L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Quatre députés à Buenos-Aires !

Publié le samedi 23 juillet 2011
Argentine : Succès électoral de «Proyecto Sur»Pino Solanas est un cinéaste argentin célèbre. Parmi ses films : "l'heure des brasiers" (1968), "Mémoire
d'un saccage" (2004). Exilé à Paris de 1976 à 1983 pendant la dictature, puis député de 1993 à 1997,
Pino Solanas candidat du mouvement " Proyecto Sur " (Projet Sud) au poste de Gouverneur de Buenos
Aires, a obtenu 13% des voix élections du 10 juillet. Le MST fait l'analyse des résultats.
Le gouvernement national et son
candidat Filmus viennent de
connaître une lourde défaite. Ils
avaient joué de tous leurs liens pour
atteindre le second tour avec un écart
inférieur à 10%, et pour cet objectif, ils
avaient utilisé tout le poids de la présidente
Cristina Kirchner appuyés par des
moyens financiers importants. Le résultat
est une claque : moins 20% par rapport
au candidat arrivé en tête sans
atteindre les 28% qu'ils pouvaient espérer.
Pire encore, la liste officielle " kichnerista
" a seulement obtenu 14%, un
point de plus seulement par rapport à
celle de " Projet Sud ", et le second
tour qui s'annonce va se traduire pour
eux par une nouvelle et éclatante défaite,
produit de la politique gouvernementale.
Sans oublier la part prise par le
vote des partisans de Filmus de 70%
des projets de Macri, Gouverneur de
Buenos Aires, qui a conduit à une montée
du vote pour celui-ci.
0

Défaite pour Cristina



A tout ceci, il faut ajouter que dans le
calendrier électoral arrivent les élections
dans les provinces de Santa Fe et
Cordoba, de nouvelles défaites prévues
pour les partisans de Cristina Kirchner,
alors que se profilent les primaires du 14
août. C'est dans ce cadre que le " kirchnerisme
" se prépare au second tour,
avec un risque certain celui d'offrir à
Macri un autre dimanche de gloire. En fin
de compte au lieu de rendre coupable la
population de leurs résultats catastrophiques,
les partisans de Cristina
feraient mieux de rechercher en leur sein
les responsables de leur défaite.
0

Le vote Pino Solanas, un
vote de rupture



" Projet Sud " a dû faire face, pendant
toute la campagne électorale, au gouvernement
de la capitale, à celui de
l'Etat et à leurs appareils médiatiques.
Dans une lutte politique inégale et avec peu de moyens financiers, nous nous
sommes imposés comme la seule force
alternative à ces deux gouvernements.
Et si nous n'avons pu arrêter la montée
de la polarisation, ni les partisans de
Cristina ni ceux de Macri n'ont pu empêcher
que " Projet Sud " sorte de ces
élections comme la troisième force et
l'unique opposition réelle aux vieux partis
avec l'élection de quatre députés et
de quinze conseillers d'arrondissements.
La polarisation a balayé la
" Coalition Civique ", Teleman,
l' " Union Civique Radicale " et toutes
les autres listes, sans pouvoir empêcher
que 250 000 citoyens votent pour
Pino et le " Mouvement Projet Sud ".
Comme dans toutes campagnes, nous
pouvons faire le bilan des succès et des erreurs, mais fondamentalement nous
sommes fiers d'avoir participé à cette
bataille et des résultats obtenus en dépit
du contexte défavorable.

Il est hautement positif, qu'une frange
aussi nombreuse de la population se soit
tournée vers notre projet émancipateur.
Ce fait nous permet d'être optimistes
devant la prochaine étape, il nous met
devant la responsabilité de continuer à
construire le mouvement, démontrant
qu'il n'est pas vrai qu'il n'existe seulement que deux modèles possibles.
Il y a une autre voie en construction et
en plein développement soutenue par
des milliers et des milliers.

Alejandro Bodart, député !



Notre parti a travaillé, durant toute la
campagne, coude à coude avec Pino et
tous les camarades du " Mouvement
Projet Sud ", affrontant les partisans de
Cristina Kirchner et de Macri, les
pouvoirs des médias et des associations
corporatives. A partir de maintenant,
nous devons assumer les
responsabilités que nous confèrent
l'élection d'Alejandro Bodart en tant que
député du groupe " Projet Sud " dans
l'assemblée législative de Buenos Aires
et de deux camarades dans les
arrondissements 9 et 10. A partir de ces
positions nous continuerons d'impulser
le combat pour les changements dont à
besoin la capitale. Avec notre candidate
à la présidence de l'Argentine, Alcira
Argumedo, et avec tous les candidats
de notre liste nationale, nous allons
continuer d'impulser le développement
d'un projet qui, comme l'a dit Pino, est
né pour rester.

Sergio Garcia, dirigeant du MST et
du " Mouvement Proyecto Sur ".

15 juillet 2011











Voir aussi dans la catégorie Argentine
Alternativa Socialista 689Alternativa Socialista 689

Alternativa Socialista n° 689 en PDF

Le mouvement vers la grève généraleLe mouvement vers la grève générale

Les statistiques indiquent une amorce de reprise économique en Argentine mais, dans la rue, la tension sociale s'accentue en raison d’une inflation à 40 % : Des dizaines de milliers d'Argentins...

Le carnaval est terminéLe carnaval est terminé

Macri et Fillon sont bien de la même trempe. Fillon avait dit « si j'étais mis en examen (…) je ne pourrais pas être candidat ». Nous savons ce qu’il en est. Macri avait affirmé :...

Toute la dette est illégitimeToute la dette est illégitime

Dès son arrivée, Macri a accordé des allégements de taxes à l’exportation,  a décidé la dévaluation du peso, la réduction des effectifs dans le secteur public, l’arrêt du contrôle des...

Vers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrièreVers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrière

Ceux qui ont essayé d’enterrer les enseignements de la rébellion populaire de 2001 n'ont pas complètement réussi à normaliser l'Argentine. Ils n'ont pas pu éliminer les séquelles de...

La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !

L ’appareil de la CGT, béni par l’Église, a trahi les travailleurs et le peuple pour 2 pesos. Il ne faut pas laisser de trêve à Macri. Soutenons les luttes, exigeons la grève générale et...



HAUT