L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Qui est « l’immense danger » ?

Publié le samedi 07 mars 2015

Décidément, rien ne les arrête. Plus ils sont discrédités, plus ils sont isolés, plus ils redoublement d’attaques frontales contre la classe ouvrière et la jeunesse. Hollande est retombé à 21 % d’opinions favorables dans les sondages, reléguant aux contes pour enfants le prétendu «  esprit du 11 janvier ».Il  n’empêche, lui et son gouvernement redoublent d’efforts dans leur entreprise de démolition antisociale. Le chômage touche, toutes catégories confondues 5,9 millions de personnes, 10 millions d’hommes et de femmes sont en situation de fragilité en matière de logement, dont 3,5 millions de mal-logés au sens strict du terme, le nombre de Sdf a augmenté de 50% en dix ans et pourtant, ils continuent. Ainsi, Manuel Valls vient d’annoncer l’arrêt du relogement des ménages sous le seuil de pauvreté dans les logements sociaux des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville. Mesure sociale ? Non, tout le  contraire.

Comme le souligne la Fondation abbé Pierre :

« Au nom de la mixité sociale, c’est donc un nouvel obstacle qui se dresse dans le parcours des ménages défavorisés, qui risquent de voir leurs possibilités de relogement se restreindre gravement. En effet, la pauvreté se concentre dans certains quartiers parce que c’est là que se trouvent les logements les moins chers, seuls disponibles pour les ménages aux revenus les plus bas. Le Droit au logement opposable (Dalo), qui était censé rendre impératif le relogement des ménages prioritaires, constituerait dans ces conditions un barrage à l’accès au logement. »

Un sénateur UMP propose de rétablir les coupures d’eau pour impayés ? Ségolène Royale approuve aussitôt.
Les veufs et veuves avaient droit jusqu'’à présent à déclarer une demi-part fiscale, ce qui allégeait leur impôt ? Terminé.
Ainsi, rapporte l’AFP : « Pour de nombreux retraités, la réception des avis d'imposition a fait l'effet d'une douche froide. En effet, la suppression de "la demi-part des veuves" a alourdi la facture de milliers de personnes âgées, même si d'autres mesures ont été prises pour adoucir la note. Micheline Boucher, 89 ans, n'en est pas revenue : elle qui ne payait pas d'impôt devra cette fois s'acquitter de 400 euros. Après s'être déplacée dans un guichet du fisc, elle a compris que ce dû s'expliquait par la suppression de la demi-part fiscale qui profitait jusqu'ici aux parents isolés ou aux veufs et veuves ayant eu un enfant »
C'est la majorité précédente qui avait voté, en 2008, la fin progressive de cet avantage, qui disparaît définitivement cette année. Merci Monsieur Hollande,
Ce même Hollande qui ne cesse à chaque occasion de faire l’éloge de la liberté, des valeurs républicaines, de la démocratie, qui en appelle à l’ « esprit du 11 janvier » et qui au même moment fait donner le 49-3 pour imposer la loi Macron, par peur de sa propre majorité. Bel esprit démocratique en effet. Sacré  Tartuffe en vérité. Le même Hollande qui veut « arracher les électeurs au FN » Comment ? En anticipant et appliquant sa politique anti-ouvrière, raciste, xénophobe, antimusulmans sans doute ?
Pas besoin dans ces conditions d’être Nostradamus pour prévoir que les prochaines élections départementales vont être une nouvelle déculottée pour le PS mais aussi pour l’UMP et tous les partis institutionnels. Une Bérézina électorale de plus mais d’abord et avant tout par l’ampleur de l abstention dont les derniers sondages indiquent qu’elle va frôler les 60% !
Et on va encore nous dire que le FN est le danger principal, lui qui, frappé tout autant par l’abstention ne « pèse » pas plus de 10% de l’ensemble du corps électoral. Il n’empêche, il faut culpabiliser le peuple. Manuel Valls ne vient –il pas de déclarer : «  il y a un endormissement généralisé face à l’immense danger du FN ». Même culpabilisation ignoble que celle, instrumentalisée, de la chanson des « enfoirés », les bien nommés.
L’immense danger, c’est ceux qui nous gouvernent et la droite, trop contente de voir que le boulot de démolition des acquis sociaux est bien mené par le PS et ses allies du Front de gauche.
Tôt ou tard, cet « immense danger » sera balayé par la lutte de classes, par la coalition des salariés, des chômeurs, des retraités, des jeunes, des mal-logés, dans la rue  contre leurs ennemis, au gouvernement et dans les couloirs du pouvoir. Qui peut  en douter ?



Pedro Carrasquedo
5 mars 2015


Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
« Lui » ou nous !« Lui » ou nous !

Ce 12 septembre, les manifestations ont pris une tournure qui aura sans doute échappé aux organisateurs. Des centaines de milliers de manifestants unis par la volonté d’abroger la loi El Khomri...

« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...

Le fil rougeLe fil rouge

Le vieux monde tremble sur ses fondements : levée en masse de la population en Roumanie qui entend faire tomber le gouvernement, victoire du Non à la réforme constitutionnelle en Italie, Brexit et...



HAUT