L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Le marxisme face au stalinisme : « L’antithèse du communisme »

Publié le lundi 17 octobre 2016

Rares, de nos jours, sont ceux qui se disent ouvertement staliniens. C’est devenu une injure politique, de nos jours. Mais l’injure efface, en quelque sorte, la nature du stalinisme, qui ne se réduit pas aux crimes de Staline. Léon Trotsky a dit du stalinisme qu’il était « l’antithèse du communisme ». Pour autant, le stalinisme n’est ni une théorie, ni une idéologie... La seule « thèse » stable étant celle du « socialisme dans un seul pays » puis « dans un seul camp ».

Le marxisme face au stalinisme : « L’antithèse du communisme »

Le 13 décembre 1981, lorsque fut ordonné l’état de guerre en Pologne par le général Jaruzelski, Paris fut le théâtre de manifestations de solidarité avec les travailleurs polonais et leur syndicat Solidarnosc. Des milliers de manifestants scandaient : « le socialisme, ce sont les travailleurs, le stalinisme, c’est la bureaucratie ».

Le stalinisme, c’est la bureaucratie

Oui, le stalinisme, c’était la bureaucratie qui avait confisqué le premier État ouvrier né de la révolution d’octobre 1917 et y exerçait sa dictature sur le prolétariat et l’ensemble de la société civile. Du fait de sa position clé dans le mouvement communiste, elle s’était annexée les appareils des partis communistes du monde entier qu’elle avait « bolchevisés », c’est-à-dire bureaucratisés, en rupture complète avec le bolchevisme.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale et les accords de partage du monde en deux « blocs », cette bureaucratie s’était étendue aux « pays de l'Est ».

Ainsi le mouvement ouvrier international était aux prises avec un appareil de contrainte, opérant en son sein selon les principes de la police politique pour empêcher ou circonscrire tout processus révolutionnaire dans le monde. Les différents partis communistes dans le monde ont été les instruments de cet appareil « mondial ».

Les « traditions démocratiques » de l’armée chilienne en 1973

Ainsi, beaucoup d’entre nous se souviennent du coup d’État au Chili, le 11 septembre 1973. Quelques jours auparavant (4 septembre), l’Humanité, organe du PCF, vantait les traditions démocratiques de l’armée chilienne. Tandis que sur place, Luis Corvalan, chef du PC chilien multipliait les efforts pour en finir avec les « cordons industriels », organisations dont les travailleurs chiliens s’étaient dotées pour faire face à toute tentative de « Golpe » (coup d’État) et prendre en main leur destin. Le 11 septembre, tandis qu’Allende résiste les armes à la main dans le Palais présidentiel avec des militants du MIR, Corvalan se réfugié aussitôt à l’ambassade de RDA (Allemagne « de l’Est ») puis s’envole pour Moscou. Le militant communiste et chanteur Victor Jara aussitôt arrêté aura les doigts tranchés avant d’être exécuté en chantant par les hommes de Pinochet. Lui-même victime indirecte du stalinisme qui avait empêché la lutte préventive contre un coup d’État. L’inconséquence, le conciliationnisme d’Allende (dont Pinochet était ministre), ne peut effacer la responsabilité première des chefs du PC chilien dans cette terrible défaite des masses. Allende, à la différence de Corvalan est mort les armes à la main.

Portugal 1975 : feu sur l’Assemblée constituante

D’autres se souviennent de l’alliance dite « peuple MFA » scellée entre le PC portugais et le mouvement des forces armées, en 1975, pour défaire l’Assemblée constituante où le PS et le PC portugais détenaient la majorité absolue, les deux partis ayant obtenu ensemble 55% des voix. Ainsi, le processus révolutionnaire s’épuisa dans la plus grande des confusions.

Quand ils étaient ministres

Quant au PCF, on se souvient de sa participation directe au gouvernement Mitterrand-Mauroy puis, plus tard, au gouvernement Chirac-Jospin où ses ministres furent des exécuteurs zélés de la politique anti-ouvrière de ces gouvernements. Ainsi, les premiers emplois précaires, les TUC, furent l’œuvre d’un ministre « communiste ». De même, le forfait hospitalier et le budget global des hôpitaux qui plafonnait leur dépense, à coups de suppressions de lits « sous Mitterrand ». « Sous Jospin », nous devons au ministre PCF la privatisation d’Air France et du SERNAM, de la SNCF, l’alliance avec les patrons routiers contre les camionneurs. Entre autres.

« Pouvoirs spéciaux » contre le peuple algérien

Dans un passé plus éloigné, rappelons que les députés PCF avaient voté les « pouvoirs spéciaux » contre le peuple algérien : des militants communistes seront torturés (dont Henri Alleg) ou torturés puis guillotinés (Fernand Yveton) ou morts sous la torture (Maurice Audin).

Voici quelques exemples de stalinisme appliqué et ce ne sont pas les pires, tant s’en faut.

Les historiens « objectifs » disent toujours que le stalinisme est dans le droit fil du « léninisme ». Le « léninisme » n’existait pas du temps de Lénine. Pourtant, le stalinisme naît en rupture totale avec les idées de Lénine, sous le drapeau du « socialisme dans un seul pays », une utopie réactionnaire que Staline lui-même avait raillée auparavant.

 ( à suivre)

Daniel Petri,
10-10-2016


Voir aussi dans la catégorie Histoire
Qui a démantelé l’Union soviétique ?Qui a démantelé l’Union soviétique ?

En décembre 1991, l’URSS a été démantelée par la bureaucratie elle-même, non sans sérieux déchirements internes, donnant ainsi prise à la restauration du capitalisme, dans des conditions...

Septembre 1917 : La marche vers le pouvoir des sovietsSeptembre 1917 : La marche vers le pouvoir des soviets

Après les journées de mobilisation révolutionnaire des masses et de répression de juin-juillet, militaires haut gradés et Cosaques vont tenter d'écraser le mouvement révolutionnaire par une...

Guerre et paixGuerre et paix

Cet article est l’avant dernier de ce cycle d’exposés. Ils n’ont d’autres prétentions que de livrer un premier aperçu du « phénomène stalinien ». Inquisition, crimes de masse,...

Les mutineries de 1917Les mutineries de 1917

En 1917, cela fait trois ans que la plupart des soldats sont engagés dans la pire boucherie que le monde ait connue jusqu'alors. L’épuisement, l’absence d’horizon (aucune paix ni trêve en...

Staline = tout sauf des révolutions !Staline = tout sauf des révolutions !

Nos exposés sur le stalinisme, nous l’avions dit, ne consistent pas en une histoire du stalinisme et de l’URSS et, nous l’espérons, aideront nos lecteurs qui en ont envie ou besoin, à...

Les thèses d’AvrilLes thèses d’Avril

Nous avions relaté dans le numéro précédent qu'en février les masses s'étaient vu confisquer le pouvoir par les bourgeois libéraux et les mencheviks (sociaux-démocrates). Le 4 avril 1917,...



HAUT