L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Eloge des abstentions

Publié le jeudi 30 avril 2015

A la suite de notre communiqué au lendemain du premier tour des élections cantonales, un de nos lecteurs nous a envoyé, bien légitimement et dans un cadre de discussion fraternel un commentaire où il marque son désaccord avec notre appréciation des résultats et en particulier notre analyse sur le phénomène abstentionniste. On trouvera ci-dessous une première réponse à ses objections Un débat qui mérite d’être poursuivi.

Notre lecteur nous a écrit : « Petit commentaire au-delà des chiffres intéressants, il n'y a pas de vague FN, dites-vous. Si il y en a une, le FN a gagné 10 points de plus depuis les dernières cantonales.25% aux départementales
Par ailleurs, interpréter le fait que l'abstention massive serait le signe que les salariés reviennent sur le terrain de la lutte des classes, c'est un peu court, le taux d'abstention révèle : 71% à Aubervilliers, cela signifierait 71% de révolutionnaires selon cet article. C'est surtout 71% de gens dépolitisés et isolés qui soit se repliés sur eux-mêmes, soit sur leur communauté.
»

Le phénomène des abstentions ouvrières et populaires n’est pas nouveau. Pris isolément, il peut être interprété de diverses manières. Une chose est sûre : il n’existe, a priori, aucune relation de cause à effet entre « dépolitisation » « repli sur soi » et abstention.

« Dépolitisés » ? « Repliés sur soi » ?

« Dépolitisation » et « repli sur soi » sont, au demeurant, des formules psychologistes fourre-tout. En quoi les travailleurs étaient-ils « plus politisés » lorsqu’ils votaient en masse pour le PCF et le PS et, moins « repliés sur soi» ?

Faut-il rappeler que les élections sont un terrain très déformé de la lutte des classes et donnent une expression non moins déformée de l’état d’esprit des masses, d’une part et du rapport des forces entre les classes sociales ?

Sur ce terrain « miné », les abstentions portent en elles une indication : les masses « politisées » ou non, comprennent ou sentent que le PS et le PCF-FG ne les représentent pas, qu’elles ne peuvent les charger de leurs aspirations les plus immédiates.

Ou conscients que plus personne ne les représente ?

L’abstention est le phénomène qui provoque la défaite de tous les gouvernements appliquant la politique du Capital financier dictée par l’Union européenne dans toutes les élections « intermédiaires » et ainsi, les isolent, eux, et leurs soutiens. Et, ce, sans que cela renforce les « adversaires » institutionnels qui militent pour les mêmes « réformes » et la même « rigueur budgétaire ». Ainsi même, les abstentions jouent un rôle moteur dans la chute libre du régime agonisant

Grève massive du vote

Avons-nous écrit que les salariés, chômeurs et jeunes abstentionnistes étaient pour autant des « révolutionnaires » ? Bien entendu, jamais nous n’avons écrit semblable bêtise. Ils font une grève du vote, que chaque abstentionniste pris en particulier ou non en ait conscience. De même qu’un ouvrier participant à l’occupation de son usine ou de son dépôt n’a pas forcément conscience de s’attaquer au principe de l’inviolabilité de la propriété privée des moyens de production. Mais, le fait est : quelle que soit la conscience d’un gréviste, « toute grève porte en elle les germes de la guerre civile » pour reprendre une analyse de notre aîné Trotsky. Et les travailleurs s’abstiennent spontanément, à partir de leur expérience, sans aucun « ordre d’en haut ».

4,9 millions de non inscrits !

Lénine dirait : « ils sont cent fois plus à gauche que nous ». Notre conscience retarde sur leur vie. Ajoutons, en annexe, que :« Selon plusieurs études de l' Insee , en y ajoutant les personnes qui ignorent qu'elles sont inscrites sur les listes électorales, environ 4,9 millions de Français ne sont pas inscrits ou croient ne pas l'être (données 2004), chiffre qui varie entre 10 % et 13,3 % du corps électoral sur les neuf dernières années . » [Abstention lors d'élections en France - Wikipedia]

Posons la question autrement : Et les salariés qui votent PS ou PCF-FG ? Seraient-ils moins « dépolitisés », plus « conscients » ou plus lucides ? Qu’ils votent avec leurs pieds ou avec l’illusion que le gouvernement actuel serait « un moindre mal » ne change rien à l’affaire. Aux élections locales, certains votent contre la promesse d’un logement, d’un emploi dans la Fonction publique territoriale ou une association, ou contre la promesse de subventions à tel « club ». PS et PCF misent sur la peur du FN, tout comme la droite autrefois tablait sur la peur des « chars russes » à Paris. Ou, sur l’idée que la droite, dans un département, « casserait tout »…Ce qu’ils « cassent » eux-mêmes. Dupes ou gogos, pourrait-on dire.

Le vote pour le PS-PCF-PG, un vote plus conscient ?

Non, le « vote pour les partis ouvriers » n’est plus ce qu’il était et ne manifeste en rien une haute conscience de classe. A moins de croire que PS-PCF-FG et leurs rogatons sont un point d’appui et non un frein au mouvement d’émancipation des masses. Si c’est le cas, mortelle illusion, non ?

De même que la grève générale pose objectivement la question du pouvoir, l’abstention en masse et en bloc de la grande majorité des salariés et de la population pauvre pose la question d’un authentique parti des travailleurs et de la grève générale pour en finir avec le gouvernement, ses « réformes » et sa politique, pour la rupture avec l’Union européenne, ses traités et ses directives.

En ce sens, cet abstentionnisme mérite plus qu’un éloge : un soutien sans faille.

Daniel Petri, avril 2015


Voir aussi dans la catégorie France
La France insoumise et le travail précaireLa France insoumise et le travail précaire

Est-ce « trop revendiquer » que d’exiger, pour tous, un vrai travail- un vrai salaire et, par là même l’abolition du travail précaire ? Pour la FI (France insoumise), cette question ne se...

Les gardes-frontières de « La Sociale »*Les gardes-frontières de « La Sociale »*

Pour mémoire, Jacques Cotta est réalisateur de télévision et Denis Collin, professeur de philosophie. Ce sont aussi des polémistes. Ensemble, ils animent le site « La Sociale », au titre...

Un social-démocrate (mal) repentiUn social-démocrate (mal) repenti

« Renégocier les traités européens ou quitter l’Europe si impossible » avance Mélenchon. Mélenchon qui est un orphelin du traité de Maastricht dont il fut, en 1992, un ardent défenseur....

La politique étrangère impérialiste de MélenchonLa politique étrangère impérialiste de Mélenchon

Notre dernier article sur Mélenchon nous a valu sur notre blog Mediapart* quelques commentaires qui se veulent véhéments à notre endroit : « idiots utiles du système », « oisifs »,...

Mélenchon, un cheval de TroieMélenchon, un cheval de Troie

Depuis le 5 mars 2016, Mélenchon est candidat. Il s’est auto-désigné, auto-tiré au sort. Puis, il a créé un mouvement, « la France insoumise ». Ni un parti, ni un cartel mais un...

Être femme travailleuse dans l'Éducation nationaleÊtre femme travailleuse dans l'Éducation nationale

L’État français et plus particulièrement l’Éducation nationale, continuent à être parmi les principaux pourvoyeurs de travail précaire. Il recourt à des contrats publics (contractuels,...



HAUT