perdait sa majorité, 43 de ses 149 députés s’abstenant ou votant contre. Le 20 août, Tsipras annonçait sa démission et la tenue d’élections anticipées le 20 septembre.

LIRE LA SUITE
Bourreaux et victimes

La guerre enSyrie est dorénavant plus longue dans sa durée que la guerre de 1914-18, d’Espagne de 36-39 et bientôt d’ex-Yougoslavie de 91-95. Depuis ce jour de mars 2011 où la police de la ville de Doree au sud de Damas a torturé des gamins ayant gribouillé des inscriptions hostiles à Assad et après que le chef local de la milice du dictateur a dit aux parents : « Oubliez vos enfants, faites-en d’autres ! », le pays est à feu et à sang.

LIRE LA SUITE

 
 

Vous recevez cet email car vous nous avez communiqué vos coordonnées.
Pour modifier les informations qui vous concernent ou vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici.