L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Rentrée scolaire, rentrée politique

Publié le dimanche 10 septembre 2006
rentrée politique | ÉditorialPour 2007, il y a pléthore de candidats, c'est le moins que l'on puisse dire. Ou plutôt, il y a beaucoup d'outsiders, surtout au PS, et deux favoris : Ségolène Royal et Sarkozy.

l'un est de gauche, l'autre de droite.
En réalité, on aurait du mal à reconnaître le candidat de gauche. Prenons la question de l'école.

Qui parle d'" école du respect " et d'" internats d'excellence " ? Ségolène Royal ? Non, Sarkozy. Qui se prononce pour " l'ordre juste à l'école ", la " révolution scolaire " et " l'allongement du temps de présence des enseignants " ? Le ministre de l'Intérieur ? Non, l'ancienne ministre déléguée à l'Enseignement scolaire, Madame Royal. Qui invoque la création d'un service civique obligatoire pour les jeunes ? Sarkozy, Bayrou et Ségolène Royal.Le 3 septembre à Florac en Lozère, lors d'une réunion publique du PS. Qui demande la présence d'un " second adulte dans la classe à côté de l'enseignant confronté à des problèmes de discipline " ? Encore Ségolène. Et qui pourfend cette proposition publiquement et férocement ? Sarkozy ? Non, Lionel Jospin, qui fut le Premier ministre de Madame Hollande. Enfin, qui se prononce pour la suppression de la carte scolaire (voir aussi p. 7), du moins pour " desserrer ses contraintes ", ou l'assouplir ? Sarkozy et Ségolène, cette dernière étant brocardée par ses " amis " du PS, qui feignent à cette occasion d'oublier qu'ils ont, alternativement avec la droite, désagrégé l'école publique depuis 1981.

La suppression de la carte scolaire, c'est le terrain légal pour la prolifération d'écoles, qui se multiplient déjà, pauvres pour les pauvres et bien dotées pour les autres. C'est la mise en concurrence des écoles publiques.
Cette orientation existe déjà : elle est tout simplement appliquée par Tony Blair en Angleterre, un Tony Blair dont il convient de rappeler qu'il est le modèle de référence de ... Ségolène.

C'est ainsi que, grâce au soutien des conservateurs, le " socialiste " Tony Blair a fait voter une réforme de l'école publique par le Parlement.

Cette réforme signifie que la concurrence entre écoles est ouverte. Et celles qui le souhaitent pourront prendre leur autonomie vis-à-vis des autorités locales qui les gèrent actuellement. Elles seront administrées par un " trust ", une fondation, sous la direction d'un sponsor privé, qui pourra être une association, une université, un club sportif, une entreprise ou un groupe de parents d'élèves. Avec la mise en place des conseils d'administration, dans les écoles, collèges et lycées en France, ouvrant larges les portes aux groupes de pression et élus de toute sorte, on n'est très près de la réforme anglaise.

Dans ces conditions, il est évident que l'école publique n'a jamais été aussi menacée. Et la précarité de ses personnels s'accentue. Ainsi, les 50 000 emplois vie scolaire recrutés sur des contrats de 10 mois, sans obligation de formation de la part de l'employeur, vont renforcer les rangs des assistants d'éducation, des auxiliaires de vie scolaire, des assistants pédagogiques, auxquels il faut ajouter les milliers de contractuels et vacataires. Le tout dans une situation où le gouvernement Chirac-Sarkozy-Villepin a décidé la suppression de 8 500 postes statutaires d'enseignants. Dans ce cadre, la grève dans l'enseignement prévue pour le 28 septembre a un fondement solide et légitime. Pour peu qu'elle ne soit pas à nouveau une " journée d'action " sans lendemain qui aboutirait à lasser les enseignants au lieu de les mobiliser pour gagner. La sauvegarde de l'école publique est, là encore, dans le " Tous ensemble ".

Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
L'espoirL'espoir

Depuis deux mois, le peuple catalan secoue le joug de l’oppression et cherche les voies et les moyens de donner corps à sa propre république. En France, tous les partis (jusqu’au …FN) ne...

« Lui » ou nous !« Lui » ou nous !

Ce 12 septembre, les manifestations ont pris une tournure qui aura sans doute échappé aux organisateurs. Des centaines de milliers de manifestants unis par la volonté d’abroger la loi El Khomri...

« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...



HAUT