L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Face aux attaques, il faut un plan de luttes

Publié le mardi 22 avril 2014
Face aux attaques | Edito Anticapitalisme & Révolution, 21 avril 2014Toujours plus pour les entreprises, tel est le credo du gouvernement Valls, qui persiste et signe, en organisant le plus gros transfert de richesses jamais réalisé dans ce pays de notre poche vers celles des grandes entreprises. Pour financer les milliards de cadeaux au patronat, sans aucune contrepartie sur l'emploi, il s'attaque aux salaires, retraites et prestations sociales, coupe dans les budgets sociaux et pille les caisses de la Sécu.

Baisse des salaires pour les fonctionnaires
Le prétendu "gel" des salaires représente en réalité une baisse de revenus pour les fonctionnaires, dont le point d'indice est déjà bloqué depuis 2010, et le sera jusqu'en 2017 si on laisse faire. Cela concerne 5 millions d'agents. Ainsi, un salarié qui gagnait 1750 euros en 2010 recevrait l'équivalent de 1554 euros en 2017, compte tenu de l'inflation, soit une baisse de pouvoir d'achat de 200 euros par mois.

Hold-up sur la Sécu
En supprimant toutes les cotisations sur les salaires au niveau du smic, Valls pille les ressources de la Sécu. Car exonérer les patrons revient à ce que la Sécu ait moins de recettes, et c'est elle qui est ponctionnée pour les deux tiers des cadeaux au patronat. Mais à force de ne pas faire rentrer les cotisations sociales, comment les prestations maladie, chômage, famille ou logement, seront elles payées ? Eh bien, par nous, une deuxième fois. On nous dira qu'il n'y a plus d'argent et qu'il faut donc tailler dans les dépenses et remettre la main au porte monnaie.

Le Smic dans le collimateur des patrons
Les patrons en sont ils reconnaissants pour autant ? Que nenni : plus on leur en donne, plus ils en demandent. Ainsi, Gattaz veut instaurer un smic jeune, une vieille marotte patronale : déjà en 1994, le gouvernement de l'époque avait tenté de l'instaurer pour les jeunes de moins de 26 ans, rémunéré à 80% du smic. Il a été obligé de reculer, devant l'énorme mobilisation de la jeunesse.
Les patrons ont aussi essayé d'instituer une plus grande précarité pour les jeunes : en 2006 a été voté le contrat première embauche, (CPE) qui voulait mettre en place une période d'essai de deux ans, pendant laquelle ils pouvaient être licenciés sans motif. Devant plusieurs manifestations de un à trois millions de personnes dans les rues du pays, et une grève interprofessionnelle, le gouvernement a dû encore une fois reculer. Et ceci malgré le fait que la loi avait été déjà votée. Comme quoi, les lois ne sont pas gravées dans le marbre !

Une mobilisation nécessaire
Il est donc possible de faire reculer les gouvernements, qu'ils soient de droite ou de gauche, à condition de se mobiliser. Le pacte pro-patronal et anti-ouvrier peut être l'occasion de leur faire ravaler leurs plans d'austérité.
La manifestation nationale à Paris contre l'austérité du 12 avril dernier était une première étape dans la mobilisation, mais cela ne peut à l'évidence pas s'arrêter là. Les organisations qui étaient à l'initiative de cette manifestation doivent proposer des actions à la mesure des attaques, si elles ont véritablement à coeur la défense de nos intérêts. Le 15 mai prochain, les fonctionnaires sont appelés à manifester. Et pourquoi pas tous ensemble, et cette fois jusqu'à ce qu'ils remballent leurs projets ? Car nous sommes tous frappés, d'une façon ou d'une autre, par cette offensive sans précédent menée par le gouvernement actuel de gauche, qui met en oeuvre ce que la droite appelait de ses voeux, sans avoir osé le faire.

Voir aussi dans la catégorie NPA
Un parti qui ne dit pas ce qu’il fait et ne fait pas ce qu’il dit

Au troisième congrès du NPA, le 30 janvier 2015, la direction élue, du moins celle qui en tient lieu vu qu’aucune des factions et cliques qui composent ce parti où  la nuit, tous les chats...

Déclaration de militants du NPA de l’Hérault, novembre 2014 : Pourquoi nous démissionnons du NPA

Chers camarades,Il  arrive un temps où la quantité de divergences accumulées se transforme finalement  en qualité. Ce temps est venu : nous quittons le NPA. Ce qu’est devenu ce parti, en...

« le parti des gogos et des bobos »...

On trouvera ci-dessous un article de notre journal La Commune d'août 2007, sous le titre " le parti des gogos et des bobos "

100 jours de grève des postiers des Hauts-de-Seine !

La grève des bureaux de Rueil-Malmaison, Gennevilliers, Courbevoie, la Garenne-Colombes et Bois-Colombes a dépassé les cent jours le 9 mai. Au départ, ce conflit était purement local, mais il va...

Anticapitalisme & Révolution

Loin des promesses du gouvernement, ce début d'année 2014 est marqué par la poursuite de la crise et même l'accélération des destructions d'emplois avec 32 000 chômeurs en plus rien qu'en...

Face aux attaques, il faut un plan de luttes

Toujours plus pour les entreprises, tel est le credo du gouvernement Valls, qui persiste et signe, en organisant le plus gros transfert de richesses jamais réalisé dans ce pays de notre poche vers...



HAUT