L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
       
( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


« S’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous »

Publié le vendredi 15 février 2019
La Lettre de La Commune, supplément au n° 87 – vendredi 15 février 2019

Le jugement inique qui frappe Christophe Dettinger accuse la passivité désarmante des dirigeants des organisations ouvrières et démocratiques qui semblent avoir renoncé à la défense des droits démocratiques face à la répression et aux lois liberticides.

« S’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous »
©BENOIT PEYRUCQ/AFP

Ah, nous dit-on, la peine a été aménagée. Voilà qui nous fait une belle jambe, puisque c’est une peine de prison ? Notre critique ne s’adresse pas à ses avocats qui ont apprécié les choses en fonction du rapport de forces. Un rapport de force amoindri par cette passivité criante du mouvement ouvrier organisé.

Rappelons les faits : des gardes mobiles tentaient d’empêcher des manifestantes et manifestants d’avancer, armés, casqués, protégés par leurs boucliers. Christophe Dettinger a voulu forcer ce barrage, sans aucune préméditation et sans arme, aucune.

Autre fait : Christophe Dettinger, travailleur salarié, n’avait jusqu’alors aucun casier judiciaire et il a été détenu arbitrairement en attendant que la justice tranche.

Pendant ce temps-là, Benalla court toujours et un repris de justice, monsieur Juppé, entre au Conseil constitutionnel.

Seuls, les gilets jaunes anonymes ont milité pour la libération de Christophe Dettinger.

Défendre un cas, c’est défendre une cause ; s’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous……Ce principe fondateur du mouvement ouvrier est bradé par des opposants parlementaires qui tournent autour du pot et par les Martinez-Veyrier et autres caciques qui se veulent syndicalistes.

Quelques mots pathétiques contre la répression en général et le mauvais temps suffisent à leur peine. Christophe Dettinger et des centaines de manifestants peuvent bien dormir en prison.

Le romancier allemand Kurt Tucholsky ne prévenait-il pas « Celui qui n’a pas la liberté dans le sang, celui qui ne sent pas ce qu’est la liberté, celui-là n’arrivera jamais à la conquérir ».

De son côté,  la « tribune des travailleurs » peut continuer à amalgamer les choses contre les gilets jaunes : en faisant passer une liste appelée RIC comme « issue du mouvement des gilets jaunes ». Titre de cet entrefilet empoisonné et hypocrite : « gilets jaunes et mouvement 5 étoiles » 1 . Les lecteurs de cet hebdo ne sauront rien de la condamnation de Christophe Dettinger.

Quant à ces technocrates du syndicalisme, Martinez au nom de la CGT et Veyrier au nom de FO, sont à nouveau affairés à peaufiner un calendrier l’actions « contre la politique sociale de Macron »’ étalées dans le temps, qu’ils n’auraient d’ailleurs pas pris le temps de concocter si le mouvement populaire en gilet jaune n’avait pas surgi. Non, le syndicalisme n’est pas à eux !

Ce que ces «dirigeants» ne prennent pas en charge, la défense des libertés, du pouvoir d’achat, et le combat pour dégager Macron, les travailleurs, les syndicalistes et la population ont commencé à le prendre en charge eux-mêmes, selon leur propre rythme.

Libération immédiate de Christophe Dettinger et de tous les manifestants prisonniers

Amnistie totale de tous les manifestants  condamnés

Arrêt de toutes les poursuites

Régularisation - réindexation de tous les salaires et allocations sur les prix et SMIC à 1800 euros

A suivre




Vendredi 15 février 2019




1. Le mouvement 5 étoiles, allié avec la ligue du nord (fascistes) en Italie -


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
HALTE À LA RÉPRESSION – OUI OU NON ?HALTE À LA RÉPRESSION – OUI OU NON ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 93 – lundi 25 mars 2019 Le 18 mars dernier, monsieur Philippe, Premier ministre, a exposé sa « doctrine du maintien de l’ordre ». Au même...

La France est en répression nerveuse – l’UE est au bord de la crise de nerfsLa France est en répression nerveuse – l’UE est au bord de la crise de nerfs

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 92 – lundi 18 mars 2019 Ce samedi 16 mars, le mouvement en gilet jaune, par étourderie sans doute, a omis de marquer le pas et de s’essouffler. De...

Honneur et gloire au Peuple algérien qui combat pour tous les peuplesHonneur et gloire au Peuple algérien qui combat pour tous les peuples

La Lettre de La Commune, supplément au n° 91 – vendredi 15 mars 2019 Le Monde, journal du juste milieu, qui dit chaque jour la messe politique, est aussi chronologue à ses heures. Lancé dans...

Macron, le despote grillé qui ment comme il... étouffeMacron, le despote grillé qui ment comme il... étouffe

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 91 – lundi 11 mars 2019 Il n’y aurait donc pas de répression en France, pas de violence policière de l’État 1 . La preuve : nous sommes dans un...

EN ALGERIE, EN FRANCE, EN EUROPE : À BAS LES ÉTATS POLICIERS, DEHORS LES DIRIGEANTS CORROMPUS !EN ALGERIE, EN FRANCE, EN EUROPE : À BAS LES ÉTATS POLICIERS, DEHORS LES DIRIGEANTS CORROMPUS !

La Lettre de La Commune, supplément au n° 90 – vendredi 8 mars 2019 Algérie, Albanie, France, Monténégro, Serbie … Les peuples veulent abattre les vieux régimes, leurs « hommes...

Portrait d’un Chef d’État démantibuléPortrait d’un Chef d’État démantibulé

Chronique d’une chute de régime La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 90 – lundi 4 mars 2019 Eh oui, nous allons encore évoquer la vie et l’œuvre de monsieur Emmanuel Macron qui...



HAUT