L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


La crise d'en haut

Publié le novembre 2003
EditorialCe 21 octobre, Jacques Chirac réalise que "la fracture sociale menace de s'élargir". Au même moment, les députés votent la réforme de l'allocation des chômeurs en fin de droit, l'ASS. "Cette réforme, lit-on dans Le Monde du 23 octobre suscite l'hostilité des syndicats, des associations, de la gauche et d'une partie de la majorité ". Quelle hostilité ?

Les chômeurs, eux, attendent encore du côté des syndicats, des associations ou de "la gauche" qu'une initiative digne de ce nom soit prise contre cette mesure. Mais, qui sait, les "leaders syndicaux" sont-ils trop occupés à négocier avec le Medef des accords "normatifs" qui "encadreraient" la régression sociale généralisée. Quant aux opposants "sans faille" du PS (NDLR : selon Yannick Le Petit, porte-parole de ce parti), ils sont visiblement trop occupés à siéger dans le "haut conseil pour la réforme de l'assurance-maladie" pour se soucier de la défense des droits des chômeurs.

Pourtant, au même moment, Chirac et Raffarin voient leur "indice de satisfaction" chuter à 40% pour Chirac et à 34% pour Raffarin dernière minute : selon un sondage BVA réalisé les 30 et 31 octobre, 57% des personnes interrogées " souhaitent " le départ de Raffarin et 52% veulent voir Mattei quitter son poste. . Du côté du gouvernement, c'est la cacophonie qui l'emporte comme en témoigne la valse-hésitation autour de la suppression d'un jour férié, Raffarin manoeuvrant en recul, tandis que le "numéro 2" du Medef ( et frère de Sarkozy) se montre soudain sceptique sur ce projet pourtant chaleureusement salué par le baron Seillière. Ajoutons à cela, outre la fronde de l ' UDF, les dissensions que provoque au sein de l'UMP la marche à la régionalisation, de plus en plus contestée par Debré ( président de l'assemblée nationale) et Dupont - Aignan (bras droit de Sarkozy) , sans oublier le report de la réforme de l'assurance-maladie. Cet enchaînement de couacs, d'hésitations et de contradictions internes traduit le manque de confiance du gouvernement en lui-même. Ce sont tous les ingrédients classiques d'une crise politique au sommet. Quant à la crise "en bas ", elle est déjà là depuis longtemps.

Au point où nous en sommes, seuls les reniements successifs et les dérobades des directions syndicales et des partis traditionnels du mouvement ouvrier ( PS, PC), donnent encore au gouvernement la force de porter des coups francs et des coups bas aux salariés et à la population pauvre. Oui, mais pour combien de temps ?

Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
« Lui » ou nous !« Lui » ou nous !

Ce 12 septembre, les manifestations ont pris une tournure qui aura sans doute échappé aux organisateurs. Des centaines de milliers de manifestants unis par la volonté d’abroger la loi El Khomri...

« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...

Le fil rougeLe fil rouge

Le vieux monde tremble sur ses fondements : levée en masse de la population en Roumanie qui entend faire tomber le gouvernement, victoire du Non à la réforme constitutionnelle en Italie, Brexit et...



HAUT