L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
       
( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


État d’Israël – État criminel

Publié le vendredi 13 avril 2018

Halte aux Massacres !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 41 – Vendredi 13 avril 2018

Le porte-parole de l’armée israélienne tweetait le 30 mars : « rien ne s’est accompli sans être maîtrisé, tout a été correct et mesuré. Nous savions où chaque balle allait atterrir». Même si le tweet a été par la suite supprimé, le massacre organisé par l’armée sioniste s’est déroulé comme prévu.

État d’Israël – État criminel
Contenu

Arrêt des tirs sur des civils à mains nues !

Assez de mensonges criminels !

Un massacre prémédité

Faire éclater la vérité !

Soutien et complicité impérialiste

Ce même vendredi 30 mars, les soldats israéliens ont tué 17 civils et blessé plus de 1400 Palestiniens qui manifestaient pacifiquement. Les victimes participaient à la marche annuelle du Jour de la Terre en souvenir du meurtre, en 1976, de six Palestiniens qui protestaient contre l’appropriation par Israël de milliers de mètres carrés de la terre palestinienne. C’est également le soixante-dixième anniversaire du nettoyage ethnique des Palestiniens et l’expulsion de leurs terres lors de la création de l’Etat sioniste.

Arrêt des tirs sur des civils à mains nues !

Les manifestants se sont dirigés vers la limite Est entre Gaza et Israël, un retour symbolique vers leur terre et leurs maisons d’où ils sont originaires. Avant que la marche n’ait débuté, le régime sioniste avertissait qu’il mettait en place plus de cent snipers, des hélicoptères chargés de gaz lacrymogène et des tanks. Les victimes palestiniennes ont été abattues par des balles réelles, alors qu’aucun soldat n’a subi de préjudices ou n’a même été en danger.

Après avoir imposé un blocus meurtrier de 1,9 million de personnes, dont 1,2 million de réfugiés chassés de chez eux il y a 70 ans, l’Etat d’Israël continue sa politique de nettoyage ethnique. Ce nouveau massacre a été applaudi par une large majorité d’israéliens comme l’a été le massacre de plus de 2200 Palestiniens à Gaza en 2014. Le très réactionnaire, Advigor Lieberman, ministre de la défense s’est empressé de féliciter l’armée israélienne, déclarant que ses soldats « méritent un éloge».

Assez de mensonges criminels !

Pour sa lamentable défense, le régime sioniste a présenté les victimes de sa violence comme des militants inconditionnels qui avaient organisé une violente invasion en traversant la frontière. Mais ce mensonge s’est vite dégonflé alors que sortaient des vidéos qui montraient ce qui ressemble à des crimes de guerre, en particulier le tir mortel sur Abd al-Fattah Abd al-Nabi en pleine tête alors qu’il s’éloignait en courant de la barrière frontalière Israël-Gaza.

Un massacre prémédité

Ce massacre était écrit, l’association humanitaire B’Tselem avait alerté sur les préparatifs et les menaces de « tirer pour tuer sur des Palestiniens non armés». « Ne tenant aucun compte du désastre humanitaire à Gaza et de la responsabilité qui en incombe à Israël , [les responsables israéliens] décrivent la manifestation prévue sous l’appellation de risque pour la sécurité, et transforment les manifestants en terroristes, faisant référence à Gaza comme à une zone de combat », déclare B’Tselem la veille du carnage. Le rédacteur de la revue de droite Israël National News déclarait ; « Ils pensent que nous n’aurons pas le cran de les abattre massivement et que notre hésitation leur permettra de nous attaquer........donc tirez pour tuer, rien de moins ».

Faire éclater la vérité !

Face à cet ethnocide, l’exigence d’une enquête devient une pièce maîtresse de la réaction internationale. « Ne vous attendez à aucune enquête et, même s’il y en a finalement, ne vous attendez certainement pas à une reconnaissance de responsabilité » avertissait B’tselem. C’est l’évidence même quand on se souvient de l’enquête menée par le Conseil aux Droits de l’Homme de l’ONU après le carnage de 2014 dans la bande de Gaza. En conclusion toutes les preuves de crimes de guerre avaient été retenues …pour aboutir, finalement, à aucune reconnaissance de responsabilités. Cette fois-ci, pas d’ambiguïté, Israël et l’administration Trump ont imposé un veto à toute enquête.

Soutien et complicité impérialiste

En fait cet assassinat de masse n’a pu se faire sans le soutien sans précédent de la politique xénophobe de Trump et par la complicité incessante de l’Union Européenne. Après le vendredi meurtrier, les gouvernements de l’UE, ont exprimé leur « profonde inquiétude », mais n’ont prononcé aucune condamnation de l’Etat d’Israël, ils ont appelé à la « retenue » de la part de tous, comme si assassins et victimes avaient les mêmes responsabilités. L’asservissement à la politique de Trump et la lâcheté habituelle sont un encouragement au moins tacite donné au régime d’apartheid d’Israël à poursuivre sa colonisation barbare, à asphyxier et traquer les palestiniennes et palestiniens

Plus que jamais la campagne de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) doit s’amplifier pour arrêter le bras criminel qui frappe un peuple sur sa propre Terre natale. La fenêtre d’espoir pour les palestiniens demeure notre propre mobilisation de masse et réside notamment dans la campagne grandissante de BDS. C’est à travers cette campagne que nous ferons reculer les gouvernements impérialistes et faire éclater la vérité devant l’opinion publique du monde entier face à ces médias qui tentent de dissimuler la réalité du génocide du peuple Palestinien.




13 avril 2018


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
QUI SONT LES ANTISEMITES ?QUI SONT LES ANTISEMITES ?

La Lettre de La Commune, supplément au n° 88 – mercredi 20 février 2019 A propos d’une campagne médiatico-gouvernementale de HAINE La lutte contre l’antisémitisme est devenue un thème...

Macron, homme de paille en feuMacron, homme de paille en feu

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 88 – lundi 18 février 2019 Voilà trois mois, jour pour jour, que la mobilisation en gilet jaune tient tête au pouvoir, à ses médias bien...

« S’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous »« S’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous »

La Lettre de La Commune, supplément au n° 87 – vendredi 15 février 2019 Le jugement inique qui frappe Christophe Dettinger accuse la passivité désarmante des dirigeants des organisations...

LA CRISE TOTALE !LA CRISE TOTALE !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 87 – lundi 11 février 2019 Comme nous l’avions pressenti à la fin du mois de juillet, l’affaire dite Benalla a ouvert une brèche dans laquelle...

La République démocratique, c’est MEDIAPART !La République démocratique, c’est MEDIAPART !

La Lettre de La Commune, supplément au n° 86 – mercredi 6 février 2019 Avec sang –froid et esprit de suite, le cœur chaud et la tête froide, jour après jour, Mediapart défend les...

« ON SE CROIT REVENU AU REGIME DE VICHY »…« ON SE CROIT REVENU AU REGIME DE VICHY »…

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 86 – lundi 4 février 2019 L’affrontement en gilet jaune est le révélateur de « l’état de l’État de droit ». Il montre...



HAUT