L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


l'enfer de Kirchner

Publié le novembre 2006
Argentine : après le transfert de la dépouille de PerónLe mois qui vient de se terminer a été le pire pour le président Kirchner depuis son élection en mai 2003. Les fantômes qui l'angoissent ne cessent de se manifester l'un après l'autre. La disparition de Jorge Julio López,Jorge Julio López est un ouvrier maçon retraité âgé de 76 ans enlevé et torturé pendant la dictature, principal témoin lors du procès d'un de ses tortionnaires, le commissaire Etchecolatz de la police de Buenos Aires, condamné à la prison à perpétuité. Il a disparu depuis le 18 septembre. les agressions de nervis contre les travailleurs de l'Hôpital Français et la bataille rangée entre deux fractions de la bureaucratie mafieuse de la CGT lors du transfert du corps de Perón sont autant de faits qui marquent un nouveau tournant dans la situation politique en Argentine.Avec la garde présidentielle et quelques ministres près de l'hélicoptère chargé de le conduire à l'endroit où il devait accueillir les restes du général Perón, Kirchner a décidé de ne pas s'y montrer. Les scènes violentes diffusées par la télévision en direct du lieu choisi pour le repos final de la dépouille du général Perón étaient éloquentes. Il n'était pas dans son intérêt, bien au contraire, de s'afficher avec des organisateurs parlant sous une pluie de pierres, comme des autistes incapables de réagir face à ce qui se déroulait sous leurs yeux. Les nervis se poursuivant à coups de barres de fer et de bouteilles et l'image de l'un d'entre eux tirant avec son pistolet 9 mm sont le bouquet final d'une série de faits qui ont provoqué une commotion politique. Le calme relatif avec lequel Kirchner s'employait à faire sa campagne électorale pour être réélu est terminé. La réalité l'a bousculé pour le plonger dans un nouveau scénario dans lequel chaque jour qui passe amène de nouvelles craintes.



Un enfer nommé Argentinazo



La référence permanente à l'enfer, à laquelle recourt Kirchner chaque fois qu'il se trouve face à des faits qui échappent à son contrôle, n'a rien de dialectique. Comme le reconnaissent les analystes politiques, la principale qualité du Président de la République argentine est d'avoir analysé correctement les principales conséquences de l'Argentinazo : la liquidation du radicalisme, pilier du système bipartite, et l'émiettement sans fin du vieux Parti Justicialiste. Mais avoir analysé correctement le problème ne suffit pas pour le résoudre. Dans les premiers mois de sa gestion, il a essayé de mettre sur pieds un mouvement de centre gauche, mort dans l'oeuf. Plus tard, il a engagé une brève bataille pour la présidence du Parti Justicialiste qui a échoué à son tour. Et maintenant, la " concertation plurielle " qui devrait être utilisée pour constituer des listes électorales, sous l'appellation fantaisiste de " Front pour la victoire ", ne saurait être à l'origine d'une structure politique influente dans le mouvement des masses. Kirchner fait partie du vieux Parti Justicialiste, dont il prétend vouloir s'émanciper mais auquel il à recours quand il s'agit d'empêcher la hausse des salaires avec la complicité des dirigeants péronistes de la CGT ou dans le combat contre " les dirigeants de la gauche radicale " comme le souligne le journal argentin La Nación. C'est la raison pour laquelle il devait être présent pour le transfert de la dépouille de Perón.



Pas de réconciliation



Les puissantes manifestations pour l'apparition en vie de Jorge Julio López, le puissant rejet des dirigeants et des nervis de la CGT et des politiciens qui les utilisent contre les luttes ouvrières et populaires ne sont pas anecdotiques. En réalité, il s'agit de conflits de fond qui secouent l'Argentine depuis des décennies et ne peuvent être résolus par les belles paroles que prononce Kirchner, mais seulement par des mesures concrètes. La lutte contre le génocide dure depuis trente années pendant lesquelles, avec des hauts et des bas, le peuple Argentin est arrivé à imposer le jugement des génocidaires et a commencé à obtenir des condamnations exemplaires. C'est un combat qui dépasse la génération qui a souffert du génocide et qui se transmet de père en fils, il ne peut y avoir de résolution partielle de cette question. Il n'y a pas de réconciliation possible, comme le prétend l'Église, totalement compromise dans les trente mille disparitions, et comme le soutiennent le centre gauche, la droite politique ou les militaires qui, tous, réclament l'amnistie pour les génocidaires. Tant que le peuple argentin n'obtiendra pas la vérité et la justice, la lutte continuera quels que soient les obstacles que l'on prétend lui imposer.

Voir aussi dans la catégorie Argentine
Alternativa Socialista 698Alternativa Socialista 698

Alternativa Socialista n° 698 en PDF

Le mouvement vers la grève généraleLe mouvement vers la grève générale

Les statistiques indiquent une amorce de reprise économique en Argentine mais, dans la rue, la tension sociale s'accentue en raison d’une inflation à 40 % : Des dizaines de milliers d'Argentins...

Le carnaval est terminéLe carnaval est terminé

Macri et Fillon sont bien de la même trempe. Fillon avait dit « si j'étais mis en examen (…) je ne pourrais pas être candidat ». Nous savons ce qu’il en est. Macri avait affirmé :...

Toute la dette est illégitimeToute la dette est illégitime

Dès son arrivée, Macri a accordé des allégements de taxes à l’exportation,  a décidé la dévaluation du peso, la réduction des effectifs dans le secteur public, l’arrêt du contrôle des...

Vers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrièreVers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrière

Ceux qui ont essayé d’enterrer les enseignements de la rébellion populaire de 2001 n'ont pas complètement réussi à normaliser l'Argentine. Ils n'ont pas pu éliminer les séquelles de...

La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !

L ’appareil de la CGT, béni par l’Église, a trahi les travailleurs et le peuple pour 2 pesos. Il ne faut pas laisser de trêve à Macri. Soutenons les luttes, exigeons la grève générale et...



HAUT