L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Où va Martinez ?

Publié le mercredi 08 juin 2016
Où va Martinez ?

Subitement, ce dimanche 29 mai, Martinez annonce : « J'ai eu pour la première fois depuis deux mois un appel téléphonique du Premier ministre hier matin ». Et d’y voir « un bon signe ». Mais, il n’entend pas dévoiler la teneur de cette conversation. Diplomatie secrète ? En fait, c’est un bien mauvais signe. Martinez se défausse assez vite en soulignant qu’il n’y a pas de bras de fer entre le Premier ministre et lui. Ce qui le conduit à ouvrir une brèche dans le Front uni pour le retrait de la loi El Khomri : « Nous ce qu'on propose c'est de retirer ce texte et de rediscuter » avance-t-il. Mais c’est encore trop demander, il précise alors : « Il y a la possibilité de suspendre le processus parlementaire. Si le gouvernement dit ‘’on suspend la procédure parlementaire, on discute, on améliore’’, y'a pas de problème. C'est ce qu'on dit depuis le début ». Il prend ainsi le contre-pied de la volonté de l’immense majorité des militants et syndiqués CGT

Mieux encore, il propose de garder le compte personnel d’activité, cette nouvelle formule du livret ouvrier d’un autre âge, qu’il faudra présenter à tout nouvel employeur pour « recharger des droits ». Ce que l’on appelait « l’individualisation », fer de lance de la remise en cause des droits collectifs. Individualisation que la CGT dénonçait, il y a vingt ans, à fort juste titre.

A la lumière de ces déclarations, nous comprenons mieux l’obstination de Martinez à rejeter tout appel à la grève générale pour le retrait de la loi El Khomri. Nous comprenons mieux l’organisation de la désorganisation des grèves en cours où le « général » de la confédération CGT, appuyé par Mailly, s’applique à en faire des grèves tournantes, dispersées, rythmées par des journées saute-mouton, bien espacées les unes des autres. Ce qui permet au gouvernement de gagner un temps précieux et de « jouer la montre ». L’inflexibilité apparente de Valls se mesure à l’aune de cette tactique de dislocation du mouvement engagé le 9 mars.

Ce refus d’aller vers la grève générale face à une attaque générale a un contenu politique : il traduit le refus de rompre avec le gouvernement de la loi El Khomri, le régime du 49-3 et le club des capitalistes et spéculateurs qu’est l’Union Européenne. Refus de quitter la confédération européenne des syndicats.

Face à cette dérive, nous réaffirmons : discussions avec Valls ? Pas question ! Code du Travail, pas touche !

Idem à la SNCF : il n’y a rien à négocier, ni « convention collective nationale », ni « accord d’entreprise ». Maintien du RH00077 (réglementation du temps de travail à la SNCF) et élargissement de cette réglementation aux cheminots du privé

L’intersyndicale, pour la première fois, appelle à une manifestation nationale le 14 juin. Cette manifestation sera ou bien un succès ou un baroud d’honneur. Pour garantir son succès, il faut lever toutes les équivoques au sommet de nos organisations syndicales, maintenant. Si Martinez-Mailly veulent vraiment que la manifestation soit un raz de marée, ils doivent dire haut et clair : la loi El Khomri n’est ni amendable, ni négociable. Retrait sans condition.

Wladimir Susanj,
07-06-2016


Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...

Le fil rougeLe fil rouge

Le vieux monde tremble sur ses fondements : levée en masse de la population en Roumanie qui entend faire tomber le gouvernement, victoire du Non à la réforme constitutionnelle en Italie, Brexit et...

Pour une année 2017 de combats victorieuxPour une année 2017 de combats victorieux

Le froid s’est abattu dans les rues. Ceux qui n’ont d’autre toit que le ciel y risquent leur vie, souffrant le martyre. Madame Emmanuelle Cossue – pardon, Cosse – ministre du logement,...

L'onde de chocL'onde de choc

La roue tourne, de plus en plus vite. En l’espace de 10 jours, trois hommes clés du Régime en place ont été dégagés : Sarkozy puis Juppé puis Hollande. Aussitôt, un nouveau gouvernement se...

Qui nous représente ?Qui nous représente ?

Nous sommes, en ce moment même, saturés d’informations et de prévisions sur les prochaines présidentielles. Nous serions tentés de dire : « n’en parlons pas ! ». La vraie actualité est...



HAUT