L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


300 euros, tout de suite !

Publié le mercredi 28 mars 2007
tout de suite ! | ÉditorialAinsi donc, Ségolène Royal court derrière Sarkozy dans une surenchère nationaliste et chauvine. Tous les Français, selon elle, devraient avoir chez eux un drapeau tricolore et l'exposer à leur fenêtre le 14 juillet. À propos de la Marseillaise, dont elle avoue d'ailleurs ne connaître que le premier couplet, elle déclare que " c'est un très beau chant porteur d'avancée de civilisation ". Ah bon ?
Si la Marseillaise a effectivement été un chant révolutionnaire tant que la bourgeoisie a représenté une " avancée " contre l'Ancien Régime, il y a bien longtemps que ce n'est plus le cas.
Comme le rappelle à juste titre notre candidate Arlette Laguiller, " La Marseillaise a été un chant révolutionnaire pendant la Révolution française, mais après, c'est un chant qui a accompagné toutes les guerres coloniales, qui a accompagné le massacre des Communards ". En effet, " avancées de civilisation ", les massacres de Sétif et Guelma de 1945, les tortures et les exactions contre le peuple algérien ? Les massacres de Madagascar, les hélicoptères tirant sur la foule à la mitrailleuse ? Peut-être alors, plus près de nous, l'engagement militaire en Afghanistan ou le soutien indéfectible de " la France " aux dictatures africaines et divers amis d'Omar Bongo ?
La Marseillaise et le drapeau tricolore sont, depuis bien longtemps, les symboles et le cri de ralliement de la bourgeoisie française, ennemie de la classe ouvrière et des peuples. Et c'est à elle que Ségolène Royal fait acte d'allégeance. La gauche parlementaire peut-elle battre la droite en faisant de la surenchère ... à droite ? On en doute fort. D'autant plus fort que Madame Royal se garde bien de répondre aux questions réelles et sérieuses posées par la population ouvrière. Ainsi en est-il de la grève unie et massive des ouvriers de Peugeot-Citroën Aulnay pour une augmentation de salaires de 300 euros. Depuis le 27 février, dans la quasi-indifférence des média, ils poursuivent l'action et ont constitué un comité de grève syndiqués-non syndiqués avec le soutien des sections syndicales CGT, SUD et CFDT. " Je gagne 1150 euros par mois et mon loyer est de 600 euros. C'est dur de s'en sortir. On veut plus que les 20 euros d'augmentation " [ce que propose la direction, NdlR], déclare un gréviste. l'élément déclenchant de la grève a été la grève victorieuse des salariés de Magnetto, entreprise sous-traitante de PSA située sur le même site d'Aulnay. Le mois dernier, après quelques jours d'arrêt de travail, les travailleurs de Magnetto ont obtenu 130 euros brut d'augmentation et l'embauche d'intérimaires. l'information s'est propagée alors comme une traînée de poudre au site Peugeot-Citroën situé sur la même commune. Sponta­nément, les ouvriers ont cessé le travail, d'autant plus qu'ils venaient d'appren­dre que les négociations salariales direction-syndicats leur octroyait généreusement ... 20 euros !

La grève réunit en bloc jeunes et anciens. " Avec les derniers arrivés, je me comporte comme leur père " raconte Victorio Pirès, cariste de 54 ans. Effectivement, la grève réunit dans une même revendication plusieurs générations : les ouvriers portugais, marocains des années 70 et les jeunes des cités voisines qui sont ou pourraient être leurs enfants. Samedi 24 mars, les grévistes ont manifesté entre Barbès et la République. Plus de 2 000 salariés ont scandé " et un, et deux et trois cents euros " et " y'en a marre des découverts, y'en a marre de la misère, augmentons les salaires ". À ce titre, ils sont les porte-parole de toute la classe ouvrière. Nous sommes résolument à leurs côtés.

Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
« Lui » ou nous !« Lui » ou nous !

Ce 12 septembre, les manifestations ont pris une tournure qui aura sans doute échappé aux organisateurs. Des centaines de milliers de manifestants unis par la volonté d’abroger la loi El Khomri...

« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...

Le fil rougeLe fil rouge

Le vieux monde tremble sur ses fondements : levée en masse de la population en Roumanie qui entend faire tomber le gouvernement, victoire du Non à la réforme constitutionnelle en Italie, Brexit et...



HAUT