La Commune
Connexion

HALTE À L’ÉTAT DE SIÈGE MACRONEUX ! MARTINEZ, RENDS LA CGT !

Envoyée le mardi 11 décembre 2018
par La commune
 

Si vous n'arrivez pas à lire ce message cliquer ici.

 
    
 
HALTE À L’ÉTAT DE SIÈGE MACRONEUX !  MARTINEZ, RENDS LA CGT ! HALTE À L’ÉTAT DE SIÈGE MACRONEUX ! MARTINEZ, RENDS LA CGT !
La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 77 – mardi 11 décembre 2018

Macron a tenté de reprendre la main… En annonçant un nouveau hold-up contre la Sécurité sociale et, ainsi même la poursuite et l’aggravation de son « Cap ». S’il tourne à présent sept fois la langue dans sa bouche, tout ce qui en sort reste excrémentiel, dans une « verve » plus technocratique.

"Le salaire d'un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur" pérore-t-il. Il s’agit de la prime d’activité, non prise en compte pour le calcul de la retraite des salariés et financée par les caisses d’allocations familiales. Il s’agit de nouvelles baisses de cotisations sociales aux seules fins de liquider la Sécu, corps et bien.

Sans rien donner d’une main, il veut reprendre de l’autre. Son babil couvre la violence qu’il déchaîne : une violence qui MUTILE, une violence qui EMPRISONNE et GARDE A VUE.

Cette violence physique et judiciaire révèle que, du fait de la loi inique sur la Sécurité intérieure, le pays vit sous un ÉTAT DE SI È GE qui ne dit pas son nom.

Force est de faire le lien entre les annonces fourbes du DESPOTE et Les faits et gestes de MARTINEZ qui accompagne et protège le pouvoir depuis des mois, en sachant qu’avant d’allocutionner à la télé, Macron avait convoqué les hauts-dignitaires des confédérations, dont MARTINEZ, toujours prompt à se tenir à son chevet, quoi qu’il en coûte aux travailleurs.

La révolte spontanée des masses en gilet jaune est contagieuse et embraye sur la révolte des syndicalistes contre leurs mauvais dirigeants.

LIRE LA SUITE
 
 

Vous recevez cet email car vous nous avez communiqué vos coordonnées.
Pour modifier les informations qui vous concernent ou vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici.