L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Honneur à Cassius X – Muhammad Ali : Abeille et papillon*

Publié le vendredi 08 juillet 2016

Muhammad Ali est mort le 3 juin dernier à l'âge de 74 ans. Atteint de la maladie de Parkinson depuis 1984, son décès fait suite à des problèmes respiratoires. Au-delà du boxeur légendaire qu'il fut dans les années 1960-1970, nous retiendrons son combat contre la ségrégation raciale, ses liens avec Malcolm X et son refus d'aller combattre au Vietnam.

Honneur à Cassius X – Muhammad Ali : Abeille et papillon*
(NBCU Photo Bank)

Celui qui deviendra une légende de la boxe est né Cassius Clay en 1942, dans une famille confrontée à la ségrégation raciale, en plein cœur des États-Unis d’Amérique. Il démontre très rapidement un talent d’orateur, en plus d’incarner une personnalité hors du commun :

« Je suis l'Amérique. Je suis cette partie du pays que vous ne voulez pas reconnaître. Mais habituez-vous à moi : noir, sûr de moi, présomptueux » .

Muhammad Ali sera le premier à dépasser les cordes du ring avec certaines citations mythiques comme « Il est difficile d'être humble lorsque vous êtes aussi grand que je le suis ».

C'est en 1960 qu'il décroche le titre olympique à Rome, dans la catégorie mi-lourd. Il accède ainsi à une célébrité qu'il ne quittera plus. À un journaliste qui lui demandait, peu après le 11 septembre 2001, quel effet cela faisait de partager la même religion que Ben Laden, Muhammad Ali lui répondit : « Et vous, quel effet cela vous fait-il de partager la vôtre avec Hitler ? ». Ali n'était visiblement pas du genre à se coucher au son des sirènes de l'islamophobie bien-pensante.

Cassius Clay devient Cassius X

Converti à l'Islam en 1964, il abandonne par la même occasion son « nom d'esclave », Cassius Marcellus Clay. Dans la même année, il devient champion du monde des poids lourds face à Sonny Liston, titre qu'il confirmera un an plus tard à la suite de la revanche.

Au début des années 1960, Ali se rapproche de Malcolm X, célèbre militant et prêcheur, qui lutte farouchement pour la défense des droits de la communauté noire aux États Unis et dont il dit « Il n'avait peur de rien. Cela m'a attiré ».

La relation entre les deux hommes, mêle sport, questions raciales et politique dans une époque de révoltes et de combats.

« Sous la tutelle de Malcom, (Muhammad Ali) a émergé sur la scène internationale comme un symbole de fierté noire et d'indépendance noire » 1 . Les deux hommes finissent par s’éloigner l’un de l’autre, malgré leur appartenance au mouvement Nation of Islam. Après l'assassinat de Malcom X 2 , le boxeur regrettera cette divergence. « J'aurais aimé pouvoir dire à Malcom que j'étais désolé, qu'il avait raison sur tant de choses », dira le champion des décennies plus tard.

Aux côtés de ses frères vietnamiens

C'est en 1966 que Muhammad Ali commencera sérieusement à faire parler de lui hors du ring. Appelé sous les drapeaux pour aller combattre au Vietnam, le boxeur se déclare objecteur de conscience et rejette sa mobilisation : « Pourquoi devraient-ils me demander d’enfiler un uniforme et d’aller à 16 000 kilomètres de chez moi pour larguer des bombes et des balles sur des personnes colorées au Vietnam, tandis que les ainsi nommés gens nègres dans Louisville sont traités comme des chiens et privés des droits de l’homme les plus basiques ? » . Son combat devient politique. En 1967, après son refus d'être incorporé à l'armée, il passe en jugement, à la suite duquel il est condamné à une amende de 10.000 dollars et 5 ans d'emprisonnement. « Ma conscience ne me laissera pas aller tuer mes frères ou de pauvres gens affamés dans la boue pour la grande et puissante Amérique », lance-t-il. « Les tuer pourquoi? Ils ne m'ont jamais appelé nègre, ils ne m'ont jamais lynché, ils n'ont jamais lâché les chiens sur moi. (...) Comment pourrais-je tuer ces pauvres gens? Mettez-moi en prison ! »

Muhammad Ali n'ira finalement pas en prison mais sera dépossédé de son titre de champion du monde et de sa licence de boxeur. Ce n'est qu'en 1971 que la Cour suprême mettra fin à sa traversée du désert, tant sportive que financière, lui permettant ainsi la reprise de sa carrière sur le ring. Cette carrière, il y mettra un terme en 1979 après avoir reconquis son titre en 1974 puis en 1978.

Une légende vivante

1990, Muhammad Ali, le plus grand boxeur de tous les temps, vient d’aller à Bagdad où il rencontre Saddam Hussein, pendant dix jours, à 48 ans. Il en revient avec 32 otages, utilisés comme « boucliers humains » depuis leur capture au Koweït 3 .

Il reçoit, à Berlin en 2005, la médaille de la paix Otto Hahn, au nom de l'Organisation des Nations Unies «pour son engagement en faveur du mouvement américain contre la ségrégation et pour l'émancipation culturelle des noirs à l'échelle mondiale ». Il est décoré la même année, de la Médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile aux États-Unis.

Par son courage et son humanité, il touche le monde entier lorsqu'il allume la vasque olympique à Atlanta en 1996. Haï par les uns, adulé par les autres, Ali a laissé une trace indélébile dans notre histoire, celle d’un authentique insoumis, toujours prêt !

Suzanne Floris,
01-07-2016

* « Je vole comme le papillon et pique comme l'abeille! » célèbre citation de Muhammad Ali

1. Randy Roberts et Johnny Smith dans le livre Blood Brothers (Frères de sang)

2. en février 1965, M. X avait 39 ans

3. http://www.liberation.fr/sports/2012/08/21/muhammad-ali-48-ans-le-sauveur-de-bagdad_840993


Voir aussi dans la catégorie Histoire
Les mutineries de 1917Les mutineries de 1917

En 1917, cela fait trois ans que la plupart des soldats sont engagés dans la pire boucherie que le monde ait connue jusqu'alors. L’épuisement, l’absence d’horizon (aucune paix ni trêve en...

Staline = tout sauf des révolutions !Staline = tout sauf des révolutions !

Nos exposés sur le stalinisme, nous l’avions dit, ne consistent pas en une histoire du stalinisme et de l’URSS et, nous l’espérons, aideront nos lecteurs qui en ont envie ou besoin, à...

Les thèses d’AvrilLes thèses d’Avril

Nous avions relaté dans le numéro précédent qu'en février les masses s'étaient vu confisquer le pouvoir par les bourgeois libéraux et les mencheviks (sociaux-démocrates). Le 4 avril 1917,...

La révolution trahie (1929-1933)La révolution trahie (1929-1933)

« Si Staline avait pu prévoir où le mènerait la lutte contre le « trotskysme », il se fût sans doute arrêté en chemin(…) Les prédictions de ses adversaires qui lui annonçaient qu’il...

Centenaire de la Révolution de février : Quand le prolétariat écrit l'histoireCentenaire de la Révolution de février : Quand le prolétariat écrit l'histoire

Dans la triste époque que nous traversons, il devient  indispensable de nous réapproprier les leçons du passé  et en particulier, les enseignements de la   révolution en Russie, en 1917...

Victoire de la bureaucratie et défaites révolutionnaires. 1926-1928Victoire de la bureaucratie et défaites révolutionnaires. 1926-1928

La politique extérieure est, en général, la continuation de la politique intérieure. La politique intérieure de la jeunesse soviétique se fonde sur « la construction du socialisme dans un...



HAUT