L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


RETRAITES : ASSEZ DE PILLAGE ET D'INTOX !

Publié le lundi 09 septembre 2013
RETRAITES : ASSEZ DE PILLAGE ET D'INTOX ! | Tract NPA Pays Basque, 10 septembre 2013Les réformes successives (1993, 2003, 2007, 2010) et celle de Hollande-Ayrault n'ont aucune légitimité.
Ils veulent allonger la durée de cotisations et augmenter les cotisations retraites.
Les " réformateurs ", de droite hier, de gauche aujourd'hui se sont forgé un alibi : le " déficit ". ..

Le déficit ? Parlons-en :



La Sécurité sociale affiche, nous dit-on, pour 2011, un déficit de 17 milliards, dont 6 milliards pour la branche Vieillesse. ..

Or, l'Etat doit 41,5 milliards d'euros à la Sécu !



Depuis 1992 les patrons ont bénéficié de plus de 316 milliards d'euros de cadeaux de cotisations (30 milliards en 2010). Sur ce montant d'exonérations, les gouvernements n'ont remboursé à la Sécu que... 275 milliards Une simple soustraction : Il manque donc 41,5 milliards que l'Etat n'a pas reversés à la Sécu.


Ce " déficit " n'existe pas, il n'est qu'un prétexte pour attaquer nos acquis !



Les cotisations part " patronale " et part salariés sont partie intégrante de nos salaires. Elles représentent ce qui s'appelle un salaire indirect, différé, socialisé qui est mis dans le pot commun de la Sécurité sociale et servent à payer les retraites d'aujourd'hui et les prestations médicales et familiales d'aujourd'hui. La Sécu est une conquête ouvrière de 1945 et qu'on veut nous liquider...

 La seule négociation, c'est :



Arrêt des exonérations  "  patronales ", remboursement des 41,5 milliards d'euros!
Augmentation générale des salaires et des effectifs (1% d'augmentation des salaires + 100 000 emplois créés = 3,8 milliards de rentrées de cotisations en plus pour les retraites)
Retour aux 37,5 annuités pour une retraite à taux plein (75% du salaire actif), public-privé, à 60 ans
Maintien des régimes spéciaux et du Code des pensions civiles des fonctionnaires

Retrait du projet Hollande-Ayrault et abrogation des réformes de 1993, 2003, 2007, 2010
 Comment gagner ? On sait tous que les " journées d'action " à répétition de 24 h mènent à l'échec !
Pour gagner, y a-t-il un autre moyen que la grève générale public-privé et le blocage de l'économie si le gouvernement ne retire pas son projet ?


Pour tout contact :
NPA Pays Basque : npa.paysbasque@wanadoo.fr

Voir aussi dans la catégorie France
La formation professionnelle en miettes - Première partieLa formation professionnelle en miettes - Première partie

Dossier du mois La loi El Khomri a mis en route le « Compte Personnel d’Activité » (CPA). Un « compte » qui aurait pu aussi bien s’appeler «  Compte de Précarité Assurée », sous...

Vers un Manifeste de La CommuneVers un Manifeste de La Commune

Comme l’avait déjà annoncé Marx, le capitalisme condamne des masses considérables d’êtres humains à « mourir de faim dans un monde d’abondance ». Comme l’avait annoncé Jaurès : «...

Urgence - HôpitalUrgence - Hôpital

Les hôpitaux sont la proie des prédateurs au pouvoir. S’appuyant sur des lois, des décrets, des réformes de rationnement et de rentabilisation de la santé, au nom de « la maîtrise des...

Comment Macron et Collomb traquent les réfugiésComment Macron et Collomb traquent les réfugiés

Une Europe qui refuse d’accueillir les réfugiés. En France, malgré les discours démagogiques de Macron, les réfugiés demeurent aux yeux de tous ces politiciens le fardeau qu’ils veulent...

Contre MélenchonContre Mélenchon

Contribution de Daniel Petri. Ci-dessous le sommaire et la préface. Vous pouvez retrouver l'intégralité de la contribution en PDF joint. (Voir partie II)

La violence policière « en marche »La violence policière « en marche »

L’état d’urgence, reconduit à plusieurs reprises depuis deux ans, a jeté une lumière crue sur la violence policière de l’État. Les « bavures » sont nombreuses, de plus en plus graves,...



HAUT